Accueil CCFr  >   EADC Lettre de Pierre Charnier comportant des commentaires sur les différentes versions de l'adresse destinée au Vicomte Dubouchage par les ouvriers et fabricants lyonnais, en guise de félicitations pour son étude sur l'organisation du travail qui prend en compte la condition de l'ouvrier. Lyon, 13 novembre 1845
Ajouter aux favoris Imprimer cette page (nouvelle fenêtre)

Lettre de Pierre Charnier comportant des commentaires sur les différentes versions de l'adresse destinée au Vicomte Dubouchage par les ouvriers et fabricants lyonnais, en guise de félicitations pour son étude sur l'organisation du travail qui prend en compte la condition de l'ouvrier. Lyon, 13 novembre 1845

Ajouter au panier ExporterFichier PDF de l'instance
Modifié le : 27/06/2022 10:27:44

Présentation globale de la collection

Etablissement de conservation
Bibliothèque municipale. Lyon, Rhône Voir tous les inventaires
Tous les inventaires
Intitulé de l'instrument de recherche Inventaire du fonds Fernand Rude
Sous-titre Papiers Pierre Charnier
Cote Mss RUDE 375-380
Titre Fonds Fernand Rude : papiers Pierre Charnier
Origine Charnier, Pierre (1795-1857). Producteur du fonds
Date fin XVIIIe-XXe siècles
Langue français
Importance matérielle 0.65 mètre linéaire
Biographie ou histoire

Pierre Charnier, né à Lyon en 1795, a été l’un des principaux chefs ouvriers lyonnais de la période 1825-1857 et l’un des fondateurs du mutuellisme à Lyon. Placé à 12 ans comme apprenti chez le chef d’atelier François Blanc « l’un des plus riches tisseurs de Lyon », son apprentissage est « prospère et joyeux ». Il acquiert son premier métier en 1817, puis monte son atelier rue Saint-Marcel en 1818 et emploie deux compagnons. En 1821, il possède 5 Jacquards et emploie 5 ouvriers. Il subit la crise de surproduction de 1825-1826, obligé de licencier 4 de ses ouvriers. Il retrouve approximativement son niveau d’activité l’année suivante.

C’est dans cette période de crise que Pierre Charnier commence à méditer sur « la réforme des abus ». Il conçoit alors une association de chefs d’atelier, le mutuellisme. Comme le dit Fernand Rude : Si le but avoué de l’association est de maintenir l’ordre dans l’atelier, le but caché, le but principal, c’est la résistance contre les fabricants, la lutte contre la bourgeoisie. Les Lyonnais ont suivi avec espoir la révolution de 1830, cru à l’augmentation des tarifs par les fabricants, dont le refus déclenche la révolte du 21 novembre 1831. Le rôle qu’a tenu Pierre Charnier dans l’insurrection de 1831 est éclairé par les « papiers » recueillis par Fernand Rude. Il s’agit de 2 540 feuillets, mémoires, notes, lettres, comptes rendus de réunions mutuellistes et de manifestations… qui décrivent de manière extrêmement précise la condition ouvrière et ses revendications.

Présentation du contenu

Mémoires, notes, lettres, factures, livres de comptes, brochures, exemplaires de journaux, faire-part, comptes rendus de réunions mutuellistes, de séances de conseils de prud'hommes et de manifestations…

Fernand Rude a annoté les archives de Pierre Charnier et réalisé des copies de documents originaux présents ou non dans le fonds.

Classement L'inventaire respecte le classement de Fernand Rude.
Historique de la conservation Fernand Rude a acquis les archives de Pierre Charnier auprès d'une librairie lyonnaise en 1931.
Modalités d'acquisition Don des héritiers de Fernand Rude, 1991.
Informations sur le traitement

Papiers Pierre Charnier décrits par Violaine Boutet de Monvel (travail achevé en 2009).

Informations sur l'instrument de recherche

Retour en haut de page