Accueil CCFr  >   EADC Constructions réalisées à Compiègne entre 1824 et 1832.
Ajouter aux favoris Imprimer cette page (nouvelle fenêtre)

Constructions réalisées à Compiègne entre 1824 et 1832.

Ajouter au panier ExporterFichier PDF de l'instance

Présentation globale de la collection

Etablissement de conservation
Bibliothèque Saint-Corneille. Compiègne, Oise Voir tous les inventaires
Tous les inventaires
Intitulé de l'instrument de recherche Inventaire du fonds Léré
Cote Cotes diverses
Titre Fonds Léré
Origine Jean-Antoine-François Léré (1761-1837)
Date XVIII-XIXe siècles
Langue français
Support papier
Importance matérielle 35 boîtes d'archives
Biographie ou histoire Jean-Antoine François Léré (1761-1837) a légué à la ville de Compiègne, un savoir demeuré à l’état brut, sous forme de notes et de dessins. Passionné par Compiègne et ses environs, il en donne un état assez complet, au lendemain de la tourmente révolutionnaire. Après avoir fait des études au collège de la ville, il suit à Paris des cours de médecine et de sciences où on lui attribue le titre de pharmacien. Léré se dévoue très tôt, et pour longtemps, à l’administration de sa cité : peu après être entré au conseil municipal de Compiègne, il est nommé en 1803, premier adjoint au maire. A deux reprises, dans les dernières années de l’Empire, il est maire par intérim. En 1819, il est nommé par la Préfecture de l’Oise d’une mission de recherches sur les monuments du département. La fin de sa vie est assombrie par les soucis pécuniaires et familiaux : ruiné en 1823, il est accueilli à l’hôpital général d’où il poursuit ses recherches. En 1836, il offre à la ville contre une pension tout ce qui lui reste : manuscrits, herbiers, dessins. Le contrat est signé le 4 février 1837
Présentation du contenu Le fonds Léré est composé de notes et de dessins aquarellés réalisés par J.A.F. Léré. Les croquis, élévations, plans... ont été réalisés à la manière d'un impressionniste, sur le vif, tout au long de ses promenades et de ses observations
Modalités d'acquisition Don à la ville de la collection de Jean-Antoine François Léré en 1836
Documents en relation  La plupart des notices de ce catalogue étaient originellement inventoriées dans le catalogue général des manuscrits mais, par soucis de cohérence, elles ont été regroupées dans l'inventaire du fonds Léré ici présent.
Conditions d'accès L'accès aux collections patrimoniales est soumis à une autorisation préalable.
Conditions d'utilisation Toute publication de documents inédits doit être notifiée à l'établissement.
Citer sous la forme Bibliothèque Saint-Corneille, fonds Léré

Informations sur l'instrument de recherche

Auteur(s) Bibliothèque Saint-Corneille de Compiègne
Éditeur Bibliothèque nationale de France
Date de la version électronique 2019
Langue(s) de l'instrument de recherche Catalogue rédigé en français
Présentation du contenu
Titre Histoire et description de la région
Description du contenu
Titre Compiègne
Titre Histoire et traditions de Compiègne
Cote 197/II (1-11)
Titre Constructions réalisées à Compiègne 
Date XIXe siècle
Langue français
Support papier
Importance matérielle 1 boîte
Présentation du contenu Constructions et découverte de pièces d'or; fortifications et remparts; terrasses et glacières et réservoir du château; la Porte-Chapelle; terrain de Beauregard (les Jacobins) ; la tour des Jacobins ou Grosse Tour; les fortifications du Sud-est et terrasse de M. Poulain de la Bigne; fortifications du Sud-ouest et propriété de M de Seroux (musée Vivenel) ; fortifications du Nord-ouest.
Document(s) de substitution Document intégralement numérisé sur Carlopolis, bibliothèque numérique de Compiègne. Numérisation(s)Document numérisé
Catalogue général des manuscrits
Cote :  1 Présentation du contenu : 

Mémoire descriptif avec mention du nom des propriétaires et petit historique des bâtiments restaurés et des constructions réalisées entre 1824 et 1827: travaux sur le quai du côté du Petit-Margny, extension des murs du cimetière, démolition et reconstruction des arcades de Saint-Corneille ; travaux à l'hôtel-Dieu et à l'hôpital (1824).

