Accueil CCFr  >   EADC Roman de Giron le Courtois, incomplet du commencement et de la fin
Ajouter aux favoris Imprimer cette page (nouvelle fenêtre)

Roman de Giron le Courtois, incomplet du commencement et de la fin

Ajouter au panier ExporterFichier PDF de l'instance

Présentation globale de la collection

Etablissement de conservation
Bibliothèque municipale. Marseille, Bouches-du-Rhône Voir tous les inventaires
Tous les inventaires
Intitulé de l'instrument de recherche Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France. Départements — Tome XV. Marseille
Cote 1-1656
Titre Manuscrits de la bibliothèque municipale L'Alcazar de Marseille
Conditions d'accès L'accès aux collections patrimoniales est soumis à une autorisation préalable.
Conditions d'utilisation Toute publication de documents inédits doit être notifiée à l'établissement.
Citer sous la forme Bibliothèque municipale L'Alcazar de Marseille, Ms. X, fol. Y.


Informations sur l'instrument de recherche

Auteur(s) Albanès
Commanditaire Ministère chargé de la Culture et Ministère chargé de l'Enseignement supérieur
Éditeur Bibliothèque nationale de France
Date de l'édition imprimée 1892
Date de la version électronique 1 décembre 2007
Création Créé par conversion rétrospective de l'édition imprimée : Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France. Départements — Tome XV. Marseille. Par l'Abbé Albanès, Paris, Plon-Nourrit, 1892.
Numérisation et rendu en mode texte réalisés par la société AIS (Paris, France). Encodage effectué selon la DTD EAD-2002 par la société ArchProteus (Vancouver, Canada) le 1 décembre 2007
Langue(s) de l'instrument de recherche Catalogue rédigé en français
Notes
Catalogue général des manuscrits
Présentation du contenu
N° :  1106 Autre cote :  Ca.3 Autre cote :  R.396 Support :  Parchemin Importance matérielle :  269 feuillets à 2 colonnes de 40 lignes Dimensions  323 × 220 mm Reliure :  Reliure moderne en veau Autres caractéristiques matérielles :  Titres en rouge, grandes lettres ornées, capitales rouges et bleues Présentation du contenu : 

Ce manuscrit ayant été fort maltraité, nous croyons devoir décrire son état très exactement.

Les feuillets 1, 2, sont les anciennes gardes, après lesquelles et quelques feuillets manquants, on en a 10 très défectueux. Le fol. 3 n'a plus qu'un petit fragment latéral, ayant quelques syllabes écrites sur 18 lignes. Les fol. 4, 5, 6, 7, fragments triangulaires du haut de la lre colonne, commençant ainsi : 4. « Ne vous eust à cestui point, amen... » ; — 5. « Il ne l'eust pas fait. Si sui assés pl... » ; — 6. (ici les 2 premières lignes sont complètes) « teile eure que jou reparai moult volentiers/ em ceste forest ; car jou l'amoie plus que... » ; — 7. « la poor de lui. Mais cil qui le gardoient ne le/ soffrirent mie. Et quant li chevaliers le vit. » — Le fol. 8 a conservé la 1re et la 4e colonne presque entières. — 9. Traces, au verso, d'un titre en rouge, finissant par ous, et d'une miniature ; — 9bis et 10, petits fragments.

Il a gardé les trois quarts de son texte. — A partir du 12e, les feuillets sont pleins, sauf les suivants.

D'abord les fol. 15, 28, 30, 45, 51, 54, 75, 77, où se trouvaient des miniatures qui ont été découpées au canif, ont perdu avec elles une partie de leur texte. Une seule a échappé, au fol. 47 vo, ce qui, avec les traces de celle du fol. 9, porte à 10 le nombre des miniatures que contenait le manuscrit. On les rencontrait toutes dans les 100 premiers feuillets.

Les fol. 47, 48, ont perdu la moitié de la colonne de droite ; 50 et 51 ont aussi des vides du même côté. Entre 107 et 108, on a déchiré un feuillet, dont il ne reste qu'un fragment insignifiant ; il ne reste également que de très petites parties des fol. 153, 154, 155, 156, 156 bis, 157, ce qui fait une lacune de 24 colonnes de texte.

