Accueil CCFr  >   EADC 2 Lettres autographes signées adressées à Marguerite Durand, à propos des ouvrières d'Ivry, Paris, juin 1907
Ajouter aux favoris Imprimer cette page (nouvelle fenêtre)

2 Lettres autographes signées adressées à Marguerite Durand, à propos des ouvrières d'Ivry, Paris, juin 1907

Ajouter au panier ExporterFichier PDF de l'instance

Présentation globale de la collection

Etablissement de conservation
Bibliothèque Marguerite Durand. Paris Voir tous les inventaires
Tous les inventaires
Intitulé de l'instrument de recherche Bibliothèque Marguerite Durand. Lettres autographes et manuscrits, 1 : A à H
Cote A à H
Titre Lettres autographes et manuscrits, 1 : A à H
Conditions d'accès L'accès aux collections patrimoniales est soumis à une autorisation préalable.
Conditions d'utilisation Toute publication de documents inédits doit être notifiée à l'établissement.
Citer sous la forme Bibliothèque Marguerite Durand. Lettres autographes et manuscrits, 1 : A à H

Informations sur l'instrument de recherche

Auteur(s) Bibliothèque Marguerite Durand
Éditeur Bibliothèque nationale de France
Date de la version électronique 2019
Langue(s) de l'instrument de recherche Catalogue rédigé en français
Description des révisions
  • 2019
    • De nombreuses biographies ont été ajoutées en 2019 pour les personnalités les moins connues, librement inspirées du "Dictionnaire des féministes" dirigé par Christine Bard, des biographies en annexe à la thèse de Christine Bard "Les féminismes en France : vers l'intégration des femmes dans la Cité, 1914-1940", de notices de libraires et de catalogues de ventes ainsi que de notices des bases Data Bnf et Wikipédia
Notes
Présentation du contenu
Titre Durand, Marguerite
Biographie ou histoire

 Née en 1864 dans un milieu bourgeois cultivé, fille naturelle du colonel Alfred Bocher et d’Anna-Caroline Durand, Marguerite Durand est pensionnaire de la Comédie-Française de 1881 à 1888, avant d’épouser l’avocat et député Georges Laguerre, qui fut l’un des plus fervents partisans du général Boulanger ; elle découvre à cette époque le journalisme, dirigeant aux côtés de son mari le journal La Presse. En 1896, elle devient féministe à la suite du Congrès féministe international organisé par la Ligue française pour le droit des femmes auquel elle s’était rendue pour le compte du Figaro. Dès 1897, elle fonde La Fronde, journal entièrement rédigé, administré et composé par des femmes, quotidien pendant six ans puis mensuel pendant deux ans. Toute sa vie elle sera une figure importante du féminisme français, active en particulier dans le domaine du travail des femmes et de leurs droits civils et civiques. En 1932, elle fait don à la Ville de Paris des collections qu’elle a constituées depuis la création de La Fronde, fondant ainsi la bibliothèque qui porte toujours son nom et qu’elle dirigea bénévolement jusqu’à sa mort en 1936

Voir aussi les fonds d'archives Marguerite Durand et La Fronde.

Description du contenu
Cote
Titre Lettres
Date
Support
Importance matérielle
Dimensions
Présentation du contenu
Catalogue général des manuscrits
Cote :  091.1 DUR Support :  Importance matérielle :  2 lettres Dimensions  in 8° Présentation du contenu : Deux lettres signées J. Cauvin [?]. 11 juin 1907 : "J'ai attendu jusqu'à ce jour pour répondre à la lettre que vous m''avez fait l'honneur de m'adresser, dans l'espoir de vous dire quelque chose d'intéressant relativement au souhait formulé par vous de voir les ouvrières d'Ivry se syndiquer. Ne pouvant voir les jeunes filles que je connais un autre jour que le dimanche, il ne m'a pas jusqu'alors été possible de causer avec elles suffisamment pour leur expliquer votre désir. Aussitôt que l'occasion s'en présentera je m'empresserai de faire tout le possible afin de les intéresser à la question. Quoique d'après certaines conversations où j'ai effleuré devant elles cette idée de syndicat, à la suite de votre congrès, elles m'avaient plutôt paru réfractaires... je vous remercie Madame de vous être occupée de la réclamation que je vous ai transmise, j'espère que par votre bienveillante intervention, ces ouvrières obtiendront ce qu'elles souhaitent..". 12 juin 1907... "Madame, j'ai appris hier -ma lettre étant expédiée- que votre intervention avait été des plus efficace, puisque deux portes de dégagement ont été aménagées dans les ateliers de l'usine d'Ivry et je viens Madame, vous remercier au nom des ouvrières dont je m'étais faite l'interprète....". En 1906 Marguerite Durand obtient un vote au parlement en faveur de la création d'un Office du travail féminin et réunit en mars 1907 un Congrès sur ce thème après avoir contacté les syndicats, les Bourses du travail, des employeurs, des inspecteurs du travail... Historique de la conservation :  Modalités d’acquisition : L.A.S. 1398-1399
Cote 091.1 DUR
Titre 2 Lettres autographes signées adressées à Marguerite Durand, à propos des ouvrières d'Ivry, Paris, juin 1907
Date juin 1907
Langue français
Support
Importance matérielle 2 lettres
Dimensions in 8°
Présentation du contenu Deux lettres signées J. Cauvin [?]. 11 juin 1907 : "J'ai attendu jusqu'à ce jour pour répondre à la lettre que vous m''avez fait l'honneur de m'adresser, dans l'espoir de vous dire quelque chose d'intéressant relativement au souhait formulé par vous de voir les ouvrières d'Ivry se syndiquer. Ne pouvant voir les jeunes filles que je connais un autre jour que le dimanche, il ne m'a pas jusqu'alors été possible de causer avec elles suffisamment pour leur expliquer votre désir. Aussitôt que l'occasion s'en présentera je m'empresserai de faire tout le possible afin de les intéresser à la question. Quoique d'après certaines conversations où j'ai effleuré devant elles cette idée de syndicat, à la suite de votre congrès, elles m'avaient plutôt paru réfractaires... je vous remercie Madame de vous être occupée de la réclamation que je vous ai transmise, j'espère que par votre bienveillante intervention, ces ouvrières obtiendront ce qu'elles souhaitent..". 12 juin 1907... "Madame, j'ai appris hier -ma lettre étant expédiée- que votre intervention avait été des plus efficace, puisque deux portes de dégagement ont été aménagées dans les ateliers de l'usine d'Ivry et je viens Madame, vous remercier au nom des ouvrières dont je m'étais faite l'interprète....". En 1906 Marguerite Durand obtient un vote au parlement en faveur de la création d'un Office du travail féminin et réunit en mars 1907 un Congrès sur ce thème après avoir contacté les syndicats, les Bourses du travail, des employeurs, des inspecteurs du travail...
Historique de la conservation
Modalités d’acquisition L.A.S. 1398-1399
Index

 - Femmes dans les syndicats

Retour en haut de page