Travaux sur ce même quai du côté du Petit-Margny, égout de la rue du Pont-Neuf et de la rue Saint-Nicolas, construction d'une maison rue Saint-Jacques, réfection d'un ancien grenier rue Saint-Antoine, construction d'une auberge au Port à Charbon-de-terre, construction de pilotis en avant de l'île Brin-de-Foin «pour protéger les bateaux contre les glaces», construction en pierre de taille de la façade de la « salle de comédie », achetée par la ville, construction d'une nouvelle chapelle au collège, construction de la première des maisons devant être bâties d'une manière uniforme sur les terrains achetés en vue d'édifier une place devant le château, construction d'une chaumière bâtie dans la ruelle des Loups près du faubourg Saint-Accroupy (actuel. Rue Carnot, elle fut rebaptisée en 1894) ; construction d'une maison à pans de bois sur la place du Change, construction d'une maison sur la place de l'Hôpital et rue d'Enfer (actuel. Rue d'Humières) (1825).

Constructions et découverte de pièces d'or.

Construction d'une maison et d'un hangar avec cave rue des Petites-Ecuries-du-Roi (actuel. Rue Pierre Sauvage) , restauration d'une maison rue des Trois-Barbeaux et découverte de plusieurs pièces d'or, destruction d'anciens bâtiments près de la rue des Domeliers et construction d'une maison en pierre de taille, restauration de la façade d'une maison en pierre rue du Quai-de-Harlay et construction d'un petit bâtiment donnant sur l'Oise, démolition puis reconstruction d'une maison, anciennement auberge, dans la rue « qui conduit au Port à bateaux faisant l'encognure du grand chemin de Paris », construction d'une maison neuve rue Saint-Jacques, pavage à neuf de la rue des Minimes, rénovation de maisons rue Corne de Cerf, rue du Vieux-Pont, rue des Trois-Barbeaux et rue des Bonnetiers, rénovation d'une auberge rue Corne-de-Cerf, et de maisons sur le Marché aux Herbes, rue du Pont-Neuf, rénovation d'un petit bâtiment près de l'Oise, d'une maison à étage sur la Route de Paris, réfection de l'intérieur du Théâtre , réfection de l'égout de la Porte-d'Ardoise « traversant le cour », construction d'une maison neuve place de l'Hôpital, et crépissage d'une maison sise au bas du Marché aux Herbes (1826).

  Constructions et réparations importantes :

 Maison rue d'Enfer, trois maisons sises rue Neuve Saint-Corneille, devanture d'une maison de la rue des Trois Barbeaux, pavillon rue de Paris, prolongement de la chaussée sur le chemin de Paris près de la place du Carrousel (place de l'ancien hôpital), établissement d'un mur de clôture autour d'un jardin en bordure du chemin de Paris, percement d'une cave dans une maison limitrophe de ce mur, crépissage d'une maison rue du Vieux Pont, construction d'un moulin rue Saint-Lazare, crépissage de maisons sises près du Marché aux Herbes, en face de la rue de l'Eçu et rue du Vieux Pont, construction en pierre d'une maison sur le marché aux Blés et d'une maison à deux étages « sur la place nouvelle du château », construction du rez-de-chaussée et de l'entresol d'une maison sise rue Neuve Saint-Corneille, construction d'une écurie en pierres rue du Marché aux Toiles «sur l'ancien emplacement de l'église St-Clément », construction d'un belvédère rue des Minimes, d'une maison neuve en pierre Faubourg Saint-Lazare, d'un étage supplémentaire pour une maison située dans la même rue et construction d'une autre maison dans cette rue, réparation d'une maison près de la Tannerie de Phôtel-Dieu, d'une maison sise sur la place du Marché aux Herbes. Transformation de la chapelle Saint-Eloy ou Saint-Louis en dortoirs pour jeunes filles, restauration de la devanture d'une boutique rue de l'Étoile et réparations intérieures et extérieures d'une maison sise rue des Bonnetiers (1827).

