Accueil CCFr  >   EADC Ecologie, environnement, biodiversité. Archives du Laboratoire des Pêches coloniales
Ajouter aux favoris Imprimer cette page (nouvelle fenêtre)

Ecologie, environnement, biodiversité. Archives du Laboratoire des Pêches coloniales

Ajouter au panier ExporterFichier PDF de l'instance

Présentation globale de la collection

Etablissement de conservation
Muséum national d'histoire naturelle. Bibliothèque centrale. Paris
Intitulé de l'instrument de recherche Muséum national d'histoire naturelle. Bibliothèque centrale. Paris. Écologie, environnement, biodiversité
Titre Écologie, environnement, biodiversité
Présentation du contenu

Fonds CollEx


Informations sur l'instrument de recherche

Auteur(s) Muséum national d'histoire naturelle. Bibliothèque centrale. Paris
Éditeur Bibliothèque nationale de France
Date de l'édition imprimée 2021/07/26
Langue(s) de l'instrument de recherche Catalogue rédigé en français
Présentation du contenu
Importance matérielle :  Volume total : 0,5 mètre(s) linéaire(s) Importance matérielle :  Autre volumétrie : 3 boîtes d'archives Résumé : Protection de la faune et de la flore coloniales. Commission de Protection de la Faune coloniale, puis Comité national permanent pour la Protection de la Faune coloniale : création et suivi, relations avec les correspondants dans les Colonies et avec les partenaires étrangers, participation à des manifestations internationales Présentation du contenu : Le laboratoire des Pêches coloniales est créé en 1912 pour répondre à la question de l’industrialisation des pêches portée par les acteurs de la « mise en valeur » coloniale, administration, scientifiques et secteur de la pêche. C’est aussi à cette époque qu’apparaît la notion de protection de la nature et plus spécifiquement de la faune. Pour la faune aquatique, elle s’appuie sur le développement de la recherche en biologie marine en France à la fin du 19ème siècle, à travers les stations marines qui appliquent des méthodes expérimentales à la biologie, développent des liens entre la science, les pêcheries et l’aquaculture. Abel Jean Gruvel (1870-1941), instigateur du Laboratoire des « Pêches coloniales » et son premier directeur jusqu’à son décès en 1941, va aider à mettre en place des stratégies d’action de protection de la nature, surtout après la Première Guerre mondiale, dans un contexte de croissance industrielle et technique. En 1925, il provoque la création d’un comité national pour la protection de la faune coloniale. En 1931, le Laboratoire des Pêches coloniales assure le secrétariat du IIème Congrès international pour la Protection de la Nature organisé à Paris. En 1933, Gruvel fait partie de la délégation française à la Conférence internationale pour la Protection de la Faune et de la Flore d'Afrique organisée à Londres. Les archives du Laboratoire des « Pêches coloniales » du Muséum sont particulièrement intéressantes de ce point de vue et nous permettent de comprendre comment Abel Jean Gruvel s’est représenté la situation durant les 35 années où il s’est prononcé sur la pêche en Afrique Occidentale Française (AOF) et dans les autres colonies françaises. Présentation du contenu : 

Fonds CollEx

Présentation du contenu : 

Archives

Accroissements : Fonds clos Informations sur le traitement : 