Quant aux feuillets qui ont complètement disparu, nous pouvons fixer à cinq le nombre de ceux qui manquent au commencement. Nous en sommes assurés par un restant de numérotation antique échappé au couteau des modernes relieurs, où nous voyons les chiffres XXI, XXIII, XXIIII, très nettement tracés, correspondre aux numéros actuels 17, 19, 20. Or, 19 feuillets (y compris 9bis) étant encore représentés jusqu'à ce numéro XXIIII, il est acquis qu'il en a disparu 5, les cinq premiers du manuscrit.

Un autre feuillet manque aussi entre les numéros actuels 21 et 22, où le texte ne suit pas, et les anciens chiffres XXIX, XXX, qui reparaissent à côté de 24 et 25, avec augmentation d'une unité, nous en donnent la certitude. Il en manque deux après le fol. 48 ; à défaut de l'ancienne numérotation, qui ne se montre plus, nous en avons la preuve dans deux bandes de parchemin de la marge intérieure, qui ont résisté à la déchirure. Notons, par contre, qu'il y a un fol. 58 bis, dont on n'a pas tenu compte dans le foliotage récent, peu régulièrement fait.

Rien ne permet de préciser le nombre des feuillets qui font défaut à la fin du manuscrit. Le texte s'arrête à un chapitre commençant ainsi : « Chi endroit dis le contes que puis que li rois Meliadus ot tant travillie que la tomme fut faite sor Thesale et sor Absalon... » De ce chapitre, il n'y a que les 29 premières lignes, finissant par ces mots : « Un jour li avint à chelui tans que ses chemins l'amena près de Malohaut, qui assés poi li avoit aporté. Mais il quidoit chertaynement laiens... »

Le manuscrit paraît avoir été composé de cahiers de 8 feuillets, dont les premiers seuls portaient une réclame au bas du verso de la dernière page ; quelques-unes, en petit nombre, sont encore visibles.

Voir Notice d'un manuscrit appartenant à la Bibliothèque publique de Marseille, suivi d'un aperçu sur les épopées provençales du moyen âge, relatives à la chevalerie de la Table ronde, par M. L. J. Hubaud. Marseille, 1853, in-8o, 95 pages. — Cet opuscule laisse à désirer sous le rapport de l'exactitude bibliographique.

Note : Sur le premier feuillet de garde (fol. 1 vo), on lit : « C'est le livre de ... Guiron le Courtois (écriture du XVe siècle) » ; et plus bas : « Giron le Courtois. Ce livre a été traduit en vers italiens par Luigi Alamani, à la sollicitation de François 1er, roy de France (écriture du XVIIIe siècle, qu'on dirait celle de Le Fournier, moine de Saint-Victor). » — Au fol. 2, en haut : « De Tricose (?) » ; en bas : « Pour monsieur de Laval, par son très humble serviteur, De Turpino (?). » Au milieu, une douzaine de mots incompréhensibles, parmi lesquels : « de la Tremoille », et après, « Jehan de Fou ».
1106
Autre cote Ca.3
Autre cote R.396
Titre Roman de Giron le Courtois, incomplet du commencement et de la fin
Date XIIIe ou XIVe siècle
Langue français
Support Parchemin
Importance matérielle 269 feuillets à 2 colonnes de 40 lignes
Dimensions 323 × 220 mm
Reliure Reliure moderne en veau
Autres caractéristiques matérielles Titres en rouge, grandes lettres ornées, capitales rouges et bleues
Présentation du contenu

Ce manuscrit ayant été fort maltraité, nous croyons devoir décrire son état très exactement.

Les feuillets 1, 2, sont les anciennes gardes, après lesquelles et quelques feuillets manquants, on en a 10 très défectueux. Le fol. 3 n'a plus qu'un petit fragment latéral, ayant quelques syllabes écrites sur 18 lignes. Les fol. 4, 5, 6, 7, fragments triangulaires du haut de la lre colonne, commençant ainsi : 4. « Ne vous eust à cestui point, amen... » ; — 5. « Il ne l'eust pas fait. Si sui assés pl... » ; — 6. (ici les 2 premières lignes sont complètes) « teile eure que jou reparai moult volentiers/ em ceste forest ; car jou l'amoie plus que... » ; — 7. « la poor de lui. Mais cil qui le gardoient ne le/ soffrirent mie. Et quant li chevaliers le vit. » — Le fol. 8 a conservé la 1re et la 4e colonne presque entières. — 9. Traces, au verso, d'un titre en rouge, finissant par ous, et d'une miniature ; — 9bis et 10, petits fragments.

Il a gardé les trois quarts de son texte. — A partir du 12e, les feuillets sont pleins, sauf les suivants.