Mémoire descriptif avec mention du nom des propriétaires et petit historique des bâtiments restaurés et des constructions réalisées de 1828 jusqu'en avril 1829 : construction d'un étage supplémentaire au dessus de la porte cochère d'une maison rue de Pierrefonds, construction d'écuries rue de Paris, pavage de la rue du Chat qui Tourne, de la rue des Boucheries, du Change, de la rue des Neiges et en partie de celle du Clos Basile. Élévation des murs de clôture du parc jusqu'à la forêt, réfection de la devanture de l'auberge sise sous la Fausse Porte, murs de clôture d'une maison au faubourg de Tous-Les-Diables (actuel. Faubourg de la Porte-Chapelle) et d'une maison sise Porte-Chapelle, clôture d'un terrain en pierre situé sur le chemin de Soissons. Construction d'une maison neuve d'un étage en remplacement d'une chaumière rue des Vaches, près de la Place de l'Hôpital et démolition d'un bâtiment d'habitation, recrépissage de la devanture d'une maison Place du Change et grandes réparations intérieures d'une maison rue du Croissant, réparation de la façade d'une maison d'un étage sise rue des Trois-Pigeons, construction d'une grange neuve à l'auberge du Grand Duc, travaux sur les bâtiments de la Chancellerie, construction d'un Rendez-vous de chasse au Puits du Roi, construction d'une petite maison le long de la chaussée de Clairoix, réparations à l'auberge du Chat qui Tourne, construction d'une tuilerie au Petit-Margny, replâtrage d'une maison Place du Change et construction d'un mur de rempart, d'un quai avec un magasin, recrépissage d'une devanture de maison rue d'Ardoise et plantation des ormes sur le Cour. Transformation de la devanture de « la Bouteille » en café, réparations à l'Hôtel des Monnaies et plantation de tilleuls sur la Place d'Armes (1828).

Réparation d'une maison rue du Vieux Pont, d'une maison sur le marché aux Blés, construction d'une maison en pierre rue des Domeliers, reconstruction d'un pignon en pierre d'une maison sise sur la, rue « quidescend du Change à St-Antoine », construction d'un chantier sur un terrain donnant sur le grand chemin de Paris, construction d'un bâtiment neuf sur le marché aux Toiles « où était la collégiale St Clément », de la devanture en pierre d'une maison rue Saint-Antoine, et d'une maison sur le marché aux Bleds. Réparation du pavé des rues de l'Étoile, du Marché aux Bleds, aux Herbes, de la rue Neuve Saint-Corneille, du Pont-Neuf. Réfection d'une maison rue des Cordeliers, construction d'une petite grange au coin de la Place de la Liberté « en face des petites Casernes », restauration de la façade d'une maison en pierre rue Neuve Saint-Corneille, pavage de la rue de Pierrefonds et barrage de l'Oise à Venette (1829).

