Accueil CCFr  >   EADC Képès, Suzanne
Ajouter aux favoris Imprimer cette page (nouvelle fenêtre)

Képès, Suzanne

Ajouter au panier ExporterFichier PDF de l'instance

Présentation globale de la collection

Etablissement de conservation
Université d'Angers. Service commun de la documentation
Intitulé de l'instrument de recherche Université d'Angers. Service commun de la documentation et des archives. Centre des archives du féminisme
Titre Centre des archives du féminisme
Date 1869-2020
Langue français
Biographie ou histoire Créé en 2000 au sein de la bibliothèque universitaire d'Angers par une convention de partenariat entre l'association Archives du féminisme et l'université d'Angers, le Centre des archives du féminisme (CAF) est l'un des quatre principaux lieux de collecte et de sauvegarde des archives féministes en France, aux côtés de la bibliothèque Marguerite Durand, de La contemporaine et de l'espace audiovisuel Simone de Beauvoir.
Présentation du contenu

Fonds spécialisé

Fonds CollEx

Présentation du contenu

Archives : 300 mètre(s) linéaire(s)

Monographies : 10 000 volume(s)

Périodiques : 200 titre(s)

Présentation du contenu Le CAF a permis de rassembler près de 300 mètres linéaires d'archives privées des XIXe, XXe et XXIe siècles, données ou déposées par des associations militantes d'envergure nationale ou par des personnalités françaises, de tous horizons, connues pour leur combat et leurs prises de position féministes : Benoîte Groult, Yvette Roudy, Les Chiennes de garde... : voir
Modalités d'acquisition Don(s), Dépôt
Accroissements

Fonds ouvert

En complément de ces archives, le bibliothèque universitaire d'Angers développe un fonds documentaire unique sur l'histoire des femmes, le féminisme, l'antiféminisme, la condition féminine et les relations femmes/hommes, constitué de plus de 10 000 ouvrages et plus de 200 titres de revues féministes. Elle acquiert en effet les publications récentes qui sont proposées en accès libre et constitue en parallèle une collection rétrospective de livres, de brochures, de mémoires (notamment ceux qui ont concouru pour le prix Mnémosyne), de thèses, plus anciens, rares, précieux, parfois épuisés et de littérature grise.

Informations sur le traitement

Inventorié

Informations sur le traitement Le Centre des archives du féminisme mène une politique de classement et de conservation des documents concertée avec l'association Archives du féminisme et les filières archivistique et bibliothéconomique de l'université d'Angers.
Autre(s) instrument(s) de recherche

Un état des fonds féministes, des répertoires numériques détaillés pour chaque fonds et des inventaires consultables en ligne via Calames

État des fonds féministes : voir le catalogue

Calames : voir le catalogue

Bibliographie  Site du Centre des archives du féminisme : voir
Conditions d'accès Les archives du Centre des archives du féminisme sont consultables sur rendez-vous au sein de la bibliothèque universitaire d’Angers (Site Belle-Beille) du lundi au samedi, de 9h à 12 h et de 14 h à 17h. L'accès à la salle de consultation se fait sur rendez-vous, 8 jours à l'avance. Attention, dans le cadre d'importants travaux de rénovation de la bibliothèque universitaire de Belle-Beille impactant les réserves dédiées à la conservation des archives, la salle de consultation est fermée du 30 avril à octobre 2022.
Conditions d'utilisation Reproduction : L'utilisation d'un appareil photo sans flash est autorisée après signature d'un engagement à n'utiliser les clichés qu'à titre privé. Les photocopies sont interdites.
Index

Sciences sociales - Femmes - Féminisme

Auzias Claire - Beddoukh Laure - Bonnevial Marie - Brunschvicg Cécile - Céret Josie - Chantran Anne - Charles Anne-Marie - Delavault Huguette - Deudon Catherine - Devaud Marcelle - Franjou Marie-Hélène - Gaspard Françoise - Gérard Raymonde - Gérard Renée - Giffo-Levasseur Anne-Marie - Gonin Marie-Françoise - Grosjean Michèle - Groult Benoîte - Halpern Monique - Henry Natacha - Kepès Suzanne - Kreder Colette - Lagarde Béatrice - Michel Andrée - Montreynaud Florence - Planchais Agnès - Prieur Monique - Réchard Marie-Joseph - Rosenberg-Reiner Sylvie - Roudy Yvette - Saint-Criq Régine - Simon Pierre - Sirkis Luce - Sugier Annie - Tallineau Marie-Madeleine - Trumel Nelly - Viennot Éliane - Wolfrom Jacqueline

