Accueil CCFr  >   EADC Charles, Anne-Marie
Ajouter aux favoris Imprimer cette page (nouvelle fenêtre)

Charles, Anne-Marie

Ajouter au panier ExporterFichier PDF de l'instance

Présentation globale de la collection

Etablissement de conservation
Université d'Angers. Service commun de la documentation
Intitulé de l'instrument de recherche Université d'Angers. Service commun de la documentation et des archives. Centre des archives du féminisme
Titre Centre des archives du féminisme
Date 1869-2020
Langue français
Biographie ou histoire Créé en 2000 au sein de la bibliothèque universitaire d'Angers par une convention de partenariat entre l'association Archives du féminisme et l'université d'Angers, le Centre des archives du féminisme (CAF) est l'un des quatre principaux lieux de collecte et de sauvegarde des archives féministes en France, aux côtés de la bibliothèque Marguerite Durand, de La contemporaine et de l'espace audiovisuel Simone de Beauvoir.
Présentation du contenu

Fonds spécialisé

Fonds CollEx

Présentation du contenu

Archives : 300 mètre(s) linéaire(s)

Monographies : 10 000 volume(s)

Périodiques : 200 titre(s)

Présentation du contenu Le CAF a permis de rassembler près de 300 mètres linéaires d'archives privées des XIXe, XXe et XXIe siècles, données ou déposées par des associations militantes d'envergure nationale ou par des personnalités françaises, de tous horizons, connues pour leur combat et leurs prises de position féministes : Benoîte Groult, Yvette Roudy, Les Chiennes de garde... : voir
Modalités d'acquisition Don(s), Dépôt
Accroissements

Fonds ouvert

En complément de ces archives, le bibliothèque universitaire d'Angers développe un fonds documentaire unique sur l'histoire des femmes, le féminisme, l'antiféminisme, la condition féminine et les relations femmes/hommes, constitué de plus de 10 000 ouvrages et plus de 200 titres de revues féministes. Elle acquiert en effet les publications récentes qui sont proposées en accès libre et constitue en parallèle une collection rétrospective de livres, de brochures, de mémoires (notamment ceux qui ont concouru pour le prix Mnémosyne), de thèses, plus anciens, rares, précieux, parfois épuisés et de littérature grise.

Informations sur le traitement

Inventorié

Informations sur le traitement Le Centre des archives du féminisme mène une politiuqe de classement et de conservation des documents concertée avec l'association Archives du féminisme et les filières archivistique et bibliothéconomique de l'université d'Angers.
Autre(s) instrument(s) de recherche

Un état des fonds féministes, des répertoires numériques détaillés pour chaque fonds et des inventaires consultables en ligne via Calames

État des fonds féministes : voir le catalogue

Calames : voir le catalogue

Bibliographie Site du Centre des archives du féminisme:voir
Conditions d'accès Les archives du Centre des archives du féminisme sont consultables sur rendez-vous au sein de la bibliothèque universitaire d’Angers (Site Belle-Beille) du lundi au samedi, de 9h à 12 h et de 14 h à 17h. L'accès à la salle de consultation se fait sur rendez-vous, 8 jours à l'avance. Attention, dans le cadre d'importants travaux de rénovation de la bibliothèque universitaire de Belle-Beille impactant les réserves dédiées à la conservation des archives, la salle de consultation est fermée du 30 avril à octobre 2022.
Conditions d'utilisation Reproduction : L'utilisation d'un appareil photo sans flash est autorisée après signature d'un engagement à n'utiliser les clichés qu'à titre privé. Les photocopies sont interdites.
Index

