Accueil CCFr  >   EADC Sollicitations
Ajouter aux favoris Imprimer cette page (nouvelle fenêtre)

Sollicitations

Ajouter au panier ExporterFichier PDF de l'instance

Présentation globale de la collection

Etablissement de conservation
Médiathèque Léon Alègre. Bagnols-sur-Cèze, Gard Voir tous les inventaires
Tous les inventaires
Intitulé de l'instrument de recherche Catalogue des manuscrits du fonds Teste-Cotton
Cote FTC 1 - 226
Titre Fonds Teste-Cotton
Date XIVe - XIXe
Langue français
Importance matérielle 211 boîtes
Biographie ou histoire

Antoine Teste (1743 - 1807) fut notaire à Bagnols-sur-Cèze de 1765 à 1790, avant d'embrasser durant la Révolution des fonctions plus politiques, telles que maire de la ville de Bagnols (1791 - 1792), procureur-syndic du département du Gard (1792 - 1794) ou commissaire près les tribunaux du Vaucluse à Carpentras (1795 - 1798) entre autres. Il est le père du célèbre baron François Teste (1775 - 1862) qui combattit successivement pour la République, l'Empire et le Royaume de France, et termina sa carrière comme Lieutenant Général des Armées du Roi, commandant de la Légion d'Honneur et Chevalier de l'Ordre royal et militaire de Saint-Louis, gouverneur du Pas-de-Calais. Il fut également le père de Jean-Baptiste Teste (1780 - 1852), avocat puis Ministre du Commerce pus de la Justice en 1839, et enfin de Charles Emmanuel Antoine Teste (1805 - ?), libraire et éditeur.

Jérôme Joseph Louis Cotton (? - 1843) est notaire à Bagnols-sur-Cèze de l'an IV à 1825. Il reprend en 1807 l'étude d'Antoine Teste, décédé cette année-là, étude ensuite reprise par son fils Auguste Cotton (1799 - 1871), qui exerce le notariat de 1825 à 1852. Cette année-là, Auguste Cotton accepte le poste d'inspecteur spécial à Montpellier, puis celui de Directeur Général de la Police des 7e et 8e division militaire à Lyon jusque 1854. Il devient ensuite juge de paix jusqu'en 1870. Entre 1843 et 1852, il est par deux fois élu maire de la commune de Bagnols-sur-Cèze, et est à l'origine de l'aménagement du Mont Cotton. Ces deux familles eurent donc un rôle considérable dans les affaires de la ville de Bagnols, mais également au niveau régional et national. 

Présentation du contenu Ce fonds regroupe tant les copies d'actes notariés des études d'Antoine Teste, Jérome Joseph Louis Cotton et Auguste Cotton, que des documents politiques (lors des mandats de maire et autres d'A. Teste et A. Cotton notamment), et également des documents et lettres personnelles des Teste et Cotton. Cependant, on y trouve relativement peu de documents concernant les enfants d'Antoine Teste (le baron François Teste, le député Jean-Baptiste Teste et Charles Teste). Parmi les documents les plus anciens du fonds, on retrouve des documents juridiques de l'Ancien Régime qui ne sont liés à aucune des deux familles, mais qui ont pu se retrouver dans leurs papiers suite à la reprise successive de la même étude de notaire à Bagnols à travers le temps ou encore, ils ont pu être récoltés pour les besoins d'une affaire à traiter.
Modalités d'acquisition Les demoiselles Clastron, descendantes des notaires Antoine Teste (1743 - 1807) et Auguste Cotton (1799 - 1811), tous deux également maire de Bagnols, ont donné l'ensemble de leurs archives familiales à Serge Polder. Ce dernier, après un dépoussiérage et un inventaire de ce fonds, en fait don à la mairie de Bagnols-sur-Cèze en 1988.
Conditions d'accès L'accès aux collections patrimoniales est soumis à une autorisation préalable.
Conditions d'utilisation Toute publication de documents inédits doit être notifiée à l'établissement.
Citer sous la forme Médiathèque Léon Alègre de Bagnols-sur-Cèze, fonds Teste-Cotton

