Accueil CCFr  >   EADC Fragments philosophiques. Extraits de divers auteurs connus avantageusement dans la république des lettres.
Ajouter aux favoris Imprimer cette page (nouvelle fenêtre)

Fragments philosophiques. Extraits de divers auteurs connus avantageusement dans la république des lettres.

Ajouter au panier ExporterFichier PDF de l'instance
Modifié le : 05/10/2022 13:58:03

Présentation globale de la collection

Etablissement de conservation
Médiathèque municipale Jean Jaurès. Nevers Voir tous les inventaires
Tous les inventaires
Intitulé de l'instrument de recherche Catalogue du Fonds Nivernais
Cote MS 001 à MS 200
Titre Manuscrits du fonds nivernais de la médiathèque de Nevers.
Langue français
Bibliographie Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France. Départements — Tome XXIV. Rennes. Lorient. Lannion. Vitré. Montreuil-sur-mer. Étampes. Clermont-de-l'oise. Senlis. Gien. Fontainebleau. Chateau-thierry. Épernay. Blois. Loches. Neufchateau. Bourbonne. Condom. Bar-le-duc. Nevers. Compiègne. Mont-de-marsan. Paris, Plon-Nourrit, 1894.
Bibliographie Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France. [Départements] — Tome XLII. Supplément. Tome III. Lyon-Orléans , Paris, Bibliothèque nationale, 1904.
Conditions d'accès L'accès aux collections patrimoniales est soumis à une autorisation préalable.
Conditions d'utilisation Toute publication de documents inédits doit être notifiée à l'établissement.
Citer sous la forme Médiathèque Jean Jaurès de Nevers. Ms. X, fol. Y.

Informations sur l'instrument de recherche

Auteur(s) Médiathèque Jean Jaurès. Nevers
Éditeur Bibliothèque nationale de France
Date de la version électronique 2019
Langue(s) de l'instrument de recherche Catalogue rédigé en français
Présentation du contenu
Cote MS 084
Titre Notes et fragments de Troufflaut, Gilbert.
Importance matérielle 10 cahiers
Présentation du contenu

Le chanoine Troufflaut n’a pas encore eu l’étude qu’il méritait. Il était certes, botaniste, mais le Dr. Boreau prétend méchamment qu’il avait « plus d’érudition que de science », et que ses notes ne lui ont « offert qu’un très petit nombre de renseignements utiles ».

Il s’était occupé d’antiquités, mais ses recherches ont parfois été détruites (d’après Boreau, « il avait rédigé un recueil des inscriptions et épitaphes de toutes les églises de la Nièvre», mais on peut glaner, dans les multiples notes qu’il a laissées, des renseignements précieux et il reste sans doute à retrouver quelques-uns de ses manuscrits.

Autre(s) instrument(s) de recherche

Sur Troufflaut, outre la note de Boreau (dans son Introduction de la Flore centrale), on se reportera à la bibliographie donnée par Massé, Essai de bibliographie nivernaise, à pour une Anthologie des auteurs nivernais, 1980, p. 79-80 (avec un passage de ce MS 84).

En l’an XI l’abbé Crétin notait à son propos : « chanoine, rétracté depuis 2 mois. N’a presque jamais exercé le ministère, est peu capable de se fixer à ce genre de travail. Depuis longtemps, sa principale étude est la botanique, dont il est professeur à l’école Centrale ; il est d’ailleurs de bonnes mœurs » (Charrier, Histoire religieuse du département de la Nièvre, t II, p. 297-298).

Catalogue général des manuscrits
Description du contenu
Division :  Cahier n°05 Importance matérielle :  53 pages Dimensions  198 x 270 mm Présentation du contenu : 

Notes concernant le Nivernais contenues dans ce cahier :

Tableau des serpents du nivernais (Sd) ;

Notes sur les plantes [.....] dans le jardin Billard, dépendant de la maison ou je demeure à Autun depuis près de 10 ans consécutifs (février-octobre 1813).

Division Cahier n°05
Titre Fragments philosophiques. Extraits de divers auteurs connus avantageusement dans la république des lettres.
Date 13 mars 1780
Importance matérielle 53 pages
Dimensions 198 x 270 mm
Présentation du contenu

Notes concernant le Nivernais contenues dans ce cahier :

Tableau des serpents du nivernais (Sd) ;

Notes sur les plantes [.....] dans le jardin Billard, dépendant de la maison ou je demeure à Autun depuis près de 10 ans consécutifs (février-octobre 1813).

Retour en haut de page