Accueil CCFr  >   EADC Archives de la Confrérie Notre Dame des Ardents
Ajouter aux favoris Imprimer cette page (nouvelle fenêtre)

Archives de la Confrérie Notre Dame des Ardents

Ajouter au panier ExporterFichier PDF de l'instance

Présentation globale de la collection

Etablissement de conservation
Bibliothèque municipale. Arras, Pas-de-Calais
Intitulé de l'instrument de recherche Bibliothèque municipale. Arras, Pas-de-Calais. Fonds d'histoire locale
Titre Fonds d'histoire locale
Importance matérielle Volume total : Volume total : 13000 volume(s)
Biographie ou histoire Ce fonds comprend des papiers personnels d'historiens locaux : chanoine Fournier, Georges Sens. Il a aussi intégré des fonds d'érudits locaux (Le Gentil, Guesnon : inventaire des pièces d'archives communales détruites en 1915). Il est enrichi régulièrement par des dons et des achats d'ouvrages anciens et modernes.
Présentation du contenu

Fonds local

Présentation du contenu

Monographies

Périodiques

Cartes et plans

Cartes postales

Modalités d'acquisition Don(s), Achat(s)
Accroissements Fonds ouvert
Informations sur le traitement

Catalogué

Informations sur le traitement

Pascal Rideau

Autre(s) instrument(s) de recherche Catalogue informatisé
Bibliographie Virginie Santerne. La bibliothèque municipale d'Arras de 1784 à nos jours. Mémoire de maîtrise. Arras. Université d'Artois, 2002.
Conditions d'accès Accès : Consultation en salle Patrimoniale
Citer sous la forme Citer sous la forme : Médiathèque municipale. Arras, Pas-de-Calais - Histoire locale
Index

Arras - Artois - Pas-de-Calais


Informations sur l'instrument de recherche

Auteur(s) Bibliothèque municipale. Arras, Pas-de-Calais
Éditeur Bibliothèque nationale de France
Date de l'édition imprimée 2009/06/25
Langue(s) de l'instrument de recherche Catalogue rédigé enfrançais
Présentation du contenu
Importance matérielle :  Volume total : Volume total : 145 unité(s) Biographie ou histoire : 

L’origine de la confrérie de Notre-Dame des Ardents serait à trouver chez deux jongleurs arrageois.: Normand et Itier. Ceux-ci se vouaient une haine réciproque car Normand aurait tué le frère d’Itier et celui-ci ne devait pas tarder à venger son frère.

A cette même époque, vers 1105, un terrible mal appelé « le mal des Ardents » sévissait à Arras. La Vierge serait apparue aux deux jongleurs ennemis en leur promettant que s’ils acceptaient de se réconcilier en présence de l’évêque, elle leur remettrait une chandelle capable de guérir le mal dont souffrait la population. Ils acceptèrent et la Vierge tint sa promesse.

C’est suite à ce « miracle » que serait née l’idée de fonder une confrérie reposant sur la charité. Toute personne malade pouvait bénéficier des « soins » de la chandelle, membre de la confrérie, ou non. Cette confrérie s’organisa peu à peu avec des statuts. Dès la fin du XIIIe siècle, on compte une centaine de membres, preuve de la dévotion déjà bien installée. Elle instaura des fêtes et des processions ponctuant l’année et dont les traditions perdurèrent jusqu’à la seconde moitié du XXe siècle. Le Saint Cierge ou Sainte Chandelle, à qui l’on confère des pouvoirs de guérison plus ou moins étendus, est précieusement gardé dans un reliquaire en argent lui-même conservé dans une chapelle dédiée Place du Marché.