Association des femmes journalistesAssociation nationale des études féministes (ANEF)Collectif femmes de Saint-NazaireCollectif interruption volontaire de grossesse (CIVG) TenonConseil national des femmes françaises (CNFF)Coordination du Lobby européen des femmes (La CLEF)D'une rive à l'autreÉcologie-FéminismeEncore féministes !Espace Simone de BeauvoirFemme avenirFemmes libresGroupe information santé (GIS)La Meute contre la publicité sexisteLes Chiennes de gardeMouvement pour la liberté de l'avortement et de la contraception (MLAC)No pasaran !RupturesTémoigner pour le féminismeUnion féminine civique et sociale (UFCS)Union professionnelle féminine


Informations sur l'instrument de recherche

Auteur(s) Université d'Angers. Service commun de la documentation et des archives
Éditeur Bibliothèque nationale de France
Date de l'édition imprimée 2018/12/04
Langue(s) de l'instrument de recherche Catalogue rédigé en français
Présentation du contenu
Importance matérielle :  Volume total : Volume total : 4.2 mètre(s) linéaire(s) Résumé : manuscrits, tapuscrits, dossiers documentaires - contraception, émancipation des femmes, engagement associatif contre la prostitution et les violences sexuelles (1958 - 2005) Biographie ou histoire : Suzanne Képès, née Suzanne Broydo le 12 août 1918, rue des Rosiers à Paris, d’un père venu de Lithuanie au début du siècle vers la terre de la liberté, et d’une mère illettrée qui disait à sa fille : « ne rentre pas dans la cuisine, c’est là que les femmes se perdent », s’est très tôt révoltée contre un certain nombre d’injustices.À quatorze ans, elle organise au lycée Victor Hugo une réunion pour le vote des femmes. Après un bref passage aux Jeunesses Socialistes, elle fréquente les milieux anarchosyndicalistes.Elle commence des études de droit, mais se rend compte très rapidement que c’est la médecine qui l’attire. Inscrite en 1937 à la Faculté de médecine de Paris, elle est contrainte en 1940, par les lois antijuives de Vichy, de partir à Montpellier poursuivre ses études. Après la soutenance de sa thèse en 1945 (lauréate de la faculté) elle passe le diplôme de médecine du travail dès la création de cette discipline.Engagée en 1945 comme médecin du travail à la SNCAN (Société nationale des constructions aéronautiques du Nord) devenue ensuite Nord Aviation puis l’Aérospatiale, elle s’occupe d’une usine de plus de 2000 personnes. Elle y restera �� temps plein puis à mi-temps jusqu’en 1978. C’est là qu’elle prend conscience de l’impact des conditions de travail, aussi bien physiques que psychologiques et relationnelles, sur l’absentéisme, les accidents du travail et les pathologies psychosomatiques. Elle constate aussi que l’absence de contraception, par la frustration sexuelle qu’elle entraîne et/ou les traumatismes des avortements provoqués, retentit sur la vie des couples et leur santé.En 1941 elle épouse Adam Képès, né à Budapest et venu à Paris en 1937 pour y faire des études de médecine impossibles en Hongrie du fait du numerus clausus imposé aux Juifs. Il ne peut s’installer comme médecin à cause de l’opposition de l’Ordre des médecins aux étrangers et s’engage dans la recherche scientifique qui l’a toujours attiré. Il entre à l’Institut Pasteur et travaillera plus tard avec Jacques Monod, prix Nobel avec François Jacob et André Lwoff en 1965. En 1956 il obtient une bourse de recherches aux États-Unis et toute la famille (Adam, Suzanne et leurs deux filles, Yolande et Marise - nées respectivement en 1944 et 1946) part pour Philadelphie. Là, Suzanne se forme en médecine psychosomatique dans le service des professeurs Weiss et English. À son retour elle entreprend une formation en relaxation médicale et psychothérapeutique avec le Dr Michel Sapir. Elle participe à des groupes Balint : formation à la relation médecin patient et en animera elle-même. Parallèlement elle suit une formation en gynécologie.En 1960 elle participe à la création du Mouvement français pour le Planning Familial, né de la Maternité Heureuse de Mme Lagroua-Weill-Hallé. Elle s’occupe plus particulièrement de la formation psychologique des médecins et des conseillères. Dans les années 1970 le MFPF s’implique beaucoup dans la lutte pour la légalisation de l’avortement. Suzanne, qui a pratiqué à plusieurs reprises des avortements et en a subis elle-même, qui est donc tout à fait favorable à la libéralisation de l’avortement, pense que ce n’est pas le rôle du Planning Familial. Elle est évincée par la ligne « dure ».Dès 1951, parallèlement à son mi-temps de médecin du travail, elle ouvre un cabinet où elle assure des consultations de psychosomatique puis, à partir de 1968, de gynécologie. Elle sera toujours à l’affût des améliorations du sort des femmes : contraception, traitement de la ménopause, traitement des dysfonctionnements sexuels, lutte contre les violences conjugales.De 1974 à 1985 elle assure une consultation de gynécologie psychosomatique à Saint-Denis et met en place un enseignement de sexualité pour les étudiants de 3e et 4e année de médecine. Puis elle crée et devient responsable d’un Diplôme universitaire de sexualité humaine à la Faculté de médecine de Bobigny. Fait inhabituel, cet enseignement est ouvert non seulement aux médecins et soignants, mais aussi aux professionnels de l’enseignement et de l’action sociale.En 1984 Adam meurt brutalement au cours d’un conseil d’université à la Faculté de Jussieu. L’univers de Suzanne Képès s’effondre. Petit à petit elle émerge et reprend ses activités. La lecture de la Kabbale et un intérêt pour la méditation et le bouddhisme l’aident. Elle reprend ses consultations de relaxation et de psychothérapie. Elle écrit. Elle s’engage dans la lutte contre la prostitution, fait partie du bureau de la FAI (Fédération abolitionniste internationale).Elle assurera jusqu’à la fin des prises en charge en relaxation et les témoignages de reconnaissance de ses patients sont très émouvants. Elle mènera toujours de front un combat pour l’universel et pour chaque être humain en face d’elle.Elle aura écrit de très nombreux articles, fait des centaines de conférences et publié des livres, notamment : Lettre ouverte aux enseignants, Femmes à 50 ans, Du corps à l’âme, Relaxation et sexualité et Le corps libéré.Elle meurt brutalement le 24 mai 2005 en se préparant une tasse de thé, après sa dernière consultation de la journée.Yolande Czernichow Képès, le 2 avril 2009 (avec l’accord de Marise Miko Képès) Présentation du contenu : 