Sciences sociales - Femmes - Féminisme

Auzias Claire - Beddoukh Laure - Bonnevial Marie - Brunschvicg Cécile - Céret Josie - Chantran Anne - Charles Anne-Marie - Delavault Huguette - Deudon Catherine - Devaud Marcelle - Franjou Marie-Hélène - Gaspard Françoise - Gérard Raymonde - Gérard Renée - Giffo-Levasseur Anne-Marie - Gonin Marie-Françoise - Grosjean Michèle - Groult Benoîte - Halpern Monique - Henry Natacha - Kepès Suzanne - Kreder Colette - Lagarde Béatrice - Michel Andrée - Montreynaud Florence - Planchais Agnès - Prieur Monique - Réchard Marie-Joseph - Rosenberg-Reiner Sylvie - Roudy Yvette - Saint-Criq Régine - Simon Pierre - Sirkis Luce - Sugier Annie - Tallineau Marie-Madeleine - Trumel Nelly - Viennot Éliane - Wolfrom Jacqueline

Association des femmes journalistesAssociation nationale des études féministes (ANEF)Collectif femmes de Saint-NazaireCollectif interruption volontaire de grossesse (CIVG) TenonConseil national des femmes françaises (CNFF)Coordination du Lobby européen des femmes (La CLEF)D'une rive à l'autreÉcologie-FéminismeEncore féministes !Espace Simone de BeauvoirFemme avenirFemmes libresGroupe information santé (GIS)La Meute contre la publicité sexisteLes Chiennes de gardeMouvement pour la liberté de l'avortement et de la contraception (MLAC)No pasaran !RupturesTémoigner pour le féminismeUnion féminine civique et sociale (UFCS)Union professionnelle féminine


Informations sur l'instrument de recherche

Auteur(s) Université d'Angers. Service commun de la documentation et des archives
Éditeur Bibliothèque nationale de France
Date de l'édition imprimée 2018/12/04
Langue(s) de l'instrument de recherche Catalogue rédigé en français
Présentation du contenu
Importance matérielle :  Volume total : Volume total : Importance matérielle :  Autre volumétrie : Autre volumétrie : 3 boîtes d'archives. 50 affiches. Résumé : archives, correspondance, journaux - droit à l'avortement, lutte contre les violences faites aux femmes, engagement lesbien, groupe Les Pétroleuses Biographie ou histoire : 

Anne-Marie Charles est née le 17 août 1946 à Paris. Elle est arrivée à Angers à l'âge de deux ans. Sa mère a été coiffeuse esthéticienne puis secrétaire chez Bull et son père métallurgiste aux établissements Bessonneau. Sa sœur cadette est née en 1955. Anne-Marie Charles et sa famille habitaient dans une maison bourgeoise avec ses grands-parents maternels, elle a donc été élevée à la fois dans la culture bourgeoise et ouvrière. Dès l'adolescence, elle a été intéressée par le fonctionnement de la société, les injustices, la place des hommes et des femmes, elle s'interrogeait aussi sur sa place et son identité. Le militantisme et la lutte pour le droit des femmes s'inscrivent dans sa famille puisque son beau-frère, Frédéric Dabouis, est féministe et milite au sein du collectif angevin d’Égal à Égales. Ce dernier a produit un livret sur l'histoire du féminisme intitulé Des Pétroleuses aux Danaïdes, aspects du mouvement féministe à Angers, dans les Cahiers du CESA (Cercle d'études sociales angevin), en 2011. Anne-Marie Charles est pacsée avec une compagne avec laquelle elle vit depuis 1982. Lors du dépôt du fonds à la bibliothèque universitaire d'Angers, elle était à la retraite. Auparavant, elle a été professeure des écoles puis, durant les trois dernières années de sa carrière, directrice de l'école primaire Condorcet à Angers.

Anne-Marie Charles a participé à plusieurs associations angevines concernant la condition féminine. Dans son fonds d'archives, nous trouvons des documents relatifs au groupe des Pétroleuses d'Angers auquel elle adhère en 1974. Elle avait, auparavant, fait un passage au Parti communiste où on lui avait demandé de choisir entre son orientation sexuelle et son militantisme. Elle a donc été sympathisante de la Ligue communiste mais cela n'a pas été plus loin. En entrant dans le groupe des Pétroleuses non mixte, elle a fait le choix de ne pas laisser les hommes dicter les règles et exercer leur machisme.

