Accueil CCFr  >   EADI
Ajouter aux favoris Imprimer cette page (nouvelle fenêtre)

Fonds Antoine Louis

Ajouter au panier ExporterFichier PDF de l'instance

Présentation globale de la collection

Etablissement de conservation
Médiathèque Verlaine. Metz, Moselle Voir tous les inventaires
Tous les inventaires
Intitulé de l'instrument de recherche Inventaire du Fonds Antoine Louis
Cote 1308-1326/1839-1840
Titre Fonds Antoine Louis
Date 1746-1792
Langue français
Importance matérielle 22 pièces
Biographie ou histoire

Antoine Louis, né le 13 février 1723 à Metz et mort le 20 mai 1792 à Paris, est un chirurgien militaire français. Son rôle de médecin légiste fut crucial dans l'affaire Calas. Il est l'un des contributeurs à l'Encyclopédie de Diderot et d'Alembert pour les articles consacrés à la chirurgie et l'un des concepteurs de la guillotine, d'abord appelée "louisette" ou "louison".

Fils d'un chirurgien militaire, Antoine Louis est baptisé en la paroisse Saint-Victor, son parrain étant Antoine Boyer, un maître chirurgien. Il devient docteur en droit et docteur en médecine des facultés de Paris. Il embrasse la carrière de son père, qui est alors son premier maître. La guerre de succession d'Autriche fait râge et à l'âge de 21 ans, Antoine Louis déjà fait plusieurs campagnes en qualité d'aide, puis de chirurgien-major de régiment.

Sa thèse, De vulneribus Capitis, date de 1749, mais on ne sait pas s'il la présente à l'université des Halles ou à Paris. La Peyronie l'appelle. Nommé gagnant maîtrise par concours, il ne s'entend pas avec les frères de la Charité et retourne à l'armée du Haut-Rhin, puis revient à Paris.

Il est professeur de physiologie, chirurgien de la Salpêtrière (où il a voulu être enterré), deux fois prévôt des chirurgiens et deux fois couronné par l'académie, dont il est membre associé à 23 ans (1746). Il a publié une réformation de la subordination des chirurgiens aux médecins (1748), un cours de chirurgie pratique sur les plaies par armes à feu (1746)), pris une part prépondérante à la rédaction des 3e,4e et 5e volumes des mémoires de l'Académie royale de chirurgie, après avoir aidé Morand à préparer le 2e volume. On le dit parfait académicien, théoricien, opérateur de second ordre, mais le jugement est à réviser : J.L. Faure assure que son manuel opératoire de la hernie étranglée situe son génie. Une lettre de Voltaire, exhumée en 1952, le montre assez hardi pour sectionner deux nerfs dans un syndrome douloureux de la face, sur le conseil de Tronchin, et obtenir la guérison du malade.

Maître, il a réussi en 1785, à assurer le choix de Desault comme chirurgien de l'Hôtel-Dieu. Il a eu pour élèvre entre autres, Larrey, Percy, François-Emmanuel Fodéré, qui publia, sur ses instances, son traité de médecine légale. Dans Jacques le fataliste, Diderot le loue comme chirurgien d'armée. De plus, il a été pour lui l'un des précieux rédacteurs de l'Encyclopédie : anatomiste, il a décrit le bassin, les artères carotides, le cristallin, l'étrier, les parotides, les muscles obturateurs ; accoucheur, il a étudié la césarienne et le forceps ; pathologiste, donné une description du lupus du nez ; thérapeute, réduit les indications de la saignée et stigmatisé ses effets ; et cultivé l'histoire de la chirurgie qui est, selon lui : "L'objet le plus capable de captiver l'application d'une âme élevée". On lui doit la traduction française du Morbis Veneris de Jean Astruc ; et par ses expériences sur des moutons, la machine préconisée par le Dr Guilloton, qu'il modifia, faillit s'appeler "la louison". Le musée d'histoire de la médecine de Paris (12, rue de l'école de médecine Paris 5) concerve son buste attribué à Houdon.

Antoine Louis fut par ailleurs inspecteur général des hôpitaux militaires du Royaume et secrétaire perpétuel de l'Académie royale de chirurgie (1765-1792).

Documents en relation Le MS 1911 - Autographes divers contient un autographe d'Antoine Louis
Bibliographie Copie de Thèse pour le doctorat de médecine de Jacques Bourakhowitch - 1958 (cote LO IN-4 780)
Conditions d'accès L'accès aux collections patrimoniales est soumis à une autorisation préalable.
Conditions d'utilisation Toute publication de documents inédits doit être notifiée à l'établissement.
Citer sous la forme Médiathèque Verlaine de Metz, Fonds Antoine Louis.

Informations sur l'instrument de recherche

Auteur(s) Médiathèque Verlaine de Metz
Éditeur Bibliothèque nationale de France
Date de la version électronique 2019
Langue(s) de l'instrument de recherche Catalogue rédigé en français
Retour en haut de page