Mémoire descriptif avec mention du nom des propriétaires et petit historique des bâtiments restaurés et des constructions réalisées en 1829 et 1830 et découverte de pièces d'or : construction du mur de clôture d'un jardin neuf sur le grand chemin de Paris, creusement d'une cave dans une maison située sur le grand chemin de Paris, réfection de la façade de l'auberge près de l'hôtel-Dieu, grandes réparations extérieures et intérieures dans une maison à l'angle des rue Neuve et des Cordeliers avec découverte d'une pièce « de cuivre rouge octogonale portant 2 dauphins et une couronne ». Construction d'une grange à Royallieu, à droite du grand chemin de Paris, d'une maison neuve bâtie en pierre de taille en face de l'allée de l'Abbaye, réparation sur la porte cochère d'une maison sise au Grand Margny, réparation du mur de terrasse de la Porte-Chapelle, construction d'un mur de terrasse depuis le bâtiment de l'Octroi jusqu'au pont de la Porte-Chapelle, le long du grand chemin de Soissons, ravalement d'une maison rue des Boucheries, construction neuve et clôture d'un terrain rue des vaches, ravalement « en plâtre» d'une maison sur le Marché aux Herbes. Construction d'une petite maison rue du Cimetière et d'un four à Briques au Petit Margny et d'un petit bâtiment en pierre de taille sise au coin des rues Saint-Louis et d'Enfer. Ravalement d'une maison rue de l'Ecu, destruction du pont de la Porte-Chapelle et remplacement «par un neuf plus large ». Élévation d'un petit bâtiment en bois dans la petite rue Saint-Antoine, et de bâtiments neufs en pierre de taille rue d'Angoulême et ravalement d'une petite maison rue des Bonnetiers. Pose des bornes barrières et des réverbères de la place nouvelle du château et réfection d'une maison située rue Saint-Martin (1829). Démolition d'une maison et fondation d'une nouvelle rue des Domeliers et construction en pierre de taille d'un rez-de-chaussée d'une maison en pans de bois. Pose des bornes du château. Construction neuve en pierre de taille d'une maison à deux étages près de la rue Saint-Antoine, nouvelle construction rue Saint-Nicolas « dans le fossé, près du Donjon ». Nettoyage de l'égout de l'hôtel-Dieu par la Ville. Pose des bahuts du Pont-Neuf de la Porte-Chapelle, réfection de la façade d'une maison sur le Cour, construction neuve rue Saint-Nicolas : « le long de l'égout et du donjon». Importantes réparations à l'ancien hôtel des Monnaies sis au coin de la rue des Lombards, construction d'une terrasse près du pont qui conduit au petit parc. Construction en pierre de taille d'une devanture d'une maison bâtie en bois rue de Pierrefonds. Réfection du premier étage d'une maison rue des Chevaux (actuel. Rue Pierre d'Ailly) et ravalement de la devanture de maisons en bois sises rue des Neiges et rue des Pâtissiers. Reconstruction d'un mur mitoyen rue des Lombards et construction d'une petite maison en pierre proche de l'auberge du renard Rouge, sur la place de l'hôpital. Ravalement de la devanture d'une maison à deux étages rue des Trois-Pigeons. Restauration et réfection de la « maison rouge », rue Saint-Nicolas et construction d'une maison rue des jacobins et d'écuries et remises en pierre. Construction d'une maison sise au coin des rues du Portail Saint-Antoine et de Saint-Corneille. Réparation de la Porte-Chapelle. Construction d'une maison sur la rue de Harlay et d'une écurie. Embellissement d'une maison « du roi » rue des Grandes-Ecuries (1830).

 Mémoire descriptif avec mention du nom des propriétaires et petit historique des bâtiments restaurés et des constructions réalisées 1830-1831 : suite relative à l'embellissement d'une maison « du roi » rue des Grandes-Ecuries. Constructions neuves « sur de vieilles fondations » rue des Cordeliers, ravalement de plusieurs maisons en bois d'un étage sises rue du Donjon et construction neuve d'une devanture de boutique rue du Vieux-Pont. Décoration d'une boutique « pour la convertir en café » rue du Vieux-Pont. Élévation de bâtiments sur un chantier de construction de bateaux « ayant servi au même usage pour les bateaux à vapeur où il avaitété fait de fort jolies bâtisses en charpentes ». Recrépissage de l'auberge Saint-Martin, sise rue Saint-Martin et construction d'un bureau pour la perception « du droit au barrage à Venette ». Réfection de la devanture de l'auberge du Petit-Saint-Jean et ravalement d'une petite maison adossée à Saint-Corneille. Poursuite de la construction en pierre du chemin de Crépy, « depuis l'entrée de la forêt » et construction d'une maison près du pont de la Porte-d'Ardoise. Construction d'une écurie « de douze chevaux » louée au maître de Poste et construction d'une maison en pierre de taille sise au coin de la rue des Écuries. Ravalement d'une maison sise rue de Paris et réfection d'une maison au n° 339, rue de la Cagnette (actuel. Rue Vivenel). Vente de la maison « Croizet » sise sur la place du château, reconstruction des marches d'une cave rue des Trois-Pigeons, vente de la maison « Poulletier », sise en face de la boucherie de l'hôtel-Dieu, construction d'un long mur rue Helvetius et réparation du collège (1830).