Informations sur l'instrument de recherche

Auteur(s) Médiathèque Léon Alègre de Bagnols-sur-Cèze
Éditeur Bibliothèque nationale de France
Date de la version électronique 2019
Langue(s) de l'instrument de recherche Catalogue rédigé en français
Notes
Présentation du contenu
Cote FTC 1 - 106
Titre Famille Teste
Date 1743 - 1862
Importance matérielle 99 boîtes
Présentation du contenu

Ensemble des documents concernant les activités de la famille Teste de Bagnols durant le XVIIIe et le XIXe, en particulier à travers les personnalités d'Antoine Teste (1743 - 1807) et ses fils François (1775 - 1862) et Jean-Baptiste Teste (1780 - 1852) (Charles n'apparaît que sous forme de vague mention). Les documents plus anciens, datés du XIVe au XVIIe siècle, sont également regroupés dans cet ensemble, car il s'agit peut-être de documents juridiques et notariaux dont Antoine Teste a hérité en reprenant l'étude d'un notaire de Bagnols.

Note sur la correspondance : la correspondance n'a pas été regroupée dans un seul ensemble pour plusieurs raisons : tout d'abord, il a semblé plus logique de séparer la correspondance d'ordre privée de la correspondance professionnelle, et en second lieu, il s'avère que le classement choisi reflète le classement original, c'est-à-dire que chaque personnalité, et chaque activité de cette personnalité a sa propre correspondance. Ainsi, la correspondance d'Antoine Teste en tant que notaire ne sera pas la même que sa correspondance en tant que procureur syndic général du Gard etc.

Description du contenu
Titre Carrières politiques
Titre Carrière politique d'Antoine Teste
Date 1791 - 1800
Importance matérielle 5 boîtes
Présentation du contenu Regroupe les documents sur les postes occupés par Antoine Teste hors de son étude de notaire, lorsqu'il fut maire de Bagnols (1791 - 1792), procureur-syndic du Gard (1792 - 1794), agent de la Commission des Subsistances dans l'arrondissement de l'armée d'Italie et membre de l'agence d'extraction des prises près l'armée (1794 - 1795), commissaire du pouvoir exécutif près les tribunaux civils et criminels du Vaucluse (1795 - 1798 environ), administrateur provisoire du Gard puis président de l'Assemblée Municipale du canton de Bagnols, avant de reprendre son étude notariale vers 1800
Cote FTC 94
Titre Procureur-syndic : correspondance (1792 - 1794)
Date 1792 - 1794
Présentation du contenu

Antoine Teste devient procureur-syndic du Gard en novembre 1792 jusqu'en 1794, puis préposé auprès de l'armée des Alpes vers 1794 et enfin membre de l'agence d'extraction des prises, à Grenoble, en 1794 (fin d'année) - 1795. La plupart des pièces liées à ces activités sont des lettres à teneur politique. Elles étaient classées à l'origine sous le titre « Papiers me concernant » et apportent un certain éclairage à la fois sur le rôle de Teste comme républicain et jacobin, mais aussi sur l'importance des groupes révolutionnaires dans le Gard à cette période. Les brouillons de lettres ne sont pas classés à part puisqu'ils répondent souvent à des lettres jointes. Pour éviter une notice trop conséquente et donc illisible, les lettres ont été réparties selon deux types : les lettres ayant trait à l'organisation de la vie et des idées politiques et celles qui contiennent des sollicitations diverses. Au sein de chaque ensemble, elles sont classées par ordre chronologique.

Les périodes étant difficiles à définir (Teste semble quitter son porte pour rejoindre sa famille délaissée à Bagnols avant de partir à Avignon vers 1796), on considère que ce dossier va de 1788 à environ son départ pour Avignon, vers décembre 1795.

