Accueil CCFr  >   EADC Reconnaissance de créance de Claude Deschamps contre Bénigne Charles Févret
Ajouter aux favoris Imprimer cette page (nouvelle fenêtre)

Reconnaissance de créance de Claude Deschamps contre Bénigne Charles Févret

Ajouter au panier ExporterFichier PDF de l'instance
Modifié le : 20/12/2018 17:33:34

Présentation globale de la collection

Etablissement de conservation
Bibliothèque municipale. Dijon, Côte d'Or Voir tous les inventaires
Tous les inventaires
Intitulé de l'instrument de recherche Fonds Reinert
Sous-titre Répertoire méthodique
Titre Fonds Reinert
Origine Eugène Ulysse Reinert
Importance matérielle 129 articles - 6 ml
Biographie ou histoire Né le 5 mars 1874 au Locle (canton de Neuchâtel, Suisse), Eugène Ulysse Reinert suit ses études au grand séminaire de Fribourg en 1894-1895. En 1896, il se trouve précepteur à Tain-l'Hermitage, dans la Drôme, puis intégre le grand séminaire de Dijon en 1897. Il est ordonné prêtre le 29 juin 1900 et débute son sacerdoce comme vicaire à Nuits-Saint-Georges, desservant la paroisse de Quincey. Il devient ensuite vicaire à Is-sur-Tille entre 1904 et 1911, sous la férule de l'abbé Pajot, puis curé de Champdôtre (1911-1919) et de Ruffey-lès-Echirey et Bellefond jusqu'en 1951. Il passe sa retraite à la Maison du clergé de Dijon, boulevard Voltaire, jusqu'à son décès le 27 octobre 1959.
Modalités d'acquisition Legs en 1960
Bibliographie Langlois, Sébastien. Un fonds d'archives inédit à la Bibliothèque municipale de Dijon : les papiers de l'abbé Reinert
Conditions d'accès L'accès aux collections patrimoniales est soumis à une autorisation préalable.
Conditions d'utilisation Toute publication de documents inédits doit être notifiée à l'établissement.
Citer sous la forme Bibliothèque municipale de Dijon, Ms. X, fol. Y.
Index

France -- 1789-1799 (Révolution) - Clergé


Informations sur l'instrument de recherche

Auteur(s) Sébastien Langlois
Éditeur Bibliothèque municipale de Dijon
Date de publication 2013
Création Créé avec le logiciel X-metal par Sébastien Langlois en 2010
Encodage effectué selon la DTD EAD-2002
Langue(s) de l'instrument de recherche Cet instrument de recherche est rédigé en français.
Notes

Autres(s) fichier(s) lié(s) à cette institution :

Présentation du contenu
Titre Collection de documents et pièces isolées
Description du contenu
Titre Collection de documents relatifs au clergé côte-d'orien (dont papiers Gros)
Présentation du contenu

On trouvera d'abord la collection de documents relatifs au clergé côte-d'orien, désigné par Reinert comme sa « collection d'autographes », constituée essentiellement de 450 lettres écrites entre 1740 et 1840, mais aussi de près de 140 documents divers relatifs aux clercs et à la vie religieuse locale (quittances et reçus de prêtres, mémoires, rapports et pétitions, certificats, documents liturgiques...).

Selon une logique strictement biographique, Reinert ordonna la plupart des documents par auteur, en indiquant parfois sur une chemise des éléments de biographie et d'analyse. Certains documents ont été numérotés par tampon. Cette présentation par auteur (et non par destinataire de lettres, comme le voudrait la pratique du respect des fonds) n'a pas été modifiée. Il semble que le contenu de ces lettres n'ait pratiquement pas été utilisé par Reinert pour réaliser ces notices biographiques, ce qui fait que ces documents originaux sont pour la plupart inédits et que les informations qu'ils renferment ne se retrouvent pas dans les notes de recherche de Reinert. La plupart présente des échanges entre des prêtres et des laïcs chargés de gérer leurs affaires temporelles (procureurs, avocats, syndics). Derrière une confusion apparente, le chercheur trouvera un fonds d'archives émanant d'un réseau assez bien défini, celui de Guillaume Gros.