Réparation dans l'église Saint-Antoine, réparations dans le collège et empierrement des rues et découverte de pièces d'or « par extraction de ces terres, vis-à-vis la porte derrière du café Creusias, deux pièces d'or...frappées sous l'empereur » et nivellement de diverses routes. Achat de la maison «Dupêché» ou «Hôtel d'Artois » rue d'Enfer, démolition d'un mur d'une petite maison sise rue de l'Ecu et reconstruction en pans de bois. Construction d'un bâtiment neuf en face de la Porte-Soissons et reconstruction de la devanture d'une maison rue du Vieux-Pont et de celle sise au coin de la rue des Trois-Barbeaux. Construction d'une chaussée neuve en face de la Porte-Soissons « allant aux belles allées » et réfection du mur du quai de Margny. Grandes réparations d'une maison sise rue d'Enfer et d'une maison sise rue Saint-Louis. Réparation d'une vieille maison rue Neuve. Cessation des travaux au barrage de Venette faute de financement « 200 ouvriers restent les bras croisés ». Abaissement d'un étage de la maison du maire, sise rue du Vieux-Pont et démolition d'une maison sise sur le chemin de Paris. Pavement d'une partie de la rue de l'Étoile et des Petites-Ecuries et réparation à la maison « Le Tellier », rue des Trois-Barbeaux. Construction d'une maison neuve en pierre de taille sur un terrain neuf « au dessus de l'ancienne Vénerie dite Bournonville » et réparation d'une maison sise au bas de la ruelle aux Loups. Construction d'une petite grange sur le chemin de Paris. Destruction du corps de bâtiment de l'hospice des Indigents et construction d'une maison d'un étage entre l'égout du Donjon et la Tuerie devant servir de magasin. Recrépissage de la façade d'une maison place du Change et réfection de la maison « Deverson », dans le bas de la rue Saint-Antoine. Grandes réparations dans la maison « de Guillaume de Flavy », rue des Gourneaux au coin de celle des Jacobins. Effet du barrage de Venette sur les puits du village. Location de la maison « Le Page » rue Porte-Chapelle. Démolition sur ordre de la Police d'une maison sise rue du Char « qui tombe effectivement en ruine et se lézarde de toute part ». Destruction d'une maison en bois à un étage, rue des Domeliers. Vente de deux jardins à la Porte-Chapelle et élagage des routes et promenades : chemin de Clairoix, des Belles-Allées, du Cour (1831). Abattage des ormes de la route de Margny (1832). 4 cahiers.

Cote 1
Titre Constructions réalisées à Compiègne entre 1824 et 1832.
Présentation du contenu

Mémoire descriptif avec mention du nom des propriétaires et petit historique des bâtiments restaurés et des constructions réalisées entre 1824 et 1827: travaux sur le quai du côté du Petit-Margny, extension des murs du cimetière, démolition et reconstruction des arcades de Saint-Corneille ; travaux à l'hôtel-Dieu et à l'hôpital (1824).

Travaux sur ce même quai du côté du Petit-Margny, égout de la rue du Pont-Neuf et de la rue Saint-Nicolas, construction d'une maison rue Saint-Jacques, réfection d'un ancien grenier rue Saint-Antoine, construction d'une auberge au Port à Charbon-de-terre, construction de pilotis en avant de l'île Brin-de-Foin «pour protéger les bateaux contre les glaces», construction en pierre de taille de la façade de la « salle de comédie », achetée par la ville, construction d'une nouvelle chapelle au collège, construction de la première des maisons devant être bâties d'une manière uniforme sur les terrains achetés en vue d'édifier une place devant le château, construction d'une chaumière bâtie dans la ruelle des Loups près du faubourg Saint-Accroupy (actuel. Rue Carnot, elle fut rebaptisée en 1894) ; construction d'une maison à pans de bois sur la place du Change, construction d'une maison sur la place de l'Hôpital et rue d'Enfer (actuel. Rue d'Humières) (1825).

Constructions et découverte de pièces d'or.

Construction d'une maison et d'un hangar avec cave rue des Petites-Ecuries-du-Roi (actuel. Rue Pierre Sauvage) , restauration d'une maison rue des Trois-Barbeaux et découverte de plusieurs pièces d'or, destruction d'anciens bâtiments près de la rue des Domeliers et construction d'une maison en pierre de taille, restauration de la façade d'une maison en pierre rue du Quai-de-Harlay et construction d'un petit bâtiment donnant sur l'Oise, démolition puis reconstruction d'une maison, anciennement auberge, dans la rue « qui conduit au Port à bateaux faisant l'encognure du grand chemin de Paris », construction d'une maison neuve rue Saint-Jacques, pavage à neuf de la rue des Minimes, rénovation de maisons rue Corne de Cerf, rue du Vieux-Pont, rue des Trois-Barbeaux et rue des Bonnetiers, rénovation d'une auberge rue Corne-de-Cerf, et de maisons sur le Marché aux Herbes, rue du Pont-Neuf, rénovation d'un petit bâtiment près de l'Oise, d'une maison à étage sur la Route de Paris, réfection de l'intérieur du Théâtre , réfection de l'égout de la Porte-d'Ardoise « traversant le cour », construction d'une maison neuve place de l'Hôpital, et crépissage d'une maison sise au bas du Marché aux Herbes (1826).

