Accueil CCFr  >   EADC Lettre autographe signée à Chère Madame et amie [Marguerite Durand], Rouen 44 quai de Paris le 2 avril 1908
Ajouter aux favoris Imprimer cette page (nouvelle fenêtre)

Lettre autographe signée à Chère Madame et amie [Marguerite Durand], Rouen 44 quai de Paris le 2 avril 1908

Ajouter au panier ExporterFichier PDF de l'instance

Présentation globale de la collection

Etablissement de conservation
Bibliothèque Marguerite Durand. Paris Voir tous les inventaires
Tous les inventaires
Intitulé de l'instrument de recherche Lettres autographes et manuscrits, 2 : I à Q
Cote I à Q
Titre Lettres autographes et manuscrits, 2 : I à Q
Conditions d'accès L'accès aux collections patrimoniales est soumis à une autorisation préalable.
Conditions d'utilisation Toute publication de documents inédits doit être notifiée à l'établissement.
Citer sous la forme Bibliothèque Marguerite Durand, lettres autographes et manuscrits, 2 : I à Q

Informations sur l'instrument de recherche

Auteur(s) Bibliothèque Marguerite Durand
Éditeur Bibliothèque nationale de France
Date de la version électronique 2019
Langue(s) de l'instrument de recherche Catalogue rédigé en français
Description des révisions
  • 2019
    • De nombreuses biographies ont été ajoutées en 2019 pour les personnalités les moins connues, librement inspirées du "Dictionnaire des féministes" dirigé par Christine Bard, des biographies en annexe à la thèse de Christine Bard "Les féminismes en France : vers l'intégration des femmes dans la Cité, 1914-1940", des notices des bases Data Bnf et Wikipédia et de notices de Libraires et de catalogues de ventes
Présentation du contenu
Titre Petit, Gabrielle
Biographie ou histoire 1860-1952. Féministe, militante anticléricale et libertaire. Elle collabore à La Fronde puis fonde le journal La femme affranchie. Dans ses articles et dans lors de nombreuses conférences, elle dénonce le traitement policier de la prostitution, les méfaits du militarisme (ce qui lui vaudra des procès) elle prône la limitation des naissances,défend les revendications ouvrières. Elle rejoint dans les années 30 une communauté libertaire dans le Lot.
Présentation du contenu 43 documents : 17 LAS à Marguerite Durand, 1 à Jules Uhry, 1 LAS, 2 tracts, 1 carte lettre, 3 brouillons, 5 télégrammes et 12 lettres reçues dont 11 de Jules Uhry, avocat
Description du contenu
Titre Lettres de Gabrielle Petit à Marguerite Durand et Jules Uhry
Présentation du contenu La transcription respecte l'orthographe des originaux
Catalogue général des manuscrits
Cote :  091 PET m.f. Support :  Importance matérielle :  1 page et demie Dimensions  Présentation du contenu : "Je suis à Rouen depuis le 22 avril et je fais la besogne la plus pénible, la plus ingrate qu'il soit possible d'entreprendre. Je pourrais vous fournir des renseignements détaillés sur le travail et les salaires des femmes et aussi sur leur ignorance, quel triste département. Les déléguées des confectionneuses qui étaient venues à votre congrès c'était déléguées elles mêmes, il n'y à plus personnes à leur syndicat, c'est elles qui ont découragé et dégouté les autres. L'ignorance de toutes ses femmes est effrayante. Je reste ici jusqu'au 12 avril pour plusieurs motifs mais le plus sérieux c'est que je n'ai pas de quoi prendre le train et pas de domicile à Paris, il faut que je paie 50 f avant d'entrer mes meubles dans la chambre que j'ai louée et je n'ai pas le premier sous. Ici je fais des conférences presque tous les jours et je vend à peine de journaux pour pouvoir manger. Je n'ai pas encore pu payer ma chambre depuis que je suis arrivée, les libres penseurs et les socialistes de Rouen ont organisés la conspiration du silence autour de moi, ils en viens un à toutes mes conférence pour savoir ce que je dis. Mais je me réserve pour le dernier jours. C'est égal ceux qui ont trouvé que ce n'était pas assez que je sois dans la rue depuis le 1er septembre 1902 et qui m'ont conduite en prison, aurait mieux fait de me tirer un coup de fusil que de me faire mourir à petit feu. Les animaux les plus supérieurs de l'humanité les hommes ne sont pas jolis, jolis, vus de près. et les femmes supérieures sont bien rares, bien rares. Si je ne vous aie pas donner de mes nouvelles plutôt ce n'est pas que je vous oublie, mais j'ai tant de soucis, votre toute dévouée et reconnaissante Gabrielle Petit" Historique de la conservation :  Modalités d’acquisition : 
Cote 091 PET m.f.
Titre Lettre autographe signée à Chère Madame et amie [Marguerite Durand], Rouen 44 quai de Paris le 2 avril 1908
Date 2 avril 1908
Langue français
Support
Importance matérielle 1 page et demie
Dimensions
Présentation du contenu "Je suis à Rouen depuis le 22 avril et je fais la besogne la plus pénible, la plus ingrate qu'il soit possible d'entreprendre. Je pourrais vous fournir des renseignements détaillés sur le travail et les salaires des femmes et aussi sur leur ignorance, quel triste département. Les déléguées des confectionneuses qui étaient venues à votre congrès c'était déléguées elles mêmes, il n'y à plus personnes à leur syndicat, c'est elles qui ont découragé et dégouté les autres. L'ignorance de toutes ses femmes est effrayante. Je reste ici jusqu'au 12 avril pour plusieurs motifs mais le plus sérieux c'est que je n'ai pas de quoi prendre le train et pas de domicile à Paris, il faut que je paie 50 f avant d'entrer mes meubles dans la chambre que j'ai louée et je n'ai pas le premier sous. Ici je fais des conférences presque tous les jours et je vend à peine de journaux pour pouvoir manger. Je n'ai pas encore pu payer ma chambre depuis que je suis arrivée, les libres penseurs et les socialistes de Rouen ont organisés la conspiration du silence autour de moi, ils en viens un à toutes mes conférence pour savoir ce que je dis. Mais je me réserve pour le dernier jours. C'est égal ceux qui ont trouvé que ce n'était pas assez que je sois dans la rue depuis le 1er septembre 1902 et qui m'ont conduite en prison, aurait mieux fait de me tirer un coup de fusil que de me faire mourir à petit feu. Les animaux les plus supérieurs de l'humanité les hommes ne sont pas jolis, jolis, vus de près. et les femmes supérieures sont bien rares, bien rares. Si je ne vous aie pas donner de mes nouvelles plutôt ce n'est pas que je vous oublie, mais j'ai tant de soucis, votre toute dévouée et reconnaissante Gabrielle Petit"
Historique de la conservation
Modalités d’acquisition
Retour en haut de page