Les Pétroleuses ont eu une durée de vie de 3 à 4 ans. Ce groupe a été créé par des femmes qui faisaient partie de groupes d'extrême gauche. Ainsi, la dimension de lutte de classe est présente. En effet cette création d'un mouvement de femmes non mixte a été motivée par la présence de sexisme au sein même des groupes d'extrême gauche. Les Pétroleuses sont ensuite devenues, en 1976, le groupe Femmes d'Angers qui a existé jusqu'en 1980. C'était un groupe « fédérateur » non mixte, puisqu'il réunissait plusieurs groupes comme travail, groupe hôpital, contraception et avortement, groupe viol, école normale. Puis, en 1979, s'est constitué, au sein du groupe Femmes d'Angers, le groupe des Lesbiennes féministes. Anne-Marie Charles y participait ainsi qu'au groupe central du groupe Femmes d'Angers. Autour des années 1980, il restait seulement le groupe de Lesbiennes. En effet, les autres branches du groupe ont disparu. La baisse du militantisme ambiant, en 1981, peut expliquer la fin du groupe Femmes d'Angers ainsi que l'évolution du groupe de Lesbiennes qui devint, en 1982, les Danaïdes. Il s'agissait d'une « cafette » de femmes non mixte tenue par des lesbiennes qui reste une cafétéria féministe. Cette organisation proposait un repas par semaine. La cafétéria était ouverte le dimanche après-midi dans une optique de rencontres. Ainsi une rencontre a été organisée autour des Anglaises de Greenham Common mobilisées contre une base de missiles nucléaires.

Cette cafétéria a existé jusque dans les années 1985-1986. Puis Anne-Marie Charles a arrêté son engagement pendant quelques années et fut remotivée en 1998 par la venue d’Élodie Marrel, étudiante militant dans un groupe anarchiste à l’Étincelle (rue Maillé à Angers). L'étudiante a souhaité s'entretenir avec Anne-Marie Charles dans le cadre d'un mémoire dirigé par Christine Bard. Anne-Marie Charles a repris alors la lutte avec la Marche mondiale des femmes, projet international. Elle a rejoint ensuite le lieu de l’Étincelle dans lequel se réunissaient des groupes politiques pour y créer le collectif mixte Émancipation. Ce groupe existe toujours mais Anne-Marie Charles s'en est retirée en 2001-2002. Elle précise que ces différents groupes ne conservaient rien et refusaient les subventions. On peut donc parler de groupes informels.Anne-Marie Charles est décédée le 15 janvier 2015, à l'âge de 68 ans

Présentation du contenu : 

Fonds particulier

Fonds CollEx

Présentation du contenu : 

Archives

Affiches

Présentation du contenu : 

Le fonds d'archives Anne-Marie Charles contient des documents papier de différentes natures tel que des dossiers, des affiches, des lettres manuscrites, des photographies, des journaux, des publications.

Ce fonds illustre essentiellement la vie d'une femme militante dans la région angevine. Il montre à travers cet engagement la lutte des Françaises pour obtenir le droit à l'avortement puis, après l'obtention de ce droit, leur lutte pour que soit maintenu ce droit dans les faits. Nous retrouvons cela dans des dossiers sur l'application de la loi Veil dans le Maine-et-Loire ainsi que des informations sur le Planning Familial dans la région des Pays-de-la-Loire.

Ce fonds nous permet aussi de comprendre l'évolution des différentes organisations féministes sur le territoire angevin. Ainsi le classement du fonds par ordre chronologique, en partant des Pétroleuses et en finissant avec le collectif Émancipation, permet de mieux comprendre l'évolution des associations féministes et, par la même occasion, l'évolution de l'engagement militant d'Anne-Marie Charles. Ce fonds contient aussi des documents concernant la violence contre les femmes, ainsi que l'engagement lesbien et homosexuel comme le CUARH (Comité d'urgence anti-répression homosexuelle) ou l'association des Danaïdes.

Une grande partie du fonds concerne les Pétroleuses, groupe non mixte du MLF, tendance lutte des classes. À travers les archives conservées par Anne-Marie Charles, on remarque l'évolution de ce groupe, ainsi que la construction du lien fort entre les Pétroleuses ou Femmes en lutte et le monde du travail.