Fonds particulier

Fonds CollEx

Présentation du contenu : 

Archives

Présentation du contenu : 

Ce fonds d'archives privées comporte des manuscrits, des tapuscrits et des dossiers documentaires. La bibliothèque personnelle (monographies et périodiques) de Suzanne Képès a été donnée séparément et ne fait pas partie du fonds d'archives. Les ouvrages de cette bibliothèque ont été catalogués par Elise Renault et Cilia Delaporte pour rejoindre le fonds d'ouvrages féministes de la BU d'Angers. Seuls certains livres plus « pointus » ont été donnés à la BIUM (Bibliothèque interuniversitaire de médecine et d'odontologie).

La documentation représente la majeure partie du fonds. Suzanne Képès ayant écrit toute sa vie et étant elle même une grande lectrice, il s'agit surtout de coupures de presse et d'extraits de monographies. On trouve également beaucoup de correspondance et de notes manuscrites ainsi que des copies d'interventions personnelles ou de celles de collègues et professionnels.

La majorité des dossiers documentaires sont constitués autour des activités professionnelles de Suzanne Képès et la diversité des sujets témoigne de sa grande curiosité. Apparaissent comme plus personnels certains articles ou des dossiers relatifs aux associations et à la carrière de Suzanne Képès sur lesquels et à partir desquels elle a écrit, ainsi que des papiers et de la correspondance privés. Les dossiers concernant le Planning Familial sont peu nombreux, en dépit de l’implication de Suzanne Képès dans ce mouvement. Par contre son engagement associatif dans la FAI contre la prostitution et les violences sexuelles met en avant l'imbrication de nombreuses associations et organisations dans des actions communes pour une même lutte. Les publications du MFPF figurant dans le fonds sont également restreintes et les documents concernant le fonctionnement même de l'association sont lacunaires. On n'y trouve par exemple que certains comptes rendus de réunions et pour ce qui est des cours, ils ne sont pas présents dans leur totalité, certains manquant ou bien ayant été placés avec d'autres cours de l'université de Bobigny par exemple.

