Accueil CCFr  >   EADC Lettre autographe signée à Gabriel Gauny, Paris le 25 juillet 66
Ajouter aux favoris Imprimer cette page (nouvelle fenêtre)

Lettre autographe signée à Gabriel Gauny, Paris le 25 juillet 66

Ajouter au panier ExporterFichier PDF de l'instance

Présentation globale de la collection

Etablissement de conservation
Bibliothèque Marguerite Durand. Paris Voir tous les inventaires
Tous les inventaires
Intitulé de l'instrument de recherche Lettres autographes et manuscrits, 3 : R à Z
Cote R à Z
Titre Lettres autographes et manuscrits, 3 : R à Z
Conditions d'accès L'accès aux collections patrimoniales est soumis à une autorisation préalable.
Conditions d'utilisation Toute publication de documents inédits doit être notifiée à l'établissement.
Citer sous la forme Bibliothèque Marguerite Durand, lettres autographes et manuscrits, 3 : R à Z

Informations sur l'instrument de recherche

Auteur(s) Bibliothèque Marguerite Durand
Éditeur Bibliothèque nationale de France
Date de la version électronique 2019
Langue(s) de l'instrument de recherche Catalogue rédigé en français
Description des révisions
  • 2019
    • De nombreuses biographies ont été ajoutées en 2019 pour les personnalités les moins connues, librement inspirées du "Dictionnaire des féministes" dirigé par Christine Bard, des biographies en annexe à la thèse de Christine Bard "Les féminismes en France : vers l'intégration des femmes dans la Cité, 1914-1940" et de notices de libraires, de catalogues de ventes, des bases Data Bnf et Wikipédia également
Présentation du contenu
Titre Voilquin, Suzanne
Biographie ou histoire 1801-1876. Journaliste et écrivaine féministe d'origine ouvrière. Proche des saint-simoniens elle dirige, le journal La Femme libre qui deviendra La Tribune des femmes. Voir aussi à Gauny pour la correspondance.
Historique de la conservation Le manuscrit "Voyage en Russie" et probablement la correspondance ont été confiés à Amélie Hammer, mère d'Harlor par Gabriel Gauny autre saint-simonien et donnés ensuite par Harlor à la Bibliothèque Marguerite Durand
Catalogue général des manuscrits
Description du contenu
Cote :  091 VOI mf Support :  Importance matérielle :  2 pages Dimensions  Présentation du contenu : Lettre à Gabriel Gauny, ouvrier saint-simonien et poète. "Ne croyez pas que cette estime de votre bonne nature soit une flagornerie comme le monde en sait faire, non certes, car depuis que je vous connais j’ai toujours vu en vous un bon et brave cœur, près [sic] au premier signal pour mère, femme, amie et amis ? Quant à moi je désire qu’un jour ou un autre vous fassiez appel à mon amitié. Je serai là, mon brave prolétaire ! Dans la prévision de mort, je ne veux pas garder mes papiers [et] lettres et aussi ai-je préparé un carton plein de choses intimes: je désirerai que d’ici à lundi vous puissiez un matin le porter chez Laudy qui veut bien en garder le dépôt jusqu’au moment où les femmes auront des archives à elle. Avez-vous lu mes Souvenirs ? Qu’en pensez-vous ? Ne pourriez-vous pur Gauny m’en donner votre avis ? Cela me ferait méditer. Ponty m’a écrit une lettre bien aimable à ce sujet. Et Stourme [pour Stourm?] l’a-t-il reçu avec amitié, autrefois il avait de l’affection pour moi. Je ne sais si la fantaisie de sa fille, qui doit en faire un père bien heureux, ne fera pas ombre aux idées progressistes. Amitiés à vous et à votre mère. Suzanne. 25 juillet 66. A propos je déménage mardi 31 juillet, j’ai pris pension rue de la Clef 26 près de la rue Lacépède" Historique de la conservation :  Modalités d’acquisition : 575
Cote 091 VOI mf
Titre Lettre autographe signée à Gabriel Gauny, Paris le 25 juillet 66
Date 25 juillet 66
Langue français
Support
Importance matérielle 2 pages
Dimensions
Présentation du contenu Lettre à Gabriel Gauny, ouvrier saint-simonien et poète. "Ne croyez pas que cette estime de votre bonne nature soit une flagornerie comme le monde en sait faire, non certes, car depuis que je vous connais j’ai toujours vu en vous un bon et brave cœur, près [sic] au premier signal pour mère, femme, amie et amis ? Quant à moi je désire qu’un jour ou un autre vous fassiez appel à mon amitié. Je serai là, mon brave prolétaire ! Dans la prévision de mort, je ne veux pas garder mes papiers [et] lettres et aussi ai-je préparé un carton plein de choses intimes: je désirerai que d’ici à lundi vous puissiez un matin le porter chez Laudy qui veut bien en garder le dépôt jusqu’au moment où les femmes auront des archives à elle. Avez-vous lu mes Souvenirs ? Qu’en pensez-vous ? Ne pourriez-vous pur Gauny m’en donner votre avis ? Cela me ferait méditer. Ponty m’a écrit une lettre bien aimable à ce sujet. Et Stourme [pour Stourm?] l’a-t-il reçu avec amitié, autrefois il avait de l’affection pour moi. Je ne sais si la fantaisie de sa fille, qui doit en faire un père bien heureux, ne fera pas ombre aux idées progressistes. Amitiés à vous et à votre mère. Suzanne. 25 juillet 66. A propos je déménage mardi 31 juillet, j’ai pris pension rue de la Clef 26 près de la rue Lacépède"
Historique de la conservation
Modalités d’acquisition 575
Retour en haut de page