Accroissements : Fonds clos Informations sur le traitement : 

Catalogué

Informations sur le traitement : Cote 38 AF Autre(s) instrument(s) de recherche : Calames : voir le catalogueDocuments en relation : 

Angers - Université d'Angers. Service commun de la documentation - Mouvement de libération de l'avortement et la contraception (MLAC) (Fonds lié)

Angers - Université d'Angers. Service commun de la documentation - Ceret, Josie (Fonds lié)

Angers - Université d'Angers. Service commun de la documentation - Simon, Pierre (Fonds lié)

Titre Charles, Anne-Marie
Date 1976-2011
Langue français, espagnol (ou castillan), allemand, anglais
Importance matérielle Volume total : Volume total :
Importance matérielle Autre volumétrie : Autre volumétrie : 3 boîtes d'archives. 50 affiches.
Résumé archives, correspondance, journaux - droit à l'avortement, lutte contre les violences faites aux femmes, engagement lesbien, groupe Les Pétroleuses
Biographie ou histoire

Anne-Marie Charles est née le 17 août 1946 à Paris. Elle est arrivée à Angers à l'âge de deux ans. Sa mère a été coiffeuse esthéticienne puis secrétaire chez Bull et son père métallurgiste aux établissements Bessonneau. Sa sœur cadette est née en 1955. Anne-Marie Charles et sa famille habitaient dans une maison bourgeoise avec ses grands-parents maternels, elle a donc été élevée à la fois dans la culture bourgeoise et ouvrière. Dès l'adolescence, elle a été intéressée par le fonctionnement de la société, les injustices, la place des hommes et des femmes, elle s'interrogeait aussi sur sa place et son identité. Le militantisme et la lutte pour le droit des femmes s'inscrivent dans sa famille puisque son beau-frère, Frédéric Dabouis, est féministe et milite au sein du collectif angevin d’Égal à Égales. Ce dernier a produit un livret sur l'histoire du féminisme intitulé Des Pétroleuses aux Danaïdes, aspects du mouvement féministe à Angers, dans les Cahiers du CESA (Cercle d'études sociales angevin), en 2011. Anne-Marie Charles est pacsée avec une compagne avec laquelle elle vit depuis 1982. Lors du dépôt du fonds à la bibliothèque universitaire d'Angers, elle était à la retraite. Auparavant, elle a été professeure des écoles puis, durant les trois dernières années de sa carrière, directrice de l'école primaire Condorcet à Angers.

Anne-Marie Charles a participé à plusieurs associations angevines concernant la condition féminine. Dans son fonds d'archives, nous trouvons des documents relatifs au groupe des Pétroleuses d'Angers auquel elle adhère en 1974. Elle avait, auparavant, fait un passage au Parti communiste où on lui avait demandé de choisir entre son orientation sexuelle et son militantisme. Elle a donc été sympathisante de la Ligue communiste mais cela n'a pas été plus loin. En entrant dans le groupe des Pétroleuses non mixte, elle a fait le choix de ne pas laisser les hommes dicter les règles et exercer leur machisme.

Les Pétroleuses ont eu une durée de vie de 3 à 4 ans. Ce groupe a été créé par des femmes qui faisaient partie de groupes d'extrême gauche. Ainsi, la dimension de lutte de classe est présente. En effet cette création d'un mouvement de femmes non mixte a été motivée par la présence de sexisme au sein même des groupes d'extrême gauche. Les Pétroleuses sont ensuite devenues, en 1976, le groupe Femmes d'Angers qui a existé jusqu'en 1980. C'était un groupe « fédérateur » non mixte, puisqu'il réunissait plusieurs groupes comme travail, groupe hôpital, contraception et avortement, groupe viol, école normale. Puis, en 1979, s'est constitué, au sein du groupe Femmes d'Angers, le groupe des Lesbiennes féministes. Anne-Marie Charles y participait ainsi qu'au groupe central du groupe Femmes d'Angers. Autour des années 1980, il restait seulement le groupe de Lesbiennes. En effet, les autres branches du groupe ont disparu. La baisse du militantisme ambiant, en 1981, peut expliquer la fin du groupe Femmes d'Angers ainsi que l'évolution du groupe de Lesbiennes qui devint, en 1982, les Danaïdes. Il s'agissait d'une « cafette » de femmes non mixte tenue par des lesbiennes qui reste une cafétéria féministe. Cette organisation proposait un repas par semaine. La cafétéria était ouverte le dimanche après-midi dans une optique de rencontres. Ainsi une rencontre a été organisée autour des Anglaises de Greenham Common mobilisées contre une base de missiles nucléaires.

