Accueil CCFr  >   EADC "Dans l'état présent de la France, il reste à un auteur d'orienter la méditation de ceux qui le lisent de leur frayer des pistes."
Ajouter aux favoris Imprimer cette page (nouvelle fenêtre)

"Dans l'état présent de la France, il reste à un auteur d'orienter la méditation de ceux qui le lisent de leur frayer des pistes."

Ajouter au panier ExporterFichier PDF de l'instance

Présentation globale de la collection

Etablissement de conservation
Bibliothèque municipale. Bordeaux, Gironde Voir tous les inventaires
Tous les inventaires
Intitulé de l'instrument de recherche Fonds Mauriac
Cote Ms 2140 - Ms 4430
Titre Fonds Mauriac
Date 1843-1993
Langue français
Importance matérielle 833 items
Présentation du contenu

Il s’agit d’un fonds dédié à l’ensemble de la famille Mauriac.

Le premier ensemble s’articule autour des œuvres littéraires de François Mauriac, il contient : • des manuscrits et éditions remarquables d’œuvres majeures comme Claude, Le désert de l’amour, Genitrix, La fin de la nuit, Le baiser au lépreux,... ; • des brouillons de poèmes ; • des articles de presse manuscrits ou dactylographiés ; • un journal intime écrit dans sa jeunesse.

Le deuxième ensemble contient la correspondance intime et littéraire de François Mauriac avec : • sa mère et ses frères • des écrivains : Francis Jammes, Jean de la Ville de Mirmont, André Lafon, Jean Cocteau,... ; • des artistes et des amis : Jacques Emile Blanche, le prêtre Jacques Laval,...

Le troisième ensemble comprend des archives familiales : • des papiers personnels (actes notariés, faire-part, cahiers d’écoliers, etc.) ; • le Livre de raison de Malagar, livre de comptes commencé en 1843 par ses aïeuls et poursuivi par l’auteur ; • le journal intime du père de François Mauriac ; • la correspondance familiale ; • des manuscrits littéraires de son frère Raymond et de ses fils Claude et Jean.

Le quatrième ensemble regroupe les documents graphiques, avec notamment des photographies (deux sont signées Cartier Bresson) et des portraits réalisés par des artistes [décrits dans le catalogue en ligne de la bibliothèque municipale de Bordeaux].

Modalités d'acquisition

Le fonds Mauriac commence en 1973 avec un don de Jeanne Mauriac, épouse de l’écrivain. Elle offre les manuscrits du discours que son mari a prononcé pour ses 80 ans, au Grand-Théâtre de Bordeaux en 1965.

François Mauriac a conquis la gloire à Paris, mais il a ancré son oeuvre littéraire dans le territoire aquitain. Dans les années qui suivent, la famille Mauriac fait don à la Bibliothèque d’importants manuscrits littéraires et d’archives familiales. Depuis, ces collections n’ont cessé de s’enrichir par des achats.

Aujourd’hui, ce fonds est l’ensemble littéraire contemporain le plus important de la Bibliothèque. Il cohabite en Gironde avec un deuxième lieu de conservation, le Centre François Mauriac, sur la propriété familiale de Malagar devenue Maison d’écrivain.

Bibliographie

Nicolas Barbey et Agnès Verret, "Fonds Mauriac de la bibliothèque municipale de Bordeaux", dans Dictionnaire François Mauriac, Honoré champion, 2019, p. 463-464

Nicolas Barbey et Agnès Verret, "Mauriac", dans Trésors de la bibliothèque de Bordeaux, Le Festin, 2014, p. 76-81

Hélène de Bellaigue, "La Bibliothèque municipale de Bordeaux", dans Patrimoine des bibliothèques de France, t. 7, Payot, 1995, p. 81

Trésors mauriaciens de la Bibliothèque municipale de Bordeaux, centenaire de la naissance de François Mauriac, 11 octobre 1985 [catalogue de l'exposition par Pierre Botineau], 1985

