Accueil CCFr  >   EADC Nos servantes
Ajouter aux favoris Imprimer cette page (nouvelle fenêtre)

Nos servantes

Ajouter au panier ExporterFichier PDF de l'instance

Présentation globale de la collection

Etablissement de conservation
Bibliothèque Marguerite Durand. Paris Voir tous les inventaires
Tous les inventaires
Intitulé de l'instrument de recherche Bibliothèque Marguerite Durand. Lettres autographes et manuscrits, 1 : A à H
Cote A à H
Titre Lettres autographes et manuscrits, 1 : A à H
Conditions d'accès L'accès aux collections patrimoniales est soumis à une autorisation préalable.
Conditions d'utilisation Toute publication de documents inédits doit être notifiée à l'établissement.
Citer sous la forme Bibliothèque Marguerite Durand. Lettres autographes et manuscrits, 1 : A à H

Informations sur l'instrument de recherche

Auteur(s) Bibliothèque Marguerite Durand
Éditeur Bibliothèque nationale de France
Date de la version électronique 2019
Langue(s) de l'instrument de recherche Catalogue rédigé en français
Description des révisions
  • 2019
    • De nombreuses biographies ont été ajoutées en 2019 pour les personnalités les moins connues, librement inspirées du "Dictionnaire des féministes" dirigé par Christine Bard, des biographies en annexe à la thèse de Christine Bard "Les féminismes en France : vers l'intégration des femmes dans la Cité, 1914-1940", de notices de libraires et de catalogues de ventes ainsi que de notices des bases Data Bnf et Wikipédia
Notes
Présentation du contenu
Cote
Titre Caro-Delvaille, Henry
Date
Langue français
Support
Importance matérielle
Dimensions
Biographie ou histoire 1876-1928. Peintre
Présentation du contenu
Historique de la conservation
Modalités d’acquisition
Catalogue général des manuscrits
Description du contenu
Cote :  Ms 179 Support :  Importance matérielle :  1 manuscrit (6 p.) Dimensions  in 8° Présentation du contenu : Brouillon d'un courrier pour la Fronde répondant à une enquête du journal sur les employées de maison (1903). L'auteur dit approuver les réformes proposées (fin de la relégation du personnel dans les soupentes, syndicats, assurances...).. tout en s'inquiétant des conséquences pratiques , de la promiscuité qui en découlerait et suggère des préalables sur un ton satirique. "On peut aimer sincèrement les humbles, tout en souffrant dans son odorat des relents du travailleur qui ne se lave pas... faites progresser d'abord l'intéressante classe de la société dont vous défendez le bien-être et la sécurité compromis tous deux au "cintième". Instituez des cours d'adulte précédés eux-mêmes par des écoles de campagne visant spécialement le futur état de domesticité des filles de paysan... Quand l'enseignement, comme l'organisation matérielle auront fait à nos servantes des âmes plus claires en des corps plus lavés, croyez que toutes les femmes de la bourgeoisie seront heureuses de loger leurs domestiques près d'elles ce qui d'ailleurs leur sera plus commode et plus rassurant... refaites auparavant une mentalité et des habitudes de vie corporelle acceptables à ces créatures guettées par le mensonge, le vice et l'incurie au sortir du patelin paternel... j'ajoute à ce programme une instruction technique conforme à leur futur état. Car enfin, pourquoi, une cuisinière, une bonne d'enfants, une femme de chambre, une fille de peine elle-même ne doivent-elle pas faire précéder leurs engagements d'un apprentissage que trop souvent elles font à nos dépens ? " Historique de la conservation :  Modalités d’acquisition : 
Cote Ms 179
Titre Nos servantes
Date 1903
Langue français
Support
Importance matérielle 1 manuscrit (6 p.)
Dimensions in 8°
Présentation du contenu Brouillon d'un courrier pour la Fronde répondant à une enquête du journal sur les employées de maison (1903). L'auteur dit approuver les réformes proposées (fin de la relégation du personnel dans les soupentes, syndicats, assurances...).. tout en s'inquiétant des conséquences pratiques , de la promiscuité qui en découlerait et suggère des préalables sur un ton satirique. "On peut aimer sincèrement les humbles, tout en souffrant dans son odorat des relents du travailleur qui ne se lave pas... faites progresser d'abord l'intéressante classe de la société dont vous défendez le bien-être et la sécurité compromis tous deux au "cintième". Instituez des cours d'adulte précédés eux-mêmes par des écoles de campagne visant spécialement le futur état de domesticité des filles de paysan... Quand l'enseignement, comme l'organisation matérielle auront fait à nos servantes des âmes plus claires en des corps plus lavés, croyez que toutes les femmes de la bourgeoisie seront heureuses de loger leurs domestiques près d'elles ce qui d'ailleurs leur sera plus commode et plus rassurant... refaites auparavant une mentalité et des habitudes de vie corporelle acceptables à ces créatures guettées par le mensonge, le vice et l'incurie au sortir du patelin paternel... j'ajoute à ce programme une instruction technique conforme à leur futur état. Car enfin, pourquoi, une cuisinière, une bonne d'enfants, une femme de chambre, une fille de peine elle-même ne doivent-elle pas faire précéder leurs engagements d'un apprentissage que trop souvent elles font à nos dépens ? "
Historique de la conservation
Modalités d’acquisition
Retour en haut de page