Cette cafétéria a existé jusque dans les années 1985-1986. Puis Anne-Marie Charles a arrêté son engagement pendant quelques années et fut remotivée en 1998 par la venue d’Élodie Marrel, étudiante militant dans un groupe anarchiste à l’Étincelle (rue Maillé à Angers). L'étudiante a souhaité s'entretenir avec Anne-Marie Charles dans le cadre d'un mémoire dirigé par Christine Bard. Anne-Marie Charles a repris alors la lutte avec la Marche mondiale des femmes, projet international. Elle a rejoint ensuite le lieu de l’Étincelle dans lequel se réunissaient des groupes politiques pour y créer le collectif mixte Émancipation. Ce groupe existe toujours mais Anne-Marie Charles s'en est retirée en 2001-2002. Elle précise que ces différents groupes ne conservaient rien et refusaient les subventions. On peut donc parler de groupes informels.Anne-Marie Charles est décédée le 15 janvier 2015, à l'âge de 68 ans

Présentation du contenu

Fonds particulier

Fonds CollEx

Présentation du contenu

Archives

Affiches

Présentation du contenu

Le fonds d'archives Anne-Marie Charles contient des documents papier de différentes natures tel que des dossiers, des affiches, des lettres manuscrites, des photographies, des journaux, des publications.

Ce fonds illustre essentiellement la vie d'une femme militante dans la région angevine. Il montre à travers cet engagement la lutte des Françaises pour obtenir le droit à l'avortement puis, après l'obtention de ce droit, leur lutte pour que soit maintenu ce droit dans les faits. Nous retrouvons cela dans des dossiers sur l'application de la loi Veil dans le Maine-et-Loire ainsi que des informations sur le Planning Familial dans la région des Pays-de-la-Loire.

Ce fonds nous permet aussi de comprendre l'évolution des différentes organisations féministes sur le territoire angevin. Ainsi le classement du fonds par ordre chronologique, en partant des Pétroleuses et en finissant avec le collectif Émancipation, permet de mieux comprendre l'évolution des associations féministes et, par la même occasion, l'évolution de l'engagement militant d'Anne-Marie Charles. Ce fonds contient aussi des documents concernant la violence contre les femmes, ainsi que l'engagement lesbien et homosexuel comme le CUARH (Comité d'urgence anti-répression homosexuelle) ou l'association des Danaïdes.

Une grande partie du fonds concerne les Pétroleuses, groupe non mixte du MLF, tendance lutte des classes. À travers les archives conservées par Anne-Marie Charles, on remarque l'évolution de ce groupe, ainsi que la construction du lien fort entre les Pétroleuses ou Femmes en lutte et le monde du travail.

Accroissements Fonds clos
Informations sur le traitement

Catalogué

Informations sur le traitement Cote 38 AF
Autre(s) instrument(s) de recherche Calames : voir le catalogue
Documents en relation

Angers - Université d'Angers. Service commun de la documentation - Mouvement de libération de l'avortement et la contraception (MLAC) (Fonds lié)

Angers - Université d'Angers. Service commun de la documentation - Ceret, Josie (Fonds lié)

Angers - Université d'Angers. Service commun de la documentation - Simon, Pierre (Fonds lié)

Index

Thème(s) :   - Histoire  - Féminisme

Personne(s) liée(s) :   - Charles, Anne-Marie Charles, Anne-Marie

Retour en haut de page