Classement :

I. Papiers personnels (19 AF 1-8)Parcours (19 AF 1-3)Correspondance reçue (19 AF 4-8)

II. Documentation liée à ses activités professionnelles (19 AF 9-96)Formation en psychiatrie (19 AF 9-16)Stage en gérontologie (19 AF 17)Médecin du travail à l'Aérospatiale (19 AF 18)Gynécologue (19 AF 19-29)Psychosomaticienne et relaxatrice (19 AF 30-45)Enseignante à la Faculté de médecine Paris XIII-Bobigny (19 AF 46-96

III. Documentation liée à ses activités associatives (19 AF 97-201)Cofondatrice du MFPF (19 AF 97-121)Animatrice de Groupes Balint (19 AF 122-131)Présidente de l'AMEV (19 AF 132-134)Membre de l'UCETH, branche française de la FAI (19 AF 135-144)Militante pour de nombreuses autres associations (19 AF 145-201)- Les violences contre les femmes et la prostitution (19 AF 145-174)- Les violences contre les enfants (19 AF 175-184)- L'émancipation des femmes (19 AF 185-193- Autre (19 AF 194-201)

IV. Documentation liée à ses écrits (19 AF 202-213)Lettre aux parents et aux enseignants à propos de l'éducation sexuelle (19 AF 202)Femmes à 50 ans (19 AF 203)Du corps à l'âme (19 AF 204)Relaxation et sexualité (19 AF 205-208)Le corps libéré : psychosomatique de la sexualité (19 AF 109-211)Projet multimédia « À quoi ça sert l'amour ? » (19 AF 212)Autres communications écrites par Suzanne Képès (19 AF 213)

Accroissements : Fonds clos Informations sur le traitement : 

Catalogué

Informations sur le traitement : Cote 19 AF Autre(s) instrument(s) de recherche : Calames : voir le catalogueDocuments en relation : 

Angers - Université d'Angers. Service commun de la documentation - Simon, Pierre (Fonds lié)

Angers - Université d'Angers. Service commun de la documentation - Roudy, Yvette (Fonds lié)

Angers - Université d'Angers. Service commun de la documentation - Sirkis, Luce (Fonds lié)

Angers - Université d'Angers. Service commun de la documentation - Mouvement de libération de l'avortement et la contraception (MLAC) (Fonds lié)

Centre d'Archives du Féminisme : Fonds Florence Montreynaud (4 AF)