Catalogué

Informations sur le traitement : ARCH PC 23 - ARCH PC 25 Autre(s) instrument(s) de recherche : Catalogue Calames : voir le catalogueDocuments en relation : Paris - Muséum national d'histoire naturelle. Bibliothèque centrale. Paris - Ichtyologie. Archives du Laboratoire des Pêches coloniales (Fonds lié) Abel Jean Gruvel. Titres et Travaux scientifiques. Paris : Société d’Editions géographiques, maritimes et coloniales, 1930 Marc Pave et Emmanuel Charles-Dominique. "Science et politique des pêches en Afrique Occidentale Française (1900-1950) : quelles limites de quelles ressources ?". Natures Sciences Sociétés, 1999, vol.7, n°2, p. 5-18 Henri Jaffeux. "La longue et passionnante histoire des parcs nationaux français". Pour Mémoire, 2010, n°9, p. 138-163Conditions d'accès : Accès : Fonds conservé à la Bibliothèque centrale du Muséum national d'Histoire naturelle. Consultable sur place après inscription
Titre Ecologie, environnement, biodiversité. Archives du Laboratoire des Pêches coloniales
Date 1900-1940
Langue français
Importance matérielle Volume total : 0,5 mètre(s) linéaire(s)
Importance matérielle Autre volumétrie : 3 boîtes d'archives
Résumé Protection de la faune et de la flore coloniales. Commission de Protection de la Faune coloniale, puis Comité national permanent pour la Protection de la Faune coloniale : création et suivi, relations avec les correspondants dans les Colonies et avec les partenaires étrangers, participation à des manifestations internationales
Présentation du contenu Le laboratoire des Pêches coloniales est créé en 1912 pour répondre à la question de l’industrialisation des pêches portée par les acteurs de la « mise en valeur » coloniale, administration, scientifiques et secteur de la pêche. C’est aussi à cette époque qu’apparaît la notion de protection de la nature et plus spécifiquement de la faune. Pour la faune aquatique, elle s’appuie sur le développement de la recherche en biologie marine en France à la fin du 19ème siècle, à travers les stations marines qui appliquent des méthodes expérimentales à la biologie, développent des liens entre la science, les pêcheries et l’aquaculture. Abel Jean Gruvel (1870-1941), instigateur du Laboratoire des « Pêches coloniales » et son premier directeur jusqu’à son décès en 1941, va aider à mettre en place des stratégies d’action de protection de la nature, surtout après la Première Guerre mondiale, dans un contexte de croissance industrielle et technique. En 1925, il provoque la création d’un comité national pour la protection de la faune coloniale. En 1931, le Laboratoire des Pêches coloniales assure le secrétariat du IIème Congrès international pour la Protection de la Nature organisé à Paris. En 1933, Gruvel fait partie de la délégation française à la Conférence internationale pour la Protection de la Faune et de la Flore d'Afrique organisée à Londres. Les archives du Laboratoire des « Pêches coloniales » du Muséum sont particulièrement intéressantes de ce point de vue et nous permettent de comprendre comment Abel Jean Gruvel s’est représenté la situation durant les 35 années où il s’est prononcé sur la pêche en Afrique Occidentale Française (AOF) et dans les autres colonies françaises.
Présentation du contenu

Fonds CollEx

Présentation du contenu

Archives

Accroissements Fonds clos
Informations sur le traitement

Catalogué

Informations sur le traitement ARCH PC 23 - ARCH PC 25
Autre(s) instrument(s) de recherche Catalogue Calames : voir le catalogue
Documents en relation Paris - Muséum national d'histoire naturelle. Bibliothèque centrale. Paris - Ichtyologie. Archives du Laboratoire des Pêches coloniales (Fonds lié)
Bibliographie Abel Jean Gruvel. Titres et Travaux scientifiques. Paris : Société d’Editions géographiques, maritimes et coloniales, 1930 Marc Pave et Emmanuel Charles-Dominique. "Science et politique des pêches en Afrique Occidentale Française (1900-1950) : quelles limites de quelles ressources ?". Natures Sciences Sociétés, 1999, vol.7, n°2, p. 5-18 Henri Jaffeux. "La longue et passionnante histoire des parcs nationaux français". Pour Mémoire, 2010, n°9, p. 138-163
Conditions d'accès Accès : Fonds conservé à la Bibliothèque centrale du Muséum national d'Histoire naturelle. Consultable sur place après inscription
Index

Thème(s) :   - 341 Droit international  - 577 Écologie  - 590 Zoologie  - Agronomie, écologie, biologie végétale  - Nature -- Protection  - Colonies françaises  - Animaux -- Conservation des ressources

Personne(s) liée(s) :   - Gruvel, Abel (1870-1941) Gruvel, Abel (1870-1941)

Retour en haut de page