En effet, plus de trois-cents lettres émanent des activités et du réseau professionnel de Guillaume Gros, homme de loi et agent d'affaire très lié aux milieux aristocratique et ecclésiastique dijonnais. Né en 1746 à Nuits-Saint-Georges d'un père chirurgien, Gros appartient à la bourgeoisie de robe de cette localité où il épouse en 1772 Etiennette Robert, fille d'avocat apparentée à la famille Gillotte. Dès 1769, il est reçu comme procureur au Parlement de Dijon et se trouve dès lors chargé d'affaires de nombreux ecclésiastiques dijonnais, probablement comme secrétaire de l'avocat Antoine Billard. Ce dernier est entre autres le syndic attitré de Jean Bonnafous du Terrail, abbé commendataire non-résident de l'abbaye de Saint-Vivant de Vergy. A ce titre, Billard et son second assurent la gestion des biens et des droits du prieur et entretiennent de nombreuses relations avec les prêtres dont les cures sont à la nomination de l'abbaye. On trouve ainsi toute une correspondance touchant la région de Nuits, d'Auxonne et de Saint-Jean-de-Losne (dont certaines terres et paroisses dépendent de Saint-Vivant et de son prieuré de Losne), relative au versement de novales et de dîmes, à la récolte et au commerce des vins, au frais de procédures judiciaires et de réparations d'églises. On trouvera également des lettres adressées à d'autres hommes de loi dijonnais qui ont tous un lien avec Billard, les abbés Bonnafous du Terrail oncle et neveu ou le milieu nuiton Gros-Robert-Gillotte (les gendres de Billard, Laurent et François Buvée, le procureur dijonnais Jean Lecomte, l'architecte Caristie, les Morisot...).

Bien qu'il occupe les fonctions de procureur élu de la commune de Dijon en 1790-1791, Gros n'admet pas les nouvelles idées politiques. Tout en faisant appliquer la législation religieuse (constitution civile du clergé, fermeture des couvents et ventes des biens nationaux, destitution des prêtres insermentés...), Gros se fait le défenseur des intérêts du clergé réfractaire et de l'ancienne noblesse parlementaire surveillée ou émigrée (voir en particulier les lettres des familles Macheco de Prémeaux, Butard des Montots ou Clopin de Bessey. Voir aussi Jarrot (Louis).- "Dijon du 1er janvier 1790 au 23 janvier 1793. Lettres [de Guillaume Gros] à un émigré [Marc-Antoine Claude de Pradier, Marquis d'Aigrain]" in Mémoires de la Société bourguignonne de géographie et d'histoire, tome 16, 1899, pp. 91-268). L'emprisonnement des prêtres du département en juin 1792 au séminaire de Dijon provoque son arrestation provisoire, puis son retrait des affaires. Après la Terreur, Gros reprend ses activités de conseil juridique pour les prêtres, anciens « clients » comme François Lamarosse d'Arcenant, ou éloignés de Dijon comme Philibert-Augustin Lacoste, nommé curé de Genève. Pour les années 1820-1830, la collection de Reinert dévoile une correspondance émanant du réseau de la paroisse Saint-Michel (Gros réside alors rue du Vieux-Collège), de son curé Philibert Deschamps, animateur de l'aumônerie des prisons dont Gros est trésorier, en lien avec l'évêque de Boisville, la famille Vaillant de Meixmoron et l'association la Providence de Théophile Foisset. L'utilisation de l'index général permettra au chercheur de remonter les méandres de ces réseaux complexes. Aucune indication ne permet de comprendre réellement les conditions d'acquisition d'un tel fonds par l'abbé Reinert.

Cote Ms 3899
Titre Première liasse – Lettre B à De
Support Papier
Importance matérielle 317 f.
Dimensions Dim. div.
Catalogue général des manuscrits
Division :  Ms 3899 / F. 326-327
Division Ms 3899 / F. 326-327
Titre Reconnaissance de créance de Claude Deschamps contre Bénigne Charles Févret
Date 13 décembre 1792
Retour en haut de page