  Constructions et réparations importantes :

 Maison rue d'Enfer, trois maisons sises rue Neuve Saint-Corneille, devanture d'une maison de la rue des Trois Barbeaux, pavillon rue de Paris, prolongement de la chaussée sur le chemin de Paris près de la place du Carrousel (place de l'ancien hôpital), établissement d'un mur de clôture autour d'un jardin en bordure du chemin de Paris, percement d'une cave dans une maison limitrophe de ce mur, crépissage d'une maison rue du Vieux Pont, construction d'un moulin rue Saint-Lazare, crépissage de maisons sises près du Marché aux Herbes, en face de la rue de l'Eçu et rue du Vieux Pont, construction en pierre d'une maison sur le marché aux Blés et d'une maison à deux étages « sur la place nouvelle du château », construction du rez-de-chaussée et de l'entresol d'une maison sise rue Neuve Saint-Corneille, construction d'une écurie en pierres rue du Marché aux Toiles «sur l'ancien emplacement de l'église St-Clément », construction d'un belvédère rue des Minimes, d'une maison neuve en pierre Faubourg Saint-Lazare, d'un étage supplémentaire pour une maison située dans la même rue et construction d'une autre maison dans cette rue, réparation d'une maison près de la Tannerie de Phôtel-Dieu, d'une maison sise sur la place du Marché aux Herbes. Transformation de la chapelle Saint-Eloy ou Saint-Louis en dortoirs pour jeunes filles, restauration de la devanture d'une boutique rue de l'Étoile et réparations intérieures et extérieures d'une maison sise rue des Bonnetiers (1827).

Mémoire descriptif avec mention du nom des propriétaires et petit historique des bâtiments restaurés et des constructions réalisées de 1828 jusqu'en avril 1829 : construction d'un étage supplémentaire au dessus de la porte cochère d'une maison rue de Pierrefonds, construction d'écuries rue de Paris, pavage de la rue du Chat qui Tourne, de la rue des Boucheries, du Change, de la rue des Neiges et en partie de celle du Clos Basile. Élévation des murs de clôture du parc jusqu'à la forêt, réfection de la devanture de l'auberge sise sous la Fausse Porte, murs de clôture d'une maison au faubourg de Tous-Les-Diables (actuel. Faubourg de la Porte-Chapelle) et d'une maison sise Porte-Chapelle, clôture d'un terrain en pierre situé sur le chemin de Soissons. Construction d'une maison neuve d'un étage en remplacement d'une chaumière rue des Vaches, près de la Place de l'Hôpital et démolition d'un bâtiment d'habitation, recrépissage de la devanture d'une maison Place du Change et grandes réparations intérieures d'une maison rue du Croissant, réparation de la façade d'une maison d'un étage sise rue des Trois-Pigeons, construction d'une grange neuve à l'auberge du Grand Duc, travaux sur les bâtiments de la Chancellerie, construction d'un Rendez-vous de chasse au Puits du Roi, construction d'une petite maison le long de la chaussée de Clairoix, réparations à l'auberge du Chat qui Tourne, construction d'une tuilerie au Petit-Margny, replâtrage d'une maison Place du Change et construction d'un mur de rempart, d'un quai avec un magasin, recrépissage d'une devanture de maison rue d'Ardoise et plantation des ormes sur le Cour. Transformation de la devanture de « la Bouteille » en café, réparations à l'Hôtel des Monnaies et plantation de tilleuls sur la Place d'Armes (1828).

