Accueil CCFr  >   EADC Manuscrit in-8 daté de 1831 de 174 pages. Copie d’époque de 15 lettres écrites par Henri-Louis-Michel Jacquet d’Heurtemont
Ajouter aux favoris Imprimer cette page (nouvelle fenêtre)

Manuscrit in-8 daté de 1831 de 174 pages. Copie d’époque de 15 lettres écrites par Henri-Louis-Michel Jacquet d’Heurtemont

Ajouter au panier ExporterFichier PDF de l'instance
Modifié le : 10/11/2022 17:12:07

Présentation globale de la collection

Etablissement de conservation
Médiathèque municipale. Arles, Bouches-du-Rhône Voir tous les inventaires
Tous les inventaires
Intitulé de l'instrument de recherche Inventaire des manuscrits de la médiathèque d'Arles. Supplément
Cote Ms 2052-Ms 3083
Titre Manuscrits de la médiathèque d'Arles. Supplément
Langue français, sauf mention contraire
Support papier, sauf mention contraire
Conditions d'accès L'accès aux collections patrimoniales est soumis à une autorisation préalable.
Conditions d'utilisation Toute publication de documents inédits doit être notifiée à l'établissement.
Citer sous la forme Médiathèque d'Arles, Ms. X, fol. Y.

Informations sur l'instrument de recherche

Auteur(s) Agence régionale du Livre Provence-Alpes-Côte d'Azur
Éditeur Bibliothèque nationale de France
Date de la version électronique 2019
Langue(s) de l'instrument de recherche Catalogue rédigé en français
Catalogue général des manuscrits
Présentation du contenu
Cote :  Ms 3056 Reliure :  Reliure demi-veau brun à coins, dos long, 19e siècle Biographie ou histoire : 

Henri-Louis-Michel Jacquet d’Heurtemont, né à Bellême (Orne) le 28 septembre 1810, entré dans la 10ème promotion de l’école spéciale militaire (1827-1829) nommé sous-lieutenant par ordonnance du roi le 1er octobre 1830 et décédé à Marseille des suites de ses blessures le 31 octobre 1831

Les lettres commencent le 26 février 1830 à Arles et s’achèvent le 19 juillet 1831 à Alger. Stationné à Arles, ce sous-officier participe dans un premier temps à des expéditions contre les déserteurs et les légitimistes réfugiés dans les marais (26-31 mars 1831). Il quitte Arles le 31 mars 1831 pour Toulon et s’embarque de Toulon le 5 avril sur la « Syrène », frégate d’environ 60 à 70 canons en direction d’Alger qu’il atteint le 12 avril 1831. Sur place la 1ère compagnie du 1er bataillon du 20ème régiment à laquelle il appartient est incorporée dans un bataillon expéditionnaire pour « soumettre quelques tribus dans la plaine de Belida ». Du 24 juin au 7 juillet il participe à l’armée expéditionnaire qui prend le chemin de Médéa afin de « châtier les habitans d’une montagnes réunis au nombre de dix tribus ». Pris dans des embuscades, le retour à Arlger fut très meurtrier, il fut dénombré au total 300 à 400 morts et 140 morts et blessés dans son régiment.

Présentation du contenu : Un dossier biographique est joint au manuscrit. Modalités d’acquisition : Achat, 2018.
Cote Ms 3056
Titre Manuscrit in-8 daté de 1831 de 174 pages. Copie d’époque de 15 lettres écrites par Henri-Louis-Michel Jacquet d’Heurtemont
Date XIXe siècle
Reliure Reliure demi-veau brun à coins, dos long, 19e siècle
Biographie ou histoire

Henri-Louis-Michel Jacquet d’Heurtemont, né à Bellême (Orne) le 28 septembre 1810, entré dans la 10ème promotion de l’école spéciale militaire (1827-1829) nommé sous-lieutenant par ordonnance du roi le 1er octobre 1830 et décédé à Marseille des suites de ses blessures le 31 octobre 1831

Les lettres commencent le 26 février 1830 à Arles et s’achèvent le 19 juillet 1831 à Alger. Stationné à Arles, ce sous-officier participe dans un premier temps à des expéditions contre les déserteurs et les légitimistes réfugiés dans les marais (26-31 mars 1831). Il quitte Arles le 31 mars 1831 pour Toulon et s’embarque de Toulon le 5 avril sur la « Syrène », frégate d’environ 60 à 70 canons en direction d’Alger qu’il atteint le 12 avril 1831. Sur place la 1ère compagnie du 1er bataillon du 20ème régiment à laquelle il appartient est incorporée dans un bataillon expéditionnaire pour « soumettre quelques tribus dans la plaine de Belida ». Du 24 juin au 7 juillet il participe à l’armée expéditionnaire qui prend le chemin de Médéa afin de « châtier les habitans d’une montagnes réunis au nombre de dix tribus ». Pris dans des embuscades, le retour à Arlger fut très meurtrier, il fut dénombré au total 300 à 400 morts et 140 morts et blessés dans son régiment.

Présentation du contenu Un dossier biographique est joint au manuscrit.
Modalités d’acquisition Achat, 2018.
Retour en haut de page