Accueil CCFr  >   EADC "Avant l'indispensable nuit"
Ajouter aux favoris Imprimer cette page (nouvelle fenêtre)

"Avant l'indispensable nuit"

Ajouter au panier ExporterFichier PDF de l'instance

Présentation globale de la collection

Etablissement de conservation
Médiathèque François Mitterrand. Poitiers, Vienne Voir tous les inventaires
Tous les inventaires
Intitulé de l'instrument de recherche Répertoire numérique détaillé du fonds Jean Rousselot, conservé à la médiathèque François-Mitterrand de Grand Poitiers
Cote ROU A-E
Titre Fonds Jean Rousselot
Origine Jean Rousselot
Date 1882-2014
Langue français
Support Papier manuscrit et imprimé, photographies et documents multimédias
Importance matérielle 1ml
Biographie ou histoire

Jean Rousselot est né à Poitiers le 27 octobre 1913 dans une famille ouvrière. Sa jeunesse est marquée par la mort de son père à Verdun en 1916, puis par celle de sa mère, emportée par la maladie en 1929. Orphelin, il doit gagner sa vie pour subvenir à ses besoins et à ceux de sa famille. L'adolescent, qui découvre d'abord Victor Hugo, les poètes du Parnasse, Mallarmé et les symbolistes, rencontre en 1930 son ami Louis Parrot. Celui-ci lui fait découvrir Lautréamont, Rimbaud, Eluard, Jouve, Reverdy, les poètes surréalistes dont l'influence se ressent sur toute l'œuvre de Rousselot. En 1931, il devient secrétaire du commissaire de Police de Poitiers tout en poursuivant ses études de droit. Ces années sont aussi marquées par la maladie, avec des séjours au sanatorium de Saint-Hilaire ; il s'intéresse à la politique, adhère à la Ligue Communiste.En 1937, il est nommé commissaire de Police à part entière. En parallèle, il commence une intense activité littéraire : il participe à la fondation des Cahiers de Jeunesse, et du Dernier Carré avec Fernand Marc et participe à la rédaction de la revue algérienne Fontaine. Il fait la connaissance notamment de J. Bousquet, de Michel Mannoll, Jean Follain, Maurice Fombeure. Il publie également ses premières plaquettes de poésie. Sous l'occupation allemande, il est commissaire de Police à Vendôme et entre en résistance en cachant des prisonniers évadés et des Juifs. Il se voit d'ailleurs remettre par la suite une médaille des Forces Françaises Libres et obtient le titre de Chevalier de la Légion d'Honneur et Officier de l'Ordre National du Mérite. Durant cette période et dans celle de l'immédiate après-guerre, il rencontre des poètes de l'école de Rochefort tels que Marcel Béalu et René Guy Cadou, et Eugène Guillevic. En 1946, il démissionne de son poste de fonctionnaire pour se consacrer entièrement à l'écriture. Par la suite, Jean Rousselot voyage beaucoup, en tant que chargé de missions de conférences pour les Affaires Etrangères et l'Alliance française.

