Accueil CCFr  >   EADC Ethnologie. Fonds Léon Humblot
Ajouter aux favoris Imprimer cette page (nouvelle fenêtre)

Ethnologie. Fonds Léon Humblot

Ajouter au panier ExporterFichier PDF de l'instance

Présentation globale de la collection

Etablissement de conservation
Muséum national d'histoire naturelle. Bibliothèque centrale. Paris
Intitulé de l'instrument de recherche Muséum national d'histoire naturelle. Bibliothèque centrale. Paris. Ethnologie
Titre Ethnologie
Résumé Collections spécialisées sur l'ethnologie (missions ethnographiques, recherche et enseignement, collecte et acquisitions d'objets)
Présentation du contenu L’histoire du laboratoire d’Ethnologie du Muséum celle de sa chaire. En 1793, on fonde la chaire d’Anatomie Humaine qui est transformée en chaire d’Anatomie et histoire naturelle de l’homme en 1838. En 1855, elle prend le nom de chaire d’Anthropologie puis elle est refondue sous le nom de chaire d’Ethnologie des hommes actuels et des hommes fossiles, en 1936 (décret du 9 juin). A la tête de cette chaire se sont succédés Paul Rivet, et Henri-Victor Vallois. Cette configuration évolue encore en 1970, quand la chaire d’Ethnologie devient une entité à part entière sous la direction de Jean Guiart, tandis qu’elle est détachée de l’anthropologie, constituant une autre chaire, occupée par Robert Gessain. La chaire d’Ethnologie naît donc à la faveur de plusieurs remodelages qui rendent compte de l’évolution des sciences de l’Homme. Elle est dirigée successivement par Jean Guiart de 1972 à 1991, Bernard Dupaigne de 1991 à 1998 et enfin Pierre Robbe jusqu'en 2002. Le travail effectué au sein du Laboratoire d'Ethnologie s’est inscrit dans le développement de l’interdisciplinarité qui s'incarne notamment dans la constitution d'équipes de recherche, mais aussi dans le rattachement en 1976 au Laboratoire d'Ethnologie du Laboratoire d'Ethnobotanique du Muséum, selon l'idée d'effectuer un rapprochement à la fois scientifique et muséographique, et enfin dans la mise en place de départements de recherche plurisciplinaires, (Hommes, natures, sociétés, 2002-2016, puis Hommes et Environnement, depuis 2017). Dans ce cadre, le Laboratoire d'Ethnologie a orienté ses recherches sur l'étude des hommes en société hors la France, tout en constituant de riches collections présentées au public au Musée de l'Homme ou lors d'expositions extérieures. La gestion de ces collections a été répartie en 8 départements géographiques (Afrique subsaharienne, Afrique du Nord et Proche-Orient, Amérique, Arctique, Asie, Europe, Madagascar, Océanie) et 2 départements thématiques (Ethnomusicologie, Technologie comparée). Les bibliothèques du Muséum national d'histoire naturelle conservent des collections spécialisées sur l'ethnologie. Ces collections comprennent des fonds d'archives du Laboratoire d'Ethnologie du Muséum, installé au Musée de l'Homme et de grands noms de l'ethnologie qui se sont illustrés au Musée de l'Homme ou ont collaboré avec celui-ci. Elles regroupent également des corpus d'imprimés spécialisés en ethnologie africaine, américaine, asiatique ou océanienne, faisant état de l'histoire de la discipline au Muséum et de l'actualité de la recherche dans ses domaines de compétence.
Présentation du contenu

Fonds CollEx

Présentation du contenu

Monographies

Périodiques

Thèses

Textes manuscrits

Archives

Photographies

Accroissements Fonds ouvert
Autre(s) instrument(s) de recherche

Catalogue Muscat : voir le catalogue

Pour le détail des catalogues, voir les sous-fonds décrits.

Documents en relation Paris - Muséum national d'histoire naturelle. Bibliothèque centrale. Paris - Histoire du Musée de l'Homme (Fonds lié)
Index

305.8 Ethnologie - Anthropologie et ethnologie - Groupes ethniques et nationaux - Ethnolinguistique - Collections ethnographiques


Informations sur l'instrument de recherche

Auteur(s) Muséum national d'histoire naturelle. Bibliothèque centrale. Paris
Éditeur Bibliothèque nationale de France
Date de l'édition imprimée 2021/03/18
Langue(s) de l'instrument de recherche Catalogue rédigé en français
Présentation du contenu
Importance matérielle :  Volume total : 329 unité(s) Importance matérielle :  Autre volumétrie : Les 329 unités correspondent à 329 photographies sur verre Résumé : Collections photographiques : vues de la Grande Comore après 1884 Présentation du contenu : Après une première mission de recherches botaniques à Madagascar de 1878 à 1880, Léon Humblot, botaniste du Muséum, est chargé en 1884 d'une mission scientifique aux Comores et sur la côte orientale de l'Afrique par le ministre de l'Instruction publique. Il débarque à la Grande Comore (Ngazidja) en septembre 1884 où il est accueilli par le sultan Saïd Ali, qui, désigné comme successeur par son grand-père au sultanat de Bambao en 1875, est contesté par ses oncles. Le 05 novembre 1885, Saïd Ali et Léon Humblot signent un traité d'exploitation de l'île. En contrepartie, Léon Humblot, muni des pleins pouvoirs du sultan pour traiter les affaires de la Grande Comore avec la France, se rend à Paris pour obtenir la protection du jeune sultan ; et le 06 janvier 1886, un traité de protectorat avec la France est conclu. En 1887, Léon Humblot créé sa compagnie à Paris, et devient le propriétaire d’une très grande partie de l’île, où il lance plusieurs chantiers. Il refuse toute ingérence dans ses affaires, et aliène le jeune sultan. En 1889, surnommé le "sultan blanc", il devient devient résident français, titre qu'il cumule avec sa fonction de Directeur général de la Société française de Ngazidja. En 1893, il assure l'intérim du sultan, forcé à l'exil, et détient tous les pouvoirs sur l'île. En 1896, il est relevé de ses fonctions de résident, mais le titre de résident honoraire lui est décerné. Ces photographies de Léon Humblot sont un témoignage incomparable sur la société comorienne sous le règne du "sultan blanc". Elles ne sont ni datées ni signées ; les plus anciennes ont été prises en 1884 et 1885, lors du premier séjour de Léon Humblot à la Grande Comore. Présentation du contenu : 

