Accueil CCFr  >   EADC Prieur, Monique
Ajouter aux favoris Imprimer cette page (nouvelle fenêtre)

Prieur, Monique

Ajouter au panier ExporterFichier PDF de l'instance

Présentation globale de la collection

Etablissement de conservation
Université d'Angers. Service commun de la documentation
Intitulé de l'instrument de recherche Université d'Angers. Service commun de la documentation et des archives. Centre des archives du féminisme
Titre Centre des archives du féminisme
Date 1869-2020
Langue français
Biographie ou histoire Créé en 2000 au sein de la bibliothèque universitaire d'Angers par une convention de partenariat entre l'association Archives du féminisme et l'université d'Angers, le Centre des archives du féminisme (CAF) est l'un des quatre principaux lieux de collecte et de sauvegarde des archives féministes en France, aux côtés de la bibliothèque Marguerite Durand, de La contemporaine et de l'espace audiovisuel Simone de Beauvoir.
Présentation du contenu

Fonds spécialisé

Fonds CollEx

Présentation du contenu

Archives : 300 mètre(s) linéaire(s)

Monographies : 10 000 volume(s)

Périodiques : 200 titre(s)

Présentation du contenu Le CAF a permis de rassembler près de 300 mètres linéaires d'archives privées des XIXe, XXe et XXIe siècles, données ou déposées par des associations militantes d'envergure nationale ou par des personnalités françaises, de tous horizons, connues pour leur combat et leurs prises de position féministes : Benoîte Groult, Yvette Roudy, Les Chiennes de garde... : voir
Modalités d'acquisition Don(s), Dépôt
Accroissements

Fonds ouvert

En complément de ces archives, le bibliothèque universitaire d'Angers développe un fonds documentaire unique sur l'histoire des femmes, le féminisme, l'antiféminisme, la condition féminine et les relations femmes/hommes, constitué de plus de 10 000 ouvrages et plus de 200 titres de revues féministes. Elle acquiert en effet les publications récentes qui sont proposées en accès libre et constitue en parallèle une collection rétrospective de livres, de brochures, de mémoires (notamment ceux qui ont concouru pour le prix Mnémosyne), de thèses, plus anciens, rares, précieux, parfois épuisés et de littérature grise.

Informations sur le traitement

Inventorié

Informations sur le traitement Le Centre des archives du féminisme mène une politique de classement et de conservation des documents concertée avec l'association Archives du féminisme et les filières archivistique et bibliothéconomique de l'université d'Angers.
Autre(s) instrument(s) de recherche

Un état des fonds féministes, des répertoires numériques détaillés pour chaque fonds et des inventaires consultables en ligne via Calames

État des fonds féministes : voir le catalogue

Calames : voir le catalogue

Bibliographie  Site du Centre des archives du féminisme : voir
Conditions d'accès Les archives du Centre des archives du féminisme sont consultables sur rendez-vous au sein de la bibliothèque universitaire d’Angers (Site Belle-Beille) du lundi au samedi, de 9h à 12 h et de 14 h à 17h. L'accès à la salle de consultation se fait sur rendez-vous, 8 jours à l'avance. Attention, dans le cadre d'importants travaux de rénovation de la bibliothèque universitaire de Belle-Beille impactant les réserves dédiées à la conservation des archives, la salle de consultation est fermée du 30 avril à octobre 2022.
Conditions d'utilisation Reproduction : L'utilisation d'un appareil photo sans flash est autorisée après signature d'un engagement à n'utiliser les clichés qu'à titre privé. Les photocopies sont interdites.
Index

Sciences sociales - Femmes - Féminisme

Auzias Claire - Beddoukh Laure - Bonnevial Marie - Brunschvicg Cécile - Céret Josie - Chantran Anne - Charles Anne-Marie - Delavault Huguette - Deudon Catherine - Devaud Marcelle - Franjou Marie-Hélène - Gaspard Françoise - Gérard Raymonde - Gérard Renée - Giffo-Levasseur Anne-Marie - Gonin Marie-Françoise - Grosjean Michèle - Groult Benoîte - Halpern Monique - Henry Natacha - Kepès Suzanne - Kreder Colette - Lagarde Béatrice - Michel Andrée - Montreynaud Florence - Planchais Agnès - Prieur Monique - Réchard Marie-Joseph - Rosenberg-Reiner Sylvie - Roudy Yvette - Saint-Criq Régine - Simon Pierre - Sirkis Luce - Sugier Annie - Tallineau Marie-Madeleine - Trumel Nelly - Viennot Éliane - Wolfrom Jacqueline