Catalogue général des manuscrits
Division :  2 Présentation du contenu : 

Diverses sollicitations adressées à ou par Teste, qui jouit d'une certaine influence de par ses différents postes administratifs.

  • 1 lettre de décembre 1792 difficile à déchiffrer de Lefevbre à Teste
  • 7 et 16 mars 1793, 2 lettres de Roulet pour Ramain et Gratias
  • 21 mars 1793, 1 lettre de Barthélémy sur l'affaire de son fils prétenduement émigré et qui demande la justice du département, et 1 seconde lettre le 5 mai 1793
  • 4 mai 1793, Benoît à Teste, sur ses affaires
  • 7 mai 1793, 1 lettre de Marty demandant une signature à Teste pour son certificat de civisme
  • 25 mai 1793, 1 lettre des officiers municipaux de Bagnols, Chambon, Malignon maire, Allègre et Gensoul, sur les fossés de la ville qui s'inondent
  • 29 septembre 1793, 1 lettre de Laurie remerciant Teste de sa lettre pour les officiers municipaux d'Avignon
  • 18 octobre 1793, 1 lettre de [Subleyras] au procureur syndic du Gard, à propos de la destitution du citoyen Henri Gaussand juge de paix au sein du Comité, suivie d'une lettre de Gaussand à « son bon ami Teste » demandant un sursis
  • 5 novembre 1793 (15 brumaire an 2), 2 lettres des administrateurs du district de Pont-Saint-Esprit au procureur-syndic du Gard, sur les réquisitions de Bagnols de seigle, avoine et froment et la seconde sur les deux compagnies à Barjac, avec le brouillon de réponse de Teste du 16 brumaire an 2, avec à nouveau deux réponses des administrateurs de Pont-Saint-Esprit le même jour.
  • 21 octobre 1793, 1 lettre de [Brezuns] ainé, juge de paix du canton de la ville de Saint-Esprit, sollicitant l'aide de Teste
  • 6 frimaire an 2 (26 novembre 1793), 1 lettre de Serrier à Teste, sur sa situation où il a été contraint de démissionner de son poste de commandant des côtes maritimes du Gard, avec l'extrait de sa démission et son reçu
  • 22 pluviose an 2 (10 février 1794), 1 lettre de Baumel à Teste, le remerciant
  • 24 pluviose an 2 (12 février 1794), une lettre de Ribet née Bertrand à Teste, l'informant de l'arrestation de son frère Bertrand, commissaire du Comité de Montpellier, par le Comité de Surveillance de la Convention, et requérant son aide, joignant le mandat d'arrêt du 9 pluviose an 2 (28 janvier 1794)
  • 15 thermidor an 2 (2 août 1794), 1 brouillon d'une lettre officielle par Teste, agent de la Commission de Commerce et approvisionnement de la République dans l'arrondissement de l'armée d'Italie, adressée au Directoire du Gard, sur le citoyen Isnard, incompétent
  • 10 fructidor an 2 (27 août 1794), 1 lettre de Clet à Teste, préposé près l'armée des Alpes, sur la fourniture d'onces de viande
  • 2 brumaire sans millésime, mot de Raoux sur la réquisition des chevaux, demandant à Teste d'envoyer le citoyen Combe, maréchal expert du département
  • 1 lettre s. d. de Suzon Martin à propos du décret concernant le maiage de personnes ayant eu des enfants 
  • 1 lettre non signée et sans date, demandant à qui s'adresser pour une pétition afin de récupérer une armoire
  • 1 lettre s. d. à la signature arrachée, à entête « Municipalité de Paris » sur des sujets d'actualités et de politique

En fin de liasse, une lettre du Préfet du Gard au citoyen Rolland de Pont-Saint-Esprit, datée du 29 vendémiaire an 2 (20 octobre 1793) sur l'octroi de Saint-Esprit.

