Accueil CCFr  >   EADC
Ajouter aux favoris Imprimer cette page (nouvelle fenêtre)

Ajouter au panier ExporterFichier PDF de l'instance

Présentation globale de la collection

Etablissement de conservation
Bibliothèque intercommunale de l'autunois, Autun, Sâone-et-Loire Voir tous les inventaires
Tous les inventaires
Intitulé de l'instrument de recherche Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France. Départements. Série in-quarto — Tome I. Autun. Ancienne bibliothèque diocésaine
Cote 2-153, X, Z, G.
Titre Manuscrits de la bibliothèque municipale d'Autun
Conditions d'accès L'accès aux collections patrimoniales est soumis à une autorisation préalable.
Conditions d'utilisation Toute publication de documents inédits doit être notifiée à l'établissement.
Citer sous la forme Bibliothèque municipale d'Autun, Ms. X, fol. Y.


Informations sur l'instrument de recherche

Auteur(s) G. Libri
Commanditaire Ministère chargé de la Culture et Ministère chargé de l'Enseignement supérieur
Éditeur Bibliothèque nationale de France
Date de l'édition imprimée 1849
Date de la version électronique 25 avril 2008
Création Créé par conversion rétrospective de l'édition imprimée : [Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France. Série in-quarto]. Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques des départements. Publié sous les auspices du Ministre de l'Instruction publique — Tome premier. Paris, Imprimerie nationale, MDCCCXLIX.
Numérisation et rendu en mode texte réalisés par la société AIS (Paris, France). Encodage effectué selon la DTD EAD-2002 par la société ArchProteus (Vancouver, Canada) le 25 avril 2008
Langue(s) de l'instrument de recherche Catalogue rédigé en français
Notes
Catalogue général des manuscrits
Présentation du contenu
N° :  23 Support :  Vélin Support :  Parchemin assez épais Dimensions  In-4o oblong Autres caractéristiques matérielles :  Manuscrit en caractères mérovingiens Présentation du contenu : L'orthographe en est fort singulière : on y trouve souvent le b pour le p (par exemple scribtura pour scriptura), ce qu'on voit aussi dans quelques inscriptions découvertes à Autun. A la marge d'un feuillet du troisième livre du traité d'Isidore, on lit le nom de Maimbertus. Le premier ouvrage est anonyme et incomplet ; il y manque, presque en entier, les dix premiers chapitres du premier livre. On reconnaît cependant que ce traité, qui a été imprimé, est d'Isidore. Pour le prouver, il suffira de citer le passage suivant, tiré du chapitre De libris gentilium, qui fait partie du troisième livre : « Poetæ ideo in libris suis Venerem impudicam Martemque adulterum deos appellare voluerunt ut persuaderent mentes hominum quasi deos imitare in malum ut dum libidines a persuasione ad instar eorum flagitia confidenter committunt non quasi homines perditos sed quasi celestes deos imitare viderentur. Ideo proibetur christianis figmenta legere poetarum..... in lectione non verba sed veritas amanda. »
23
Date VIIIe siècle
Langue latin
Support Vélin
Support Parchemin assez épais
Dimensions In-4o oblong
Autres caractéristiques matérielles Manuscrit en caractères mérovingiens
Présentation du contenu L'orthographe en est fort singulière : on y trouve souvent le b pour le p (par exemple scribtura pour scriptura), ce qu'on voit aussi dans quelques inscriptions découvertes à Autun. A la marge d'un feuillet du troisième livre du traité d'Isidore, on lit le nom de Maimbertus. Le premier ouvrage est anonyme et incomplet ; il y manque, presque en entier, les dix premiers chapitres du premier livre. On reconnaît cependant que ce traité, qui a été imprimé, est d'Isidore. Pour le prouver, il suffira de citer le passage suivant, tiré du chapitre De libris gentilium, qui fait partie du troisième livre : « Poetæ ideo in libris suis Venerem impudicam Martemque adulterum deos appellare voluerunt ut persuaderent mentes hominum quasi deos imitare in malum ut dum libidines a persuasione ad instar eorum flagitia confidenter committunt non quasi homines perditos sed quasi celestes deos imitare viderentur. Ideo proibetur christianis figmenta legere poetarum..... in lectione non verba sed veritas amanda. »
Retour en haut de page