Association des femmes journalistesAssociation nationale des études féministes (ANEF)Collectif femmes de Saint-NazaireCollectif interruption volontaire de grossesse (CIVG) TenonConseil national des femmes françaises (CNFF)Coordination du Lobby européen des femmes (La CLEF)D'une rive à l'autreÉcologie-FéminismeEncore féministes !Espace Simone de BeauvoirFemme avenirFemmes libresGroupe information santé (GIS)La Meute contre la publicité sexisteLes Chiennes de gardeMouvement pour la liberté de l'avortement et de la contraception (MLAC)No pasaran !RupturesTémoigner pour le féminismeUnion féminine civique et sociale (UFCS)Union professionnelle féminine


Informations sur l'instrument de recherche

Auteur(s) Université d'Angers. Service commun de la documentation et des archives
Éditeur Bibliothèque nationale de France
Date de l'édition imprimée 2018/12/04
Langue(s) de l'instrument de recherche Catalogue rédigé en français
Présentation du contenu
Importance matérielle :  Volume total : Volume total : Importance matérielle :  Autre volumétrie : Autre volumétrie : 1 boîte d'archives. Papier (photos, affiches et un livre). Résumé : archives - militantisme féministe au sein du Parti Socialiste et association Réseau Femmes pour la parité - années 1980 et 1990 Biographie ou histoire : 

Monique Prieur est née le 2 février 1940 à Marvejols (48) en Lozère.

Elle a participé aux manifestations de femmes dans les années 1970.

Elle a géré la Maison des Femmes de Paris, avec Luce Sirkis, Odette Brun, Bernadette Laurent... La Maison des Femmes de Paris était un lieu de réunion mis à disposition des groupes de femmes (dont le MLAC), l'un des objectifs étant de favoriser les échanges entre divers groupes. L'équipe d’origine a démissionné collectivement pour faire émerger une nouvelle équipe (dont Monique Prieur ne faisait plus partie) qui a pris en charge la nouvelle Maison des Femmes, dont le relogement a été négocié avec la mairie de Paris.

Adhérente du PS, à la fin des années 70, elle a participé aux courants féministes au sein du parti, sous divers noms, dont « Mignonnes allons voir sous la rose ». Monique Prieur a quitté le PS en 1981, comme d'autres membres de ce courant, pensant qu'il valait mieux « s'investir dans les contre-pouvoirs pour faire avancer ses idées féministes ».

Elle fut la trésorière du Réseau Femmes pour la parité 1, association loi 1901 réunissant Françoise Gaspard, Luce Sirkis, Françoise Duriez, Monique Dental, Claude Servan-Schreiber, Eliane Viennot... Une des particularités de ce réseau fut de vouloir faire travailler ensemble des femmes d’entreprises et des chercheuses. Mais très vite, des dissensions entre les chercheuses et les femmes d’entreprises se sont fait jour, ce qui a conduit à la dissolution du Réseau avant le vote sur la loi pour la parité.

Monique Prieur fut aussi la trésorière du GAMS dans les années 2000, sous la présidence de Marie-Hélène Franjou. L'association GAMS se réunissait au début dans la maison des Femmes de Paris. C’est là que Monique Prieur a rencontré pour la première fois Marie-Hélène Franjou.

Présentation du contenu : 

Fonds particulier

Fonds CollEx

Présentation du contenu : 

Archives

Présentation du contenu : 

Le féminisme de Monique Prieur est essentiellement de nature politique : son militantisme s'attache à promouvoir le rôle des femmes en politique dans un contexte majoritairement masculin.

Le fonds regroupe principalement des comptes rendus de mouvements politiques et d'associations auxquels Monique Prieur a pris part, des années 1970 à 2000. Quelques documents complémentaires sont aussi présents tels que des correspondances, des photos et une affiche d'un manifeste.