Titre Képès, Suzanne
Date 1958-2005
Langue français, anglais, italien, espagnol (ou castillan), allemand
Importance matérielle Volume total : Volume total : 4.2 mètre(s) linéaire(s)
Résumé manuscrits, tapuscrits, dossiers documentaires - contraception, émancipation des femmes, engagement associatif contre la prostitution et les violences sexuelles (1958 - 2005)
Biographie ou histoire Suzanne Képès, née Suzanne Broydo le 12 août 1918, rue des Rosiers à Paris, d’un père venu de Lithuanie au début du siècle vers la terre de la liberté, et d’une mère illettrée qui disait à sa fille : « ne rentre pas dans la cuisine, c’est là que les femmes se perdent », s’est très tôt révoltée contre un certain nombre d’injustices.À quatorze ans, elle organise au lycée Victor Hugo une réunion pour le vote des femmes. Après un bref passage aux Jeunesses Socialistes, elle fréquente les milieux anarchosyndicalistes.Elle commence des études de droit, mais se rend compte très rapidement que c’est la médecine qui l’attire. Inscrite en 1937 à la Faculté de médecine de Paris, elle est contrainte en 1940, par les lois antijuives de Vichy, de partir à Montpellier poursuivre ses études. Après la soutenance de sa thèse en 1945 (lauréate de la faculté) elle passe le diplôme de médecine du travail dès la création de cette discipline.Engagée en 1945 comme médecin du travail à la SNCAN (Société nationale des constructions aéronautiques du Nord) devenue ensuite Nord Aviation puis l’Aérospatiale, elle s’occupe d’une usine de plus de 2000 personnes. Elle y restera �� temps plein puis à mi-temps jusqu’en 1978. C’est là qu’elle prend conscience de l’impact des conditions de travail, aussi bien physiques que psychologiques et relationnelles, sur l’absentéisme, les accidents du travail et les pathologies psychosomatiques. Elle constate aussi que l’absence de contraception, par la frustration sexuelle qu’elle entraîne et/ou les traumatismes des avortements provoqués, retentit sur la vie des couples et leur santé.En 1941 elle épouse Adam Képès, né à Budapest et venu à Paris en 1937 pour y faire des études de médecine impossibles en Hongrie du fait du numerus clausus imposé aux Juifs. Il ne peut s’installer comme médecin à cause de l’opposition de l’Ordre des médecins aux étrangers et s’engage dans la recherche scientifique qui l’a toujours attiré. Il entre à l’Institut Pasteur et travaillera plus tard avec Jacques Monod, prix Nobel avec François Jacob et André Lwoff en 1965. En 1956 il obtient une bourse de recherches aux États-Unis et toute la famille (Adam, Suzanne et leurs deux filles, Yolande et Marise - nées respectivement en 1944 et 1946) part pour Philadelphie. Là, Suzanne se forme en médecine psychosomatique dans le service des professeurs Weiss et English. À son retour elle entreprend une formation en relaxation médicale et psychothérapeutique avec le Dr Michel Sapir. Elle participe à des groupes Balint : formation à la relation médecin patient et en animera elle-même. Parallèlement elle suit une formation en gynécologie.En 1960 elle participe à la création du Mouvement français pour le Planning Familial, né de la Maternité Heureuse de Mme Lagroua-Weill-Hallé. Elle s’occupe plus particulièrement de la formation psychologique des médecins et des conseillères. Dans les années 1970 le MFPF s’implique beaucoup dans la lutte pour la légalisation de l’avortement. Suzanne, qui a pratiqué à plusieurs reprises des avortements et en a subis elle-même, qui est donc tout à fait favorable à la libéralisation de l’avortement, pense que ce n’est pas le rôle du Planning Familial. Elle est évincée par la ligne « dure ».Dès 1951, parallèlement à son mi-temps de médecin du travail, elle ouvre un cabinet où elle assure des consultations de psychosomatique puis, à partir de 1968, de gynécologie. Elle sera toujours à l’affût des améliorations du sort des femmes : contraception, traitement de la ménopause, traitement des dysfonctionnements sexuels, lutte contre les violences conjugales.De 1974 à 1985 elle assure une consultation de gynécologie psychosomatique à Saint-Denis et met en place un enseignement de sexualité pour les étudiants de 3e et 4e année de médecine. Puis elle crée et devient responsable d’un Diplôme universitaire de sexualité humaine à la Faculté de médecine de Bobigny. Fait inhabituel, cet enseignement est ouvert non seulement aux médecins et soignants, mais aussi aux professionnels de l’enseignement et de l’action sociale.En 1984 Adam meurt brutalement au cours d’un conseil d’université à la Faculté de Jussieu. L’univers de Suzanne Képès s’effondre. Petit à petit elle émerge et reprend ses activités. La lecture de la Kabbale et un intérêt pour la méditation et le bouddhisme l’aident. Elle reprend ses consultations de relaxation et de psychothérapie. Elle écrit. Elle s’engage dans la lutte contre la prostitution, fait partie du bureau de la FAI (Fédération abolitionniste internationale).Elle assurera jusqu’à la fin des prises en charge en relaxation et les témoignages de reconnaissance de ses patients sont très émouvants. Elle mènera toujours de front un combat pour l’universel et pour chaque être humain en face d’elle.Elle aura écrit de très nombreux articles, fait des centaines de conférences et publié des livres, notamment : Lettre ouverte aux enseignants, Femmes à 50 ans, Du corps à l’âme, Relaxation et sexualité et Le corps libéré.Elle meurt brutalement le 24 mai 2005 en se préparant une tasse de thé, après sa dernière consultation de la journée.Yolande Czernichow Képès, le 2 avril 2009 (avec l’accord de Marise Miko Képès)
Présentation du contenu

Fonds particulier

Fonds CollEx

Présentation du contenu

Archives

Présentation du contenu

Ce fonds d'archives privées comporte des manuscrits, des tapuscrits et des dossiers documentaires. La bibliothèque personnelle (monographies et périodiques) de Suzanne Képès a été donnée séparément et ne fait pas partie du fonds d'archives. Les ouvrages de cette bibliothèque ont été catalogués par Elise Renault et Cilia Delaporte pour rejoindre le fonds d'ouvrages féministes de la BU d'Angers. Seuls certains livres plus « pointus » ont été donnés à la BIUM (Bibliothèque interuniversitaire de médecine et d'odontologie).