Réparation d'une maison rue du Vieux Pont, d'une maison sur le marché aux Blés, construction d'une maison en pierre rue des Domeliers, reconstruction d'un pignon en pierre d'une maison sise sur la, rue « quidescend du Change à St-Antoine », construction d'un chantier sur un terrain donnant sur le grand chemin de Paris, construction d'un bâtiment neuf sur le marché aux Toiles « où était la collégiale St Clément », de la devanture en pierre d'une maison rue Saint-Antoine, et d'une maison sur le marché aux Bleds. Réparation du pavé des rues de l'Étoile, du Marché aux Bleds, aux Herbes, de la rue Neuve Saint-Corneille, du Pont-Neuf. Réfection d'une maison rue des Cordeliers, construction d'une petite grange au coin de la Place de la Liberté « en face des petites Casernes », restauration de la façade d'une maison en pierre rue Neuve Saint-Corneille, pavage de la rue de Pierrefonds et barrage de l'Oise à Venette (1829).

Mémoire descriptif avec mention du nom des propriétaires et petit historique des bâtiments restaurés et des constructions réalisées en 1829 et 1830 et découverte de pièces d'or : construction du mur de clôture d'un jardin neuf sur le grand chemin de Paris, creusement d'une cave dans une maison située sur le grand chemin de Paris, réfection de la façade de l'auberge près de l'hôtel-Dieu, grandes réparations extérieures et intérieures dans une maison à l'angle des rue Neuve et des Cordeliers avec découverte d'une pièce « de cuivre rouge octogonale portant 2 dauphins et une couronne ». Construction d'une grange à Royallieu, à droite du grand chemin de Paris, d'une maison neuve bâtie en pierre de taille en face de l'allée de l'Abbaye, réparation sur la porte cochère d'une maison sise au Grand Margny, réparation du mur de terrasse de la Porte-Chapelle, construction d'un mur de terrasse depuis le bâtiment de l'Octroi jusqu'au pont de la Porte-Chapelle, le long du grand chemin de Soissons, ravalement d'une maison rue des Boucheries, construction neuve et clôture d'un terrain rue des vaches, ravalement « en plâtre» d'une maison sur le Marché aux Herbes. Construction d'une petite maison rue du Cimetière et d'un four à Briques au Petit Margny et d'un petit bâtiment en pierre de taille sise au coin des rues Saint-Louis et d'Enfer. Ravalement d'une maison rue de l'Ecu, destruction du pont de la Porte-Chapelle et remplacement «par un neuf plus large ». Élévation d'un petit bâtiment en bois dans la petite rue Saint-Antoine, et de bâtiments neufs en pierre de taille rue d'Angoulême et ravalement d'une petite maison rue des Bonnetiers. Pose des bornes barrières et des réverbères de la place nouvelle du château et réfection d'une maison située rue Saint-Martin (1829). Démolition d'une maison et fondation d'une nouvelle rue des Domeliers et construction en pierre de taille d'un rez-de-chaussée d'une maison en pans de bois. Pose des bornes du château. Construction neuve en pierre de taille d'une maison à deux étages près de la rue Saint-Antoine, nouvelle construction rue Saint-Nicolas « dans le fossé, près du Donjon ». Nettoyage de l'égout de l'hôtel-Dieu par la Ville. Pose des bahuts du Pont-Neuf de la Porte-Chapelle, réfection de la façade d'une maison sur le Cour, construction neuve rue Saint-Nicolas : « le long de l'égout et du donjon». Importantes réparations à l'ancien hôtel des Monnaies sis au coin de la rue des Lombards, construction d'une terrasse près du pont qui conduit au petit parc. Construction en pierre de taille d'une devanture d'une maison bâtie en bois rue de Pierrefonds. Réfection du premier étage d'une maison rue des Chevaux (actuel. Rue Pierre d'Ailly) et ravalement de la devanture de maisons en bois sises rue des Neiges et rue des Pâtissiers. Reconstruction d'un mur mitoyen rue des Lombards et construction d'une petite maison en pierre proche de l'auberge du renard Rouge, sur la place de l'hôpital. Ravalement de la devanture d'une maison à deux étages rue des Trois-Pigeons. Restauration et réfection de la « maison rouge », rue Saint-Nicolas et construction d'une maison rue des jacobins et d'écuries et remises en pierre. Construction d'une maison sise au coin des rues du Portail Saint-Antoine et de Saint-Corneille. Réparation de la Porte-Chapelle. Construction d'une maison sur la rue de Harlay et d'une écurie. Embellissement d'une maison « du roi » rue des Grandes-Ecuries (1830).