Les différentes associations ou mouvements cités sont la Maison des Femmes de Paris, divers courants au sein du PS, ou en marge du PS, tels que Mignonnes allons voir sous la rose ou le Courant G et le Réseau Femmes pour la parité.

Tel qu’il nous a été transmis, le fonds comporte d’importantes lacunes, notamment sur la Maison des Femmes à laquelle Monique Prieur a participé et sur laquelle on trouvera ici très peu de documents.

Accroissements : Fonds clos Informations sur le traitement : 

Catalogué

Informations sur le traitement : Cote 41 AF Autre(s) instrument(s) de recherche : Calames : voir le catalogueDocuments en relation : 

Angers - Université d'Angers. Service commun de la documentation - Gaspard, Françoise (Fonds lié)

Angers - Université d'Angers. Service commun de la documentation - Saint-Criq, Régine (association Parité) (Fonds lié)

Angers - Université d'Angers. Service commun de la documentation - Sirkis, Luce (Fonds lié)

Au Centre des Archives du Féminisme : Fonds Marie-Hélène Franjou (36 AF) pour le GAMS.

Bibliothèque Marguerite Durand (Paris) :La BMD tient à jour une série de dossiers documentaires sur la parité : • Dossier « La Parité en politique » (cote DOS 324 POL) rassemblant des généralités sur le sujet, en France et à l'étranger. • Dossier « Parité en politique : associations » avec des sous-dossiers sur diverses associations œuvrant dans le domaine (cote DOS 121). • Dossier « L'Observatoire de la parité » (cote DOS 159). • Dossier « Réseau européen Les Femmes dans la prise de décision » (cote DOS 159).S’y ajoutent des archives, non traitées : • Fonds « Réseau Femmes pour la parité » fondé en 1993, don de la fondatrice de l’association (1 boîte) • Archives et documentation réunies par Laure Béréni pour sa thèse De la cause à la loi : les mobilisations pour la parité politique en France (1992-2000) (don de l’auteure, 2009). • Dossier sur l'association GAMS (cote DOS 190). �� Ainsi qu’un dossier sur les Maisons des femmes coté 362 MAI.

La Fondation Jean Jaurès conserve un fonds du secteur national « femmes » de la direction nationale du PS, accessible à la cote 1 FE à 6 FE. Ce fonds concerne l'activité des femmes au sein du PS de 1971 à 1989.

La Maison des Femmes de Paris conserve des archives documentaires sur les associations féministes. Maison des Femmes de Paris, 163 rue de Charenton, 75012 Paris. Tél. : 01 43 43 41 13 (accès réservé aux femmes).

Titre Prieur, Monique
Date 1978-1999
Langue français
Importance matérielle Volume total : Volume total :
Importance matérielle Autre volumétrie : Autre volumétrie : 1 boîte d'archives. Papier (photos, affiches et un livre).
Résumé archives - militantisme féministe au sein du Parti Socialiste et association Réseau Femmes pour la parité - années 1980 et 1990
Biographie ou histoire

Monique Prieur est née le 2 février 1940 à Marvejols (48) en Lozère.

Elle a participé aux manifestations de femmes dans les années 1970.

Elle a géré la Maison des Femmes de Paris, avec Luce Sirkis, Odette Brun, Bernadette Laurent... La Maison des Femmes de Paris était un lieu de réunion mis à disposition des groupes de femmes (dont le MLAC), l'un des objectifs étant de favoriser les échanges entre divers groupes. L'équipe d’origine a démissionné collectivement pour faire émerger une nouvelle équipe (dont Monique Prieur ne faisait plus partie) qui a pris en charge la nouvelle Maison des Femmes, dont le relogement a été négocié avec la mairie de Paris.

Adhérente du PS, à la fin des années 70, elle a participé aux courants féministes au sein du parti, sous divers noms, dont « Mignonnes allons voir sous la rose ». Monique Prieur a quitté le PS en 1981, comme d'autres membres de ce courant, pensant qu'il valait mieux « s'investir dans les contre-pouvoirs pour faire avancer ses idées féministes ».