Conditions d'accès L'accès aux collections patrimoniales est soumis à une autorisation préalable.
Conditions d'utilisation Toute publication de documents inédits doit être notifiée à l'établissement.
Citer sous la forme Bibliothèque municipale de Bordeaux, Fonds Mauriac

Informations sur l'instrument de recherche

Auteur(s) Bibliothèque municipale de Bordeaux
Éditeur Bibliothèque nationale de France
Date de la version électronique 2019
Langue(s) de l'instrument de recherche Catalogue rédigé en français
Présentation du contenu
Titre Œuvres
Langue français
Support papier
Catalogue général des manuscrits
Description du contenu
Cote :  Ms 4051 Importance matérielle :  3 feuillets Dimensions  284 x 224 mm Présentation du contenu : 

Tapuscrit avec corrections manuscrites : "Dans l'état présent de la France, il reste à un auteur d'orienter la méditation de ceux qui le lisent de leur frayer des pistes."

Pendant l'Occupation, François Mauriac aborde la trahison de certains écrivains. Il cite raymond Radiguet, Louis Ferdinand Céline… "toutes les trompettes du Paris de 1941 proclament en vain que la France possède en M. Céline un nouveau Rabelais, il n'est pas un lecteur de chez nous qui ne sache faire la différence entre ce splendide printemps de la prose française, gonflé de sève et de suc, et cette diarrhée de langue verte dont M. Céline embellit ses "draps, cet idiome de maison close, ce pathos de bagne". Il rappelle le talent d'un Paul Valéry

Modalités d’acquisition : Don : Jean Mauriac, 1999 Texte édité par Jean Touzot dans " Mauriac sous l'occupation, pp. 228-230. D'après lui ce serait un texte clandestin et peut être la contribution de Mauriac au premier numéro des Lettres françaises dont le contenu a été détruit par la sœur de Jacques Decour après l'arrestation de son frère. La citation de la Nouvelle Revue Française sur Paris occupée "une pouffiasse qui s'étire péniblement, chaque matin, après une nuit obscène..." est reprise par François Mauriac dans Le cahier noir ". Il fait allusion aux "Beaux draps" de Céline.
Cote Ms 4051
Titre "Dans l'état présent de la France, il reste à un auteur d'orienter la méditation de ceux qui le lisent de leur frayer des pistes."
Date 1941
Importance matérielle 3 feuillets
Dimensions 284 x 224 mm
Présentation du contenu

Tapuscrit avec corrections manuscrites : "Dans l'état présent de la France, il reste à un auteur d'orienter la méditation de ceux qui le lisent de leur frayer des pistes."

Pendant l'Occupation, François Mauriac aborde la trahison de certains écrivains. Il cite raymond Radiguet, Louis Ferdinand Céline… "toutes les trompettes du Paris de 1941 proclament en vain que la France possède en M. Céline un nouveau Rabelais, il n'est pas un lecteur de chez nous qui ne sache faire la différence entre ce splendide printemps de la prose française, gonflé de sève et de suc, et cette diarrhée de langue verte dont M. Céline embellit ses "draps, cet idiome de maison close, ce pathos de bagne". Il rappelle le talent d'un Paul Valéry

Modalités d’acquisition Don : Jean Mauriac, 1999
Bibliographie Texte édité par Jean Touzot dans " Mauriac sous l'occupation, pp. 228-230. D'après lui ce serait un texte clandestin et peut être la contribution de Mauriac au premier numéro des Lettres françaises dont le contenu a été détruit par la sœur de Jacques Decour après l'arrestation de son frère. La citation de la Nouvelle Revue Française sur Paris occupée "une pouffiasse qui s'étire péniblement, chaque matin, après une nuit obscène..." est reprise par François Mauriac dans Le cahier noir ". Il fait allusion aux "Beaux draps" de Céline.
Index

 - Mauriac, François (1885-1970) Mauriac, François (1885-1970) [Auteur] [Auteur]

 - Céline, Louis-Ferdinand (1894-1961) Céline, Louis-Ferdinand (1894-1961) [Sujet] [Sujet]

Retour en haut de page