Accueil CCFr  >   EADC Evangelia
Ajouter aux favoris Imprimer cette page (nouvelle fenêtre)

Evangelia

Ajouter au panier ExporterFichier PDF de l'instance

Présentation globale de la collection

Etablissement de conservation
Bibliothèque Suzanne Martinet. Laon, Aisne Voir tous les inventaires
Tous les inventaires
Intitulé de l'instrument de recherche Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France. Départements. Série in-quarto — Tome I. Laon
Cote 1-477
Titre Manuscrits de la bibliothèque municipale Suzanne Martinet de Laon
Conditions d'accès L'accès aux collections patrimoniales est soumis à une autorisation préalable.
Conditions d'utilisation Toute publication de documents inédits doit être notifiée à l'établissement.
Citer sous la forme Bibliothèque municipale Suzanne Martinet de Laon, Ms. X, fol. Y.


Informations sur l'instrument de recherche

Auteur(s) Félix Ravaisson
Commanditaire Ministère chargé de la Culture et Ministère chargé de l'Enseignement supérieur
Éditeur Bibliothèque nationale de France
Date de l'édition imprimée 1849
Date de la version électronique 25 avril 2008
Création Créé par conversion rétrospective de l'édition imprimée : [Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France. Série in-quarto]. Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques des départements. Publié sous les auspices du Ministre de l'Instruction publique — Tome premier. Paris, Imprimerie nationale, MDCCCXLIX.
Numérisation et rendu en mode texte réalisés par la société AIS (Paris, France). Encodage effectué selon la DTD EAD-2002 par la société ArchProteus (Vancouver, Canada) le 25 avril 2008
Langue(s) de l'instrument de recherche Catalogue rédigé en français
Notes
Catalogue général des manuscrits
Présentation du contenu
N° :  63 Support :  Beau vélin Dimensions  In-folio Reliure :  Demi-reliure moderne en velours rouge ; dorure sur tranche Autres caractéristiques matérielles :  Magnifique manuscrit exécuté, avec le plus grand luxe. Au no 1, le titre occupe toute la première page ; il est en grandes capitales, sur cinq lignes alternativement or et rouge ; dans un cadre gris, blanc, rouge et or. Au verso : « Beato Papæ Damaso Hieronimus. » Cette suscription est en deux lignes capitales d'or ; tout le reste de la page est occupé par la lettre initiale du premier mot « Novum, » de la lettre de saint Jérôme ; entre les branches supérieures de cette lettre, un O, un W et un M complétant le mot « Novum » Toute la lettre de saint Jérôme est en onciales, la première page, en lettres d'or, est environnée d'un cadre rouge et or. Au no 2, le titre est en capitales rouges Le no 2 et le no 3 sont écrits en onciales. Au no 4, le titre et la suscription sont en capitales d'or, accompagnés d'ornements, également en or. La lettre est en onciales. Au no 5, les Canons sont disposés entre des colonnes peintes avec soin et liées entre elles par des arcades cintrées. Au no 6, le titre est en capitales d'or, sur fond pourpre encadré d'or ; le reste de la page est occupé par les premiers mots en capitales d'or, avec initiales de très-grande dimension. La page suivante, au verso, est richement encadrée d'or et écrite en onciales d'or, tout le reste du prologue en onciales, mais en noir. Au no 7, le titre, en grandes capitales d'or, entouré d'un riche encadrement, occupe toute la première page ; le verso est occupé par ces mots : « Liber generationis Jesu Christi filii David filii Abraham. » L'L avec l'I qui la coupe, magnifiquement exécutés, flanqués des animaux symboliques des quatre évangélistes, chacun peint en or sur un disque de pourpre. Chacun de ces animaux a la tête entourée d'une auréole. La première page de la généalogie de Jésus-Christ est écrite en onciales d'or ; tout le reste de la généalogie, ainsi que le premier verset suivant, est aussi en lettres onciales, mais noires. La première ligne de chaque chapitre en onciales d'or, dans cet évangile et dans les trois autres. Au no 8 le titre est en grandes capitales, occupant toute la page richement encadrée ; aux quatre coins de la page, les animaux symboliques des évangélistes. Au revers, la page est richement encadrée ; les trois premières lignes sont en lettres d'or. Au no 9 le titre est en grandes capitales d'or, occupant toute la page. Prologue : les deux premières lignes en lettres d'or capitales et onciales ; le reste en onciales et en noir. Au no 10, le titre est en capitales d'or, occupant toute une page richement encadrée. Aux angles, les animaux symboliques avec les noms des quatre évangélistes : le chérubin tient à la main une croix. Au verso, les cinq premiers mots en capitales d'or, le premier de grande dimension. La lettre initiale très-grande et très-ornée. Au no 11 le titre en belles capitales d'or, les treize premiers mots en onciales d'or. Au no 12, le titre est en grandes capitales d'or, occupant une page richement encadrée ; aux coins, les animaux symboliques. Le verso richement encadré. Les premiers mots, « In principio erat verbum, » en grandes capitales d'or. Le no 13 est d'une belle écriture un peu plus récente que celle de l'Évangiliaire. Quelques feuillets sont transposés et placés, par la faute du relieur, entre deux pages de l'évangile de saint Jean Présentation du contenu : 