Au moment de la Révolution, La confrérie est dissoute et le culte dû à Notre-Dame des Ardents est relégué au second plan jusqu’à la seconde moitié du XIXe siècle. Au XIXe siècle, les pèlerinages sont remis au goût du jour et l’idée de restaurer le culte arrageois se fait ressentir. En 1869, l’évêque d’Arras, Monseigneur Lequette, instaure un concours pour la construction d’une église dédiée à Notre-Dame des Ardents. Celui-ci est remporté par l’architecte Clovis Normand. L’église est consacrée en mai 1876 et le reliquaire du Saint Cierge y retrouve sa place attitrée au cours d’une grande cérémonie. En 1877, l’évêque Lequette réinstaure officiellement le culte de Notre-Dame des Ardents.

Cette renaissance est de courte durée étant donné le contexte peu favorable. En effet, la Troisième République prend ses distances avec les institutions religieuses amoindrissant le rôle de celles-ci dans la société. Néanmoins, le fait que l’église de Notre-Dame des Ardents ait été relativement épargnée des destructions pendant la première Guerre Mondiale est vu par certains comme un signe et le culte perdure. En 1923, une grande cérémonie est même organisée autour du couronnement de la statue de la Vierge réalisée par le statuaire Camille Débert.

Après la seconde guerre mondiale, le culte est néanmoins irrémédiablement en perte de vitesse. Les membres de la Confrérie se font de plus en plus rare est celle-ci finit par être dissoute au milieu des années 1960.

Le fonds ici présent se constitue des archives de la confrérie au cours des siècles mêlant pièces administratives, pièces comptables ou encore des documents au contenu plus spirituel. Ce fonds se divise en deux principales parties chronologiques : la première qui regroupe des documents sur la confrérie avant sa dissolution en 1792 et la deuxième qui évoque le renouveau de la confrérie à partir du début du XIXe siècle mais surtout à partir de 1877 et de sa refondation officielle.

Le fonds des Archives de Notre-Dame des Ardents a été déposé à la bibliothèque en 1965 à la cessation d’activité de la confrérie par le docteur Georges Paris. Un inventaire de ce fonds a été réalisé par Claudine Bougard en février 1986.

Présentation du contenu : 

Fonds spécialisé

Présentation du contenu : 

Textes manuscrits

Monographies

Présentation du contenu : 

Les manuscrits représentent 91 dossiers, les monographies 54 volumes.

Archives : 1700-1950.Les archives de la Confrérie de charité font partie du fonds local.

Modalités d’acquisition : 

Achats et production propre

Dépôt

Accroissements : Fonds clos Informations sur le traitement : 

Pascal Rideau

Autre(s) instrument(s) de recherche : 

C. Bougard, inventaire des archives de la Confrérie de Notre-Dame des Ardents. 1986. inventaire dactylographié

Consultation en salle patrimoine

Règlement de la confrérie datant du XIIIe siècle ( Document 1)Conditions d'accès : Prêt : Consultation sur placeMention conseillée : Citer sous la forme : Médiathèque municipale. Arras, Pas-de-Calais - Archives de la Confrérie Notre Dame des Ardents
Titre Archives de la Confrérie Notre Dame des Ardents
Date XIIIe-XXe siècles
Langue français
Importance matérielle Volume total : Volume total : 145 unité(s)
Biographie ou histoire

L’origine de la confrérie de Notre-Dame des Ardents serait à trouver chez deux jongleurs arrageois.: Normand et Itier. Ceux-ci se vouaient une haine réciproque car Normand aurait tué le frère d’Itier et celui-ci ne devait pas tarder à venger son frère.

A cette même époque, vers 1105, un terrible mal appelé « le mal des Ardents » sévissait à Arras. La Vierge serait apparue aux deux jongleurs ennemis en leur promettant que s’ils acceptaient de se réconcilier en présence de l’évêque, elle leur remettrait une chandelle capable de guérir le mal dont souffrait la population. Ils acceptèrent et la Vierge tint sa promesse.

C’est suite à ce « miracle » que serait née l’idée de fonder une confrérie reposant sur la charité. Toute personne malade pouvait bénéficier des « soins » de la chandelle, membre de la confrérie, ou non. Cette confrérie s’organisa peu à peu avec des statuts. Dès la fin du XIIIe siècle, on compte une centaine de membres, preuve de la dévotion déjà bien installée. Elle instaura des fêtes et des processions ponctuant l’année et dont les traditions perdurèrent jusqu’à la seconde moitié du XXe siècle. Le Saint Cierge ou Sainte Chandelle, à qui l’on confère des pouvoirs de guérison plus ou moins étendus, est précieusement gardé dans un reliquaire en argent lui-même conservé dans une chapelle dédiée Place du Marché.

Au moment de la Révolution, La confrérie est dissoute et le culte dû à Notre-Dame des Ardents est relégué au second plan jusqu’à la seconde moitié du XIXe siècle. Au XIXe siècle, les pèlerinages sont remis au goût du jour et l’idée de restaurer le culte arrageois se fait ressentir. En 1869, l’évêque d’Arras, Monseigneur Lequette, instaure un concours pour la construction d’une église dédiée à Notre-Dame des Ardents. Celui-ci est remporté par l’architecte Clovis Normand. L’église est consacrée en mai 1876 et le reliquaire du Saint Cierge y retrouve sa place attitrée au cours d’une grande cérémonie. En 1877, l’évêque Lequette réinstaure officiellement le culte de Notre-Dame des Ardents.

Cette renaissance est de courte durée étant donné le contexte peu favorable. En effet, la Troisième République prend ses distances avec les institutions religieuses amoindrissant le rôle de celles-ci dans la société. Néanmoins, le fait que l’église de Notre-Dame des Ardents ait été relativement épargnée des destructions pendant la première Guerre Mondiale est vu par certains comme un signe et le culte perdure. En 1923, une grande cérémonie est même organisée autour du couronnement de la statue de la Vierge réalisée par le statuaire Camille Débert.

Après la seconde guerre mondiale, le culte est néanmoins irrémédiablement en perte de vitesse. Les membres de la Confrérie se font de plus en plus rare est celle-ci finit par être dissoute au milieu des années 1960.

Le fonds ici présent se constitue des archives de la confrérie au cours des siècles mêlant pièces administratives, pièces comptables ou encore des documents au contenu plus spirituel. Ce fonds se divise en deux principales parties chronologiques : la première qui regroupe des documents sur la confrérie avant sa dissolution en 1792 et la deuxième qui évoque le renouveau de la confrérie à partir du début du XIXe siècle mais surtout à partir de 1877 et de sa refondation officielle.

Le fonds des Archives de Notre-Dame des Ardents a été déposé à la bibliothèque en 1965 à la cessation d’activité de la confrérie par le docteur Georges Paris. Un inventaire de ce fonds a été réalisé par Claudine Bougard en février 1986.

Présentation du contenu

Fonds spécialisé

Présentation du contenu

Textes manuscrits

Monographies

Présentation du contenu

Les manuscrits représentent 91 dossiers, les monographies 54 volumes.

Archives : 1700-1950.Les archives de la Confrérie de charité font partie du fonds local.

Modalités d’acquisition

Achats et production propre

Dépôt

Accroissements Fonds clos
Informations sur le traitement

Pascal Rideau

Autre(s) instrument(s) de recherche

C. Bougard, inventaire des archives de la Confrérie de Notre-Dame des Ardents. 1986. inventaire dactylographié

Consultation en salle patrimoine

Bibliographie Règlement de la confrérie datant du XIIIe siècle ( Document 1)
Conditions d'accès Prêt : Consultation sur place
Mention conseillée Citer sous la forme : Médiathèque municipale. Arras, Pas-de-Calais - Archives de la Confrérie Notre Dame des Ardents
Index

Thème(s) :  248 Vie, expérience, pratique chrétiennes  - Confrérie

Lieu(x) géographique(s) :  Arras (Pas-de-Calais, France)

Retour en haut de page