L'œuvre poétique de Jean Rousselot est très abondante et s'étend sur près de 70 ans, depuis la parution de ses premiers Poèmes en 1934 (Cahiers de Jeunesse) jusqu'à la publication de son dernier recueil, Est resté ce qui l'a pu (Autres temps, 2002). Ses recueils de poèmes sont pour la plupart illustrés de dessins, lithographies, gouaches, gravures, par des artistes et amis tels que Roger Toulouse (Pour un bestiaire, Hors d'Eau) ou Lewigue (Au propre). Jean Rousselot est lui-même un artiste qui pratique fréquemment le dessin ou le collage (cf. l'exposition et le livre Poèmes et collages, Nanga, 2002). Dès la fin des années 40, le poète mène aussi une activité de critique littéraire et de chroniqueur dans des journaux comme L'Echo d'Oran (journal dans lequel il tenait plusieurs chroniques, notamment sur la peinture, le théâtre, usant de pseudonymes tel celui de Jean-Louis Audin), Le libre Poitou etc. Jean Rousselot collabore tout au long de sa carrière avec un grand nombre de revues et de journaux poétiques, pour lesquels il écrit des articles. Parmi eux, on peut citer Les Nouvelles Littéraires, La Nouvelle revue française, Gavroche, Caliban, Le Temps des Hommes, Poésie présente etc. Pour certains quotidiens et magazines (L'Aurore, le Parisien Libéré etc.) il compose une trentaine de contes qui paraissent pour la première fois dans les années 50.La poésie de Jean Rousselot a dépassé les frontières françaises puisque des poèmes ont été publiés en Angleterre, Hongrie, Croatie, Slovaquie, Macédoine, Allemagne. De même son œuvre en prose (romans, biographies) a été traduite dans une dizaine de langues européennes. Plus généralement, ses poèmes sont cités dans des anthologies de poésie à travers le monde (Amérique, Équateur, Japon etc.). A l'inverse Jean Rousselot a également collaboré à la traduction et à l'adaptation d'un grand nombre d'œuvres poétiques (cf. Bibliographie) notamment anglo-saxonnes, hongroises, roumaines, tchèques etc. Le poète a reçu tout au long de sa carrière des distinctions (nommé Commandeur de l'ordre des Arts et des Lettres par exemple) et des prix qui sont venus couronner non seulement son œuvre poétique, mais aussi les autres aspects de son travail. Il s'est vu attribuer entre autre le prix de la Bourse Del Duca pour son œuvre romanesque, le Grand Prix de la radio et de la S.G.D.L, le prix International de poésie de Syracuse, le prix Apollinaire, le grand prix de littérature de la Ville de Paris (Poésie) ou encore le grand prix de l'Académie Française pour l'ensemble de son œuvre.Jean Rousselot a également exercé des fonctions importantes au sein des associations professionnelles littéraires et artistiques dans les années 1970 et 1980. Tour à tour Président du syndicat des Écrivains professionnels, Président par deux fois (1971-1974 ; 1977-1978) et secrétaire général de la Société des Gens de Lettres, mais également Vice-Président du conseil d'administration de l'A.G.E.S.S.A (voir Table des Sigles) et de la Société Civile des Auteurs Multimédia. Un colloque relatif à l'école de Rochefort organisé par l'université d'Angers lui est consacré en 1984. Il était l'ami du poète et homme politique Roland Nadaus. La médiathèque de Guyancourt (78) porte le nom de Jean Rousselot depuis 1999. Il décède le 24 mai 2004 dans les Yvelines, à l'âge de 90 ans.

Présentation du contenu Le fonds est constitué d’un ensemble de documents littéraires, de lettres, d’articles, d’hommages, de critiques littéraires et de vidéos/audio résultant de l’activité de Jean Rousselot. A cela, s’ajoutent des documents familiaux. La correspondance avec François Huglo et le journal de Jean Rousselot représentent une part non négligeable du don. Le fonds contient aussi des documents en lien avec la gestion posthume de son œuvre produits par son ami François Huglo et sa fille Anne-Marie Rousselot.
Modalités d'acquisition Don d’Anne-Marie Rousselot, au nom de la famille Rousselot, en 2018 à la communauté urbaine de Grand Poitiers (arrêté communautaire n°2018-0323, en date du 5 octobre 2018). Pris en charge matériellement, à la suite de la signature de la convention le 12 octobre 2018.
Conditions d'accès La consultation de ce fonds se fait uniquement dans la salle Patrimoine & Recherche.
Conditions d'utilisation Les conditions d’utilisation et de reproduction des documents sont détaillées dans la convention de don entre la famille Rousselot et Grand Poitiers. La Médiathèque peut fournir des reproductions de documents pour un usage privé de recherche uniquement.Toute reproduction ou publication de la correspondance de Jean Rousselot avec des tiers demeure soumise à l’autorisation des tiers concernés ou de leurs ayants-droit, ainsi qu’à celle des ayants-droit de Jean Rousselot. 
Citer sous la forme Médiathèque François-Mitterrand, Grand Poitiers, fonds Jean Rousselot

Informations sur l'instrument de recherche

Auteur(s) Médiathèque François-Mitterrand de Grand Poitiers
Éditeur Bibliothèque nationale de France
Date de la version électronique 2019
Langue(s) de l'instrument de recherche Catalogue rédigé en français
Notes
Présentation du contenu
Cote ROU E
Titre Travail sur les éditions (François Huglo)
Date 1941-2013
Catalogue général des manuscrits
Description du contenu
Support :  Papier Importance matérielle :  40 pièces
Titre "Avant l'indispensable nuit"
Date [2008]
Support Papier
Importance matérielle 40 pièces
Retour en haut de page