Elle fut la trésorière du Réseau Femmes pour la parité 1, association loi 1901 réunissant Françoise Gaspard, Luce Sirkis, Françoise Duriez, Monique Dental, Claude Servan-Schreiber, Eliane Viennot... Une des particularités de ce réseau fut de vouloir faire travailler ensemble des femmes d’entreprises et des chercheuses. Mais très vite, des dissensions entre les chercheuses et les femmes d’entreprises se sont fait jour, ce qui a conduit à la dissolution du Réseau avant le vote sur la loi pour la parité.

Monique Prieur fut aussi la trésorière du GAMS dans les années 2000, sous la présidence de Marie-Hélène Franjou. L'association GAMS se réunissait au début dans la maison des Femmes de Paris. C’est là que Monique Prieur a rencontré pour la première fois Marie-Hélène Franjou.

Présentation du contenu

Fonds particulier

Fonds CollEx

Présentation du contenu

Archives

Présentation du contenu

Le féminisme de Monique Prieur est essentiellement de nature politique : son militantisme s'attache à promouvoir le rôle des femmes en politique dans un contexte majoritairement masculin.

Le fonds regroupe principalement des comptes rendus de mouvements politiques et d'associations auxquels Monique Prieur a pris part, des années 1970 à 2000. Quelques documents complémentaires sont aussi présents tels que des correspondances, des photos et une affiche d'un manifeste.

Les différentes associations ou mouvements cités sont la Maison des Femmes de Paris, divers courants au sein du PS, ou en marge du PS, tels que Mignonnes allons voir sous la rose ou le Courant G et le Réseau Femmes pour la parité.

Tel qu’il nous a été transmis, le fonds comporte d’importantes lacunes, notamment sur la Maison des Femmes à laquelle Monique Prieur a participé et sur laquelle on trouvera ici très peu de documents.

Accroissements Fonds clos
Informations sur le traitement

Catalogué

Informations sur le traitement Cote 41 AF
Autre(s) instrument(s) de recherche Calames : voir le catalogue
Documents en relation

Angers - Université d'Angers. Service commun de la documentation - Gaspard, Françoise (Fonds lié)

Angers - Université d'Angers. Service commun de la documentation - Saint-Criq, Régine (association Parité) (Fonds lié)

Angers - Université d'Angers. Service commun de la documentation - Sirkis, Luce (Fonds lié)

Au Centre des Archives du Féminisme : Fonds Marie-Hélène Franjou (36 AF) pour le GAMS.

Bibliothèque Marguerite Durand (Paris) :La BMD tient à jour une série de dossiers documentaires sur la parité : • Dossier « La Parité en politique » (cote DOS 324 POL) rassemblant des généralités sur le sujet, en France et à l'étranger. • Dossier « Parité en politique : associations » avec des sous-dossiers sur diverses associations œuvrant dans le domaine (cote DOS 121). • Dossier « L'Observatoire de la parité » (cote DOS 159). • Dossier « Réseau européen Les Femmes dans la prise de décision » (cote DOS 159).S’y ajoutent des archives, non traitées : • Fonds « Réseau Femmes pour la parité » fondé en 1993, don de la fondatrice de l’association (1 boîte) • Archives et documentation réunies par Laure Béréni pour sa thèse De la cause à la loi : les mobilisations pour la parité politique en France (1992-2000) (don de l’auteure, 2009). • Dossier sur l'association GAMS (cote DOS 190). �� Ainsi qu’un dossier sur les Maisons des femmes coté 362 MAI.

La Fondation Jean Jaurès conserve un fonds du secteur national « femmes » de la direction nationale du PS, accessible à la cote 1 FE à 6 FE. Ce fonds concerne l'activité des femmes au sein du PS de 1971 à 1989.

La Maison des Femmes de Paris conserve des archives documentaires sur les associations féministes. Maison des Femmes de Paris, 163 rue de Charenton, 75012 Paris. Tél. : 01 43 43 41 13 (accès réservé aux femmes).

Index

Thème(s) :   - Histoire  - Sociologie et démographie  - Science politique  - Parité  - Parti socialiste  - Féminisme

Personne(s) liée(s) :   - Prieur, Monique Prieur, Monique

Retour en haut de page