Accueil CCFr  >   EADC Aux citoyens représentants du peuple qui ont voté pour l'abolition de la peine de mort, Lyon, 24 7bre 1848
Ajouter aux favoris Imprimer cette page (nouvelle fenêtre)

Aux citoyens représentants du peuple qui ont voté pour l'abolition de la peine de mort, Lyon, 24 7bre 1848

Ajouter au panier ExporterFichier PDF de l'instance

Présentation globale de la collection

Etablissement de conservation
Bibliothèque Marguerite Durand. Paris Voir tous les inventaires
Tous les inventaires
Intitulé de l'instrument de recherche Bibliothèque Marguerite Durand. Lettres autographes et manuscrits, 1 : A à H
Cote A à H
Titre Lettres autographes et manuscrits, 1 : A à H
Conditions d'accès L'accès aux collections patrimoniales est soumis à une autorisation préalable.
Conditions d'utilisation Toute publication de documents inédits doit être notifiée à l'établissement.
Citer sous la forme Bibliothèque Marguerite Durand. Lettres autographes et manuscrits, 1 : A à H

Informations sur l'instrument de recherche

Auteur(s) Bibliothèque Marguerite Durand
Éditeur Bibliothèque nationale de France
Date de la version électronique 2019
Langue(s) de l'instrument de recherche Catalogue rédigé en français
Description des révisions
  • 2019
    • De nombreuses biographies ont été ajoutées en 2019 pour les personnalités les moins connues, librement inspirées du "Dictionnaire des féministes" dirigé par Christine Bard, des biographies en annexe à la thèse de Christine Bard "Les féminismes en France : vers l'intégration des femmes dans la Cité, 1914-1940", de notices de libraires et de catalogues de ventes ainsi que de notices des bases Data Bnf et Wikipédia
Notes
Présentation du contenu
Cote
Titre Les Femmes lyonnaises
Date
Langue français
Support
Importance matérielle
Dimensions
Présentation du contenu
Historique de la conservation
Modalités d’acquisition
Catalogue général des manuscrits
Description du contenu
Cote :  Ms 448 Support :  Importance matérielle :  1 page et demie Dimensions  in 4° Présentation du contenu : 

Copie ou manuscrit préparatoire d'une lettre portant des corrections et se terminant par la mention "suivent de nombreuses signatures"

"Citoyens représentants, Au nom de toutes les femmes dont la mission est d'intervenir comme apôtres de paix quand l'anarchie et la discorde troublent le repos des peuples. Au nom de l'humanité, que Dieu veut unir en lui par un lien d'amour. Au nom de la religion qui, par le chirst nous prêche la miséricorde et la gratitude, nous venons vous remercier de vous être énergiquement prononcés contre le maintiens d'une loi qui, n'étant plus dans nos moeurs, ne devrait plus être dans nos codes. Honneur à vous généreux soutiens de la vérité, qui défendez l'inviolabilité de la vie que Dieu seul a donnée, que Dieu seul peut reprendre. Votre minorité, c'est la force car votre minorité c'est le progrès, ce sillon de la perfectibilité qui de siècle en siècle, guide l'humanité dans la voie qu'elle doit suivre pour obéir à sa destinée, dont le bonheur est le but. Poètes, orateurs et légistes, unis dans une même pensée pour le maintien de la justice, que les bénédictions divines soient sur vous et vos familles. L'histoire transmettra vos noms à la postérité et quand la loi de sang que vous avez combattue sera abrogée, l'hosanna des justes glorifiera votre mémoire. Pour nous, filles, soeurs, épouses et mères de citoyens pacifiques de la grande ville industrielle qui s'est montrée calme dans sa force, patiente dans l'adversité, nous appelons sur vos généreux efforts la reconnaissance nationale. Lyon a dû à la sagesse éclairée de quelques hommes le repos dont il jouit au sein de la tourmente des partis ; que les défenseurs des lois de violence prennent exemple de modération sur ces hommes. La France doit étouffer les mauvaises passions et tuer les lois qui tuent. Plus de bourreaux, plus de victimes, calmons les partis et que la justice humaine puisse dire à Dieu, s'il lui demande compte de ses enfants : "Les voici, seigneur, il n'en manque pas un seul"

Le 15 septembre 1848 Victor Hugo prononçait un discours à la Constituante contre la peine de mort

Historique de la conservation :  Modalités d’acquisition : 
Cote Ms 448
Titre Aux citoyens représentants du peuple qui ont voté pour l'abolition de la peine de mort, Lyon, 24 7bre 1848
Date 24 septembre 1848
Langue français
Support
Importance matérielle 1 page et demie
Dimensions in 4°
Présentation du contenu

Copie ou manuscrit préparatoire d'une lettre portant des corrections et se terminant par la mention "suivent de nombreuses signatures"

"Citoyens représentants, Au nom de toutes les femmes dont la mission est d'intervenir comme apôtres de paix quand l'anarchie et la discorde troublent le repos des peuples. Au nom de l'humanité, que Dieu veut unir en lui par un lien d'amour. Au nom de la religion qui, par le chirst nous prêche la miséricorde et la gratitude, nous venons vous remercier de vous être énergiquement prononcés contre le maintiens d'une loi qui, n'étant plus dans nos moeurs, ne devrait plus être dans nos codes. Honneur à vous généreux soutiens de la vérité, qui défendez l'inviolabilité de la vie que Dieu seul a donnée, que Dieu seul peut reprendre. Votre minorité, c'est la force car votre minorité c'est le progrès, ce sillon de la perfectibilité qui de siècle en siècle, guide l'humanité dans la voie qu'elle doit suivre pour obéir à sa destinée, dont le bonheur est le but. Poètes, orateurs et légistes, unis dans une même pensée pour le maintien de la justice, que les bénédictions divines soient sur vous et vos familles. L'histoire transmettra vos noms à la postérité et quand la loi de sang que vous avez combattue sera abrogée, l'hosanna des justes glorifiera votre mémoire. Pour nous, filles, soeurs, épouses et mères de citoyens pacifiques de la grande ville industrielle qui s'est montrée calme dans sa force, patiente dans l'adversité, nous appelons sur vos généreux efforts la reconnaissance nationale. Lyon a dû à la sagesse éclairée de quelques hommes le repos dont il jouit au sein de la tourmente des partis ; que les défenseurs des lois de violence prennent exemple de modération sur ces hommes. La France doit étouffer les mauvaises passions et tuer les lois qui tuent. Plus de bourreaux, plus de victimes, calmons les partis et que la justice humaine puisse dire à Dieu, s'il lui demande compte de ses enfants : "Les voici, seigneur, il n'en manque pas un seul"

Le 15 septembre 1848 Victor Hugo prononçait un discours à la Constituante contre la peine de mort

Historique de la conservation
Modalités d’acquisition
Retour en haut de page