 Mémoire descriptif avec mention du nom des propriétaires et petit historique des bâtiments restaurés et des constructions réalisées 1830-1831 : suite relative à l'embellissement d'une maison « du roi » rue des Grandes-Ecuries. Constructions neuves « sur de vieilles fondations » rue des Cordeliers, ravalement de plusieurs maisons en bois d'un étage sises rue du Donjon et construction neuve d'une devanture de boutique rue du Vieux-Pont. Décoration d'une boutique « pour la convertir en café » rue du Vieux-Pont. Élévation de bâtiments sur un chantier de construction de bateaux « ayant servi au même usage pour les bateaux à vapeur où il avaitété fait de fort jolies bâtisses en charpentes ». Recrépissage de l'auberge Saint-Martin, sise rue Saint-Martin et construction d'un bureau pour la perception « du droit au barrage à Venette ». Réfection de la devanture de l'auberge du Petit-Saint-Jean et ravalement d'une petite maison adossée à Saint-Corneille. Poursuite de la construction en pierre du chemin de Crépy, « depuis l'entrée de la forêt » et construction d'une maison près du pont de la Porte-d'Ardoise. Construction d'une écurie « de douze chevaux » louée au maître de Poste et construction d'une maison en pierre de taille sise au coin de la rue des Écuries. Ravalement d'une maison sise rue de Paris et réfection d'une maison au n° 339, rue de la Cagnette (actuel. Rue Vivenel). Vente de la maison « Croizet » sise sur la place du château, reconstruction des marches d'une cave rue des Trois-Pigeons, vente de la maison « Poulletier », sise en face de la boucherie de l'hôtel-Dieu, construction d'un long mur rue Helvetius et réparation du collège (1830).

Réparation dans l'église Saint-Antoine, réparations dans le collège et empierrement des rues et découverte de pièces d'or « par extraction de ces terres, vis-à-vis la porte derrière du café Creusias, deux pièces d'or...frappées sous l'empereur » et nivellement de diverses routes. Achat de la maison «Dupêché» ou «Hôtel d'Artois » rue d'Enfer, démolition d'un mur d'une petite maison sise rue de l'Ecu et reconstruction en pans de bois. Construction d'un bâtiment neuf en face de la Porte-Soissons et reconstruction de la devanture d'une maison rue du Vieux-Pont et de celle sise au coin de la rue des Trois-Barbeaux. Construction d'une chaussée neuve en face de la Porte-Soissons « allant aux belles allées » et réfection du mur du quai de Margny. Grandes réparations d'une maison sise rue d'Enfer et d'une maison sise rue Saint-Louis. Réparation d'une vieille maison rue Neuve. Cessation des travaux au barrage de Venette faute de financement « 200 ouvriers restent les bras croisés ». Abaissement d'un étage de la maison du maire, sise rue du Vieux-Pont et démolition d'une maison sise sur le chemin de Paris. Pavement d'une partie de la rue de l'Étoile et des Petites-Ecuries et réparation à la maison « Le Tellier », rue des Trois-Barbeaux. Construction d'une maison neuve en pierre de taille sur un terrain neuf « au dessus de l'ancienne Vénerie dite Bournonville » et réparation d'une maison sise au bas de la ruelle aux Loups. Construction d'une petite grange sur le chemin de Paris. Destruction du corps de bâtiment de l'hospice des Indigents et construction d'une maison d'un étage entre l'égout du Donjon et la Tuerie devant servir de magasin. Recrépissage de la façade d'une maison place du Change et réfection de la maison « Deverson », dans le bas de la rue Saint-Antoine. Grandes réparations dans la maison « de Guillaume de Flavy », rue des Gourneaux au coin de celle des Jacobins. Effet du barrage de Venette sur les puits du village. Location de la maison « Le Page » rue Porte-Chapelle. Démolition sur ordre de la Police d'une maison sise rue du Char « qui tombe effectivement en ruine et se lézarde de toute part ». Destruction d'une maison en bois à un étage, rue des Domeliers. Vente de deux jardins à la Porte-Chapelle et élagage des routes et promenades : chemin de Clairoix, des Belles-Allées, du Cour (1831). Abattage des ormes de la route de Margny (1832). 4 cahiers.

Retour en haut de page