Fonds CollEx

Présentation du contenu : 

Photographies

Accroissements : Fonds clos Informations sur le traitement : 

Catalogué

Informations sur le traitement : VERRE 1(1) - VERRE 1(329) Autre(s) instrument(s) de recherche : Catalogue Calames : voir le catalogueDocuments en relation : 

Papiers scientifiques de Raymond Decary. Documents concernant l'île de la Réunion, l'île Maurice, l'archipel des Comores

66 phot. des Comores, de Nossi-Bé et de Madagascar

Sophie Blanchy. La Grande Comore en 1898 : photos d'Henri Pobéguin. Moroni : Komedit, DL 2007 Ali Madi Djoumoi. Léon Humblot, Le grand seigneur à la grande Comore (1887-1912). Paris : L'Harmattan, 2016 Hildebert Isnard. "L'Archipel des Comores". Cahiers d'outre-mer, 1953, n° 21, p. 5-22Conditions d'accès : Accès : Fonds conservé à la Bibliothèque centrale du Muséum national d'Histoire naturelle. Consultable sur place après inscription
Titre Ethnologie. Fonds Léon Humblot
Date 1884-1896
Importance matérielle Volume total : 329 unité(s)
Importance matérielle Autre volumétrie : Les 329 unités correspondent à 329 photographies sur verre
Résumé Collections photographiques : vues de la Grande Comore après 1884
Présentation du contenu Après une première mission de recherches botaniques à Madagascar de 1878 à 1880, Léon Humblot, botaniste du Muséum, est chargé en 1884 d'une mission scientifique aux Comores et sur la côte orientale de l'Afrique par le ministre de l'Instruction publique. Il débarque à la Grande Comore (Ngazidja) en septembre 1884 où il est accueilli par le sultan Saïd Ali, qui, désigné comme successeur par son grand-père au sultanat de Bambao en 1875, est contesté par ses oncles. Le 05 novembre 1885, Saïd Ali et Léon Humblot signent un traité d'exploitation de l'île. En contrepartie, Léon Humblot, muni des pleins pouvoirs du sultan pour traiter les affaires de la Grande Comore avec la France, se rend à Paris pour obtenir la protection du jeune sultan ; et le 06 janvier 1886, un traité de protectorat avec la France est conclu. En 1887, Léon Humblot créé sa compagnie à Paris, et devient le propriétaire d’une très grande partie de l’île, où il lance plusieurs chantiers. Il refuse toute ingérence dans ses affaires, et aliène le jeune sultan. En 1889, surnommé le "sultan blanc", il devient devient résident français, titre qu'il cumule avec sa fonction de Directeur général de la Société française de Ngazidja. En 1893, il assure l'intérim du sultan, forcé à l'exil, et détient tous les pouvoirs sur l'île. En 1896, il est relevé de ses fonctions de résident, mais le titre de résident honoraire lui est décerné. Ces photographies de Léon Humblot sont un témoignage incomparable sur la société comorienne sous le règne du "sultan blanc". Elles ne sont ni datées ni signées ; les plus anciennes ont été prises en 1884 et 1885, lors du premier séjour de Léon Humblot à la Grande Comore.
Présentation du contenu

Fonds CollEx

Présentation du contenu

Photographies

Accroissements Fonds clos
Informations sur le traitement

Catalogué

Informations sur le traitement VERRE 1(1) - VERRE 1(329)
Autre(s) instrument(s) de recherche Catalogue Calames : voir le catalogue
Document(s) de substitution 66 phot. des Comores, de Nossi-Bé et de Madagascar : voir la numérisation.
Documents en relation

Papiers scientifiques de Raymond Decary. Documents concernant l'île de la Réunion, l'île Maurice, l'archipel des Comores

66 phot. des Comores, de Nossi-Bé et de Madagascar

Bibliographie Sophie Blanchy. La Grande Comore en 1898 : photos d'Henri Pobéguin. Moroni : Komedit, DL 2007 Ali Madi Djoumoi. Léon Humblot, Le grand seigneur à la grande Comore (1887-1912). Paris : L'Harmattan, 2016 Hildebert Isnard. "L'Archipel des Comores". Cahiers d'outre-mer, 1953, n° 21, p. 5-22
Conditions d'accès Accès : Fonds conservé à la Bibliothèque centrale du Muséum national d'Histoire naturelle. Consultable sur place après inscription
Index

Thème(s) :   - 305.8 Ethnologie  - 770 Photographie  - Anthropologie et ethnologie  - Portraits (photographie)

Lieu(x) géographique(s) :   - Comore, Grande (Comores ; île)

Personne(s) liée(s) :   - Humblot, Léon (1852-1914) Humblot, Léon (1852-1914)

Retour en haut de page