Division 2
Titre Sollicitations
Date 1792 - 1794
Présentation du contenu

Diverses sollicitations adressées à ou par Teste, qui jouit d'une certaine influence de par ses différents postes administratifs.

  • 1 lettre de décembre 1792 difficile à déchiffrer de Lefevbre à Teste
  • 7 et 16 mars 1793, 2 lettres de Roulet pour Ramain et Gratias
  • 21 mars 1793, 1 lettre de Barthélémy sur l'affaire de son fils prétenduement émigré et qui demande la justice du département, et 1 seconde lettre le 5 mai 1793
  • 4 mai 1793, Benoît à Teste, sur ses affaires
  • 7 mai 1793, 1 lettre de Marty demandant une signature à Teste pour son certificat de civisme
  • 25 mai 1793, 1 lettre des officiers municipaux de Bagnols, Chambon, Malignon maire, Allègre et Gensoul, sur les fossés de la ville qui s'inondent
  • 29 septembre 1793, 1 lettre de Laurie remerciant Teste de sa lettre pour les officiers municipaux d'Avignon
  • 18 octobre 1793, 1 lettre de [Subleyras] au procureur syndic du Gard, à propos de la destitution du citoyen Henri Gaussand juge de paix au sein du Comité, suivie d'une lettre de Gaussand à « son bon ami Teste » demandant un sursis
  • 5 novembre 1793 (15 brumaire an 2), 2 lettres des administrateurs du district de Pont-Saint-Esprit au procureur-syndic du Gard, sur les réquisitions de Bagnols de seigle, avoine et froment et la seconde sur les deux compagnies à Barjac, avec le brouillon de réponse de Teste du 16 brumaire an 2, avec à nouveau deux réponses des administrateurs de Pont-Saint-Esprit le même jour.
  • 21 octobre 1793, 1 lettre de [Brezuns] ainé, juge de paix du canton de la ville de Saint-Esprit, sollicitant l'aide de Teste
  • 6 frimaire an 2 (26 novembre 1793), 1 lettre de Serrier à Teste, sur sa situation où il a été contraint de démissionner de son poste de commandant des côtes maritimes du Gard, avec l'extrait de sa démission et son reçu
  • 22 pluviose an 2 (10 février 1794), 1 lettre de Baumel à Teste, le remerciant
  • 24 pluviose an 2 (12 février 1794), une lettre de Ribet née Bertrand à Teste, l'informant de l'arrestation de son frère Bertrand, commissaire du Comité de Montpellier, par le Comité de Surveillance de la Convention, et requérant son aide, joignant le mandat d'arrêt du 9 pluviose an 2 (28 janvier 1794)
  • 15 thermidor an 2 (2 août 1794), 1 brouillon d'une lettre officielle par Teste, agent de la Commission de Commerce et approvisionnement de la République dans l'arrondissement de l'armée d'Italie, adressée au Directoire du Gard, sur le citoyen Isnard, incompétent
  • 10 fructidor an 2 (27 août 1794), 1 lettre de Clet à Teste, préposé près l'armée des Alpes, sur la fourniture d'onces de viande
  • 2 brumaire sans millésime, mot de Raoux sur la réquisition des chevaux, demandant à Teste d'envoyer le citoyen Combe, maréchal expert du département
  • 1 lettre s. d. de Suzon Martin à propos du décret concernant le maiage de personnes ayant eu des enfants 
  • 1 lettre non signée et sans date, demandant à qui s'adresser pour une pétition afin de récupérer une armoire
  • 1 lettre s. d. à la signature arrachée, à entête « Municipalité de Paris » sur des sujets d'actualités et de politique

En fin de liasse, une lettre du Préfet du Gard au citoyen Rolland de Pont-Saint-Esprit, datée du 29 vendémiaire an 2 (20 octobre 1793) sur l'octroi de Saint-Esprit.

Retour en haut de page