La documentation représente la majeure partie du fonds. Suzanne Képès ayant écrit toute sa vie et étant elle même une grande lectrice, il s'agit surtout de coupures de presse et d'extraits de monographies. On trouve également beaucoup de correspondance et de notes manuscrites ainsi que des copies d'interventions personnelles ou de celles de collègues et professionnels.

La majorité des dossiers documentaires sont constitués autour des activités professionnelles de Suzanne Képès et la diversité des sujets témoigne de sa grande curiosité. Apparaissent comme plus personnels certains articles ou des dossiers relatifs aux associations et à la carrière de Suzanne Képès sur lesquels et à partir desquels elle a écrit, ainsi que des papiers et de la correspondance privés. Les dossiers concernant le Planning Familial sont peu nombreux, en dépit de l’implication de Suzanne Képès dans ce mouvement. Par contre son engagement associatif dans la FAI contre la prostitution et les violences sexuelles met en avant l'imbrication de nombreuses associations et organisations dans des actions communes pour une même lutte. Les publications du MFPF figurant dans le fonds sont également restreintes et les documents concernant le fonctionnement même de l'association sont lacunaires. On n'y trouve par exemple que certains comptes rendus de réunions et pour ce qui est des cours, ils ne sont pas présents dans leur totalité, certains manquant ou bien ayant été placés avec d'autres cours de l'université de Bobigny par exemple.

Classement :

I. Papiers personnels (19 AF 1-8)Parcours (19 AF 1-3)Correspondance reçue (19 AF 4-8)

II. Documentation liée à ses activités professionnelles (19 AF 9-96)Formation en psychiatrie (19 AF 9-16)Stage en gérontologie (19 AF 17)Médecin du travail à l'Aérospatiale (19 AF 18)Gynécologue (19 AF 19-29)Psychosomaticienne et relaxatrice (19 AF 30-45)Enseignante à la Faculté de médecine Paris XIII-Bobigny (19 AF 46-96

III. Documentation liée à ses activités associatives (19 AF 97-201)Cofondatrice du MFPF (19 AF 97-121)Animatrice de Groupes Balint (19 AF 122-131)Présidente de l'AMEV (19 AF 132-134)Membre de l'UCETH, branche française de la FAI (19 AF 135-144)Militante pour de nombreuses autres associations (19 AF 145-201)- Les violences contre les femmes et la prostitution (19 AF 145-174)- Les violences contre les enfants (19 AF 175-184)- L'émancipation des femmes (19 AF 185-193- Autre (19 AF 194-201)

IV. Documentation liée à ses écrits (19 AF 202-213)Lettre aux parents et aux enseignants à propos de l'éducation sexuelle (19 AF 202)Femmes à 50 ans (19 AF 203)Du corps à l'âme (19 AF 204)Relaxation et sexualité (19 AF 205-208)Le corps libéré : psychosomatique de la sexualité (19 AF 109-211)Projet multimédia « À quoi ça sert l'amour ? » (19 AF 212)Autres communications écrites par Suzanne Képès (19 AF 213)

Accroissements Fonds clos
Informations sur le traitement

Catalogué

Informations sur le traitement Cote 19 AF
Autre(s) instrument(s) de recherche Calames : voir le catalogue
Documents en relation

Angers - Université d'Angers. Service commun de la documentation - Simon, Pierre (Fonds lié)

Angers - Université d'Angers. Service commun de la documentation - Roudy, Yvette (Fonds lié)

Angers - Université d'Angers. Service commun de la documentation - Sirkis, Luce (Fonds lié)

Angers - Université d'Angers. Service commun de la documentation - Mouvement de libération de l'avortement et la contraception (MLAC) (Fonds lié)

Centre d'Archives du Féminisme : Fonds Florence Montreynaud (4 AF)

Index

Thème(s) :   - Histoire  - Sociologie et démographie  - Sexualité féminine  - Femmes -- Psychologie  - Contraception  - Éducation sexuelle  - Féminisme

Personne(s) liée(s) :   - Képès, Suzanne (1918-....) Képès, Suzanne (1918-....)

Retour en haut de page