Le no 2 est l'addition que les Bénédictins ont jugée être apocryphe. Cette addition est donc disposée et intitulée dans ce manuscrit, comme elle l'est dans celui de Saint-Germain, no 6, dont parlent les Bénédictins (S. Hieronymi opera, tom. I, p. 1427, note 6) ;

Au no 3 est la préface de saint Matthieu (S. Hieronymi opera, tom. IV, p. 2). Au no 4 : la lettre d'Eusèbe a été traduite par saint Jérôme (voyez Possevini Apparatus sacer de scriptoribus Veteris et Novi Testamenti) ; elle manque dans plusieurs éditions. Elle se trouve en grec à la tête de l'édition du Nouveau-Testament de Robert Estienne, en latin et en grec dans le tome VI, p. 97 (première édition), de la Bibliothèque grecque de Fabricius ; mais Fabricius ne donne pas la traduction latine comme étant de saint Jérôme. Au no 6, le prologue est l'Argumentum anonyme qui a été souvent imprimé. Au no 9, ce prologue est celui qui a été faussement attribué à saint Jérôme (Hieronymi opera, tom. V, p. 924). Le no 11 est le prologue anonyme souvent imprimé.

Note : Provient de Notre-Dame de Laon Autre(s) instrument(s) de recherche : Voir aussi la notice figurant dans le catalogue BnF archives et manuscrits
63
Titre Evangelia
Date IXe siècle
Langue latin
Support Beau vélin
Dimensions In-folio
Reliure Demi-reliure moderne en velours rouge ; dorure sur tranche
Autres caractéristiques matérielles Magnifique manuscrit exécuté, avec le plus grand luxe. Au no 1, le titre occupe toute la première page ; il est en grandes capitales, sur cinq lignes alternativement or et rouge ; dans un cadre gris, blanc, rouge et or. Au verso : « Beato Papæ Damaso Hieronimus. » Cette suscription est en deux lignes capitales d'or ; tout le reste de la page est occupé par la lettre initiale du premier mot « Novum, » de la lettre de saint Jérôme ; entre les branches supérieures de cette lettre, un O, un W et un M complétant le mot « Novum » Toute la lettre de saint Jérôme est en onciales, la première page, en lettres d'or, est environnée d'un cadre rouge et or. Au no 2, le titre est en capitales rouges Le no 2 et le no 3 sont écrits en onciales. Au no 4, le titre et la suscription sont en capitales d'or, accompagnés d'ornements, également en or. La lettre est en onciales. Au no 5, les Canons sont disposés entre des colonnes peintes avec soin et liées entre elles par des arcades cintrées. Au no 6, le titre est en capitales d'or, sur fond pourpre encadré d'or ; le reste de la page est occupé par les premiers mots en capitales d'or, avec initiales de très-grande dimension. La page suivante, au verso, est richement encadrée d'or et écrite en onciales d'or, tout le reste du prologue en onciales, mais en noir. Au no 7, le titre, en grandes capitales d'or, entouré d'un riche encadrement, occupe toute la première page ; le verso est occupé par ces mots : « Liber generationis Jesu Christi filii David filii Abraham. » L'L avec l'I qui la coupe, magnifiquement exécutés, flanqués des animaux symboliques des quatre évangélistes, chacun peint en or sur un disque de pourpre. Chacun de ces animaux a la tête entourée d'une auréole. La première page de la généalogie de Jésus-Christ est écrite en onciales d'or ; tout le reste de la généalogie, ainsi que le premier verset suivant, est aussi en lettres onciales, mais noires. La première ligne de chaque chapitre en onciales d'or, dans cet évangile et dans les trois autres. Au no 8 le titre est en grandes capitales, occupant toute la page richement encadrée ; aux quatre coins de la page, les animaux symboliques des évangélistes. Au revers, la page est richement encadrée ; les trois premières lignes sont en lettres d'or. Au no 9 le titre est en grandes capitales d'or, occupant toute la page. Prologue : les deux premières lignes en lettres d'or capitales et onciales ; le reste en onciales et en noir. Au no 10, le titre est en capitales d'or, occupant toute une page richement encadrée. Aux angles, les animaux symboliques avec les noms des quatre évangélistes : le chérubin tient à la main une croix. Au verso, les cinq premiers mots en capitales d'or, le premier de grande dimension. La lettre initiale très-grande et très-ornée. Au no 11 le titre en belles capitales d'or, les treize premiers mots en onciales d'or. Au no 12, le titre est en grandes capitales d'or, occupant une page richement encadrée ; aux coins, les animaux symboliques. Le verso richement encadré. Les premiers mots, « In principio erat verbum, » en grandes capitales d'or. Le no 13 est d'une belle écriture un peu plus récente que celle de l'Évangiliaire. Quelques feuillets sont transposés et placés, par la faute du relieur, entre deux pages de l'évangile de saint Jean
Présentation du contenu

Le no 2 est l'addition que les Bénédictins ont jugée être apocryphe. Cette addition est donc disposée et intitulée dans ce manuscrit, comme elle l'est dans celui de Saint-Germain, no 6, dont parlent les Bénédictins (S. Hieronymi opera, tom. I, p. 1427, note 6) ;

Au no 3 est la préface de saint Matthieu (S. Hieronymi opera, tom. IV, p. 2). Au no 4 : la lettre d'Eusèbe a été traduite par saint Jérôme (voyez Possevini Apparatus sacer de scriptoribus Veteris et Novi Testamenti) ; elle manque dans plusieurs éditions. Elle se trouve en grec à la tête de l'édition du Nouveau-Testament de Robert Estienne, en latin et en grec dans le tome VI, p. 97 (première édition), de la Bibliothèque grecque de Fabricius ; mais Fabricius ne donne pas la traduction latine comme étant de saint Jérôme. Au no 6, le prologue est l'Argumentum anonyme qui a été souvent imprimé. Au no 9, ce prologue est celui qui a été faussement attribué à saint Jérôme (Hieronymi opera, tom. V, p. 924). Le no 11 est le prologue anonyme souvent imprimé.

Mention de provenance

Provient de Notre-Dame de Laon

Autre(s) instrument(s) de recherche Voir aussi la notice figurant dans le catalogue BnF archives et manuscrits
Document(s) de substitutionCe manuscrit a été intégralement numérisé dans le cadre du projet Europeana Regia. Il est consultable dans la bibliothèque numérique de la Ville de Laon.Numérisation(s)Manuscrit numérisé
Index

Evangelium secundum Matthæum cum glossa Evangelium secundum Matthæum cum glossa

Evangelia quatuor cum præfationibus Evangelia quatuor cum præfationibus

Retour en haut de page