D'abord les fol. 15, 28, 30, 45, 51, 54, 75, 77, où se trouvaient des miniatures qui ont été découpées au canif, ont perdu avec elles une partie de leur texte. Une seule a échappé, au fol. 47 vo, ce qui, avec les traces de celle du fol. 9, porte à 10 le nombre des miniatures que contenait le manuscrit. On les rencontrait toutes dans les 100 premiers feuillets.

Les fol. 47, 48, ont perdu la moitié de la colonne de droite ; 50 et 51 ont aussi des vides du même côté. Entre 107 et 108, on a déchiré un feuillet, dont il ne reste qu'un fragment insignifiant ; il ne reste également que de très petites parties des fol. 153, 154, 155, 156, 156 bis, 157, ce qui fait une lacune de 24 colonnes de texte.

Quant aux feuillets qui ont complètement disparu, nous pouvons fixer à cinq le nombre de ceux qui manquent au commencement. Nous en sommes assurés par un restant de numérotation antique échappé au couteau des modernes relieurs, où nous voyons les chiffres XXI, XXIII, XXIIII, très nettement tracés, correspondre aux numéros actuels 17, 19, 20. Or, 19 feuillets (y compris 9bis) étant encore représentés jusqu'à ce numéro XXIIII, il est acquis qu'il en a disparu 5, les cinq premiers du manuscrit.

Un autre feuillet manque aussi entre les numéros actuels 21 et 22, où le texte ne suit pas, et les anciens chiffres XXIX, XXX, qui reparaissent à côté de 24 et 25, avec augmentation d'une unité, nous en donnent la certitude. Il en manque deux après le fol. 48 ; à défaut de l'ancienne numérotation, qui ne se montre plus, nous en avons la preuve dans deux bandes de parchemin de la marge intérieure, qui ont résisté à la déchirure. Notons, par contre, qu'il y a un fol. 58 bis, dont on n'a pas tenu compte dans le foliotage récent, peu régulièrement fait.

Rien ne permet de préciser le nombre des feuillets qui font défaut à la fin du manuscrit. Le texte s'arrête à un chapitre commençant ainsi : « Chi endroit dis le contes que puis que li rois Meliadus ot tant travillie que la tomme fut faite sor Thesale et sor Absalon... » De ce chapitre, il n'y a que les 29 premières lignes, finissant par ces mots : « Un jour li avint à chelui tans que ses chemins l'amena près de Malohaut, qui assés poi li avoit aporté. Mais il quidoit chertaynement laiens... »

Le manuscrit paraît avoir été composé de cahiers de 8 feuillets, dont les premiers seuls portaient une réclame au bas du verso de la dernière page ; quelques-unes, en petit nombre, sont encore visibles.

Voir Notice d'un manuscrit appartenant à la Bibliothèque publique de Marseille, suivi d'un aperçu sur les épopées provençales du moyen âge, relatives à la chevalerie de la Table ronde, par M. L. J. Hubaud. Marseille, 1853, in-8o, 95 pages. — Cet opuscule laisse à désirer sous le rapport de l'exactitude bibliographique.

Mention de provenance

Sur le premier feuillet de garde (fol. 1 vo), on lit : « C'est le livre de ... Guiron le Courtois (écriture du XVe siècle) » ; et plus bas : « Giron le Courtois. Ce livre a été traduit en vers italiens par Luigi Alamani, à la sollicitation de François 1er, roy de France (écriture du XVIIIe siècle, qu'on dirait celle de Le Fournier, moine de Saint-Victor). » — Au fol. 2, en haut : « De Tricose (?) » ; en bas : « Pour monsieur de Laval, par son très humble serviteur, De Turpino (?). » Au milieu, une douzaine de mots incompréhensibles, parmi lesquels : « de la Tremoille », et après, « Jehan de Fou ».

Numérisation(s)Des éléments de décor du manuscrit ont été numérisés par l’IRHT. Ils sont consultables dans la Bibliothèque virtuelle des manuscrits médiévaux.

Décors numérisés – BVMM

Index

Alamani (Luigi), traducteur italien du roman de Giron le Courtois Alamani (Luigi), traducteur italien du roman de Giron le Courtois

François Ier, roi de France François Ier, roi de France

Jean de Fou Jean de Fou

Laval (Monsieur de) Laval (Monsieur de)

La Trémoille (De) La Trémoille (De)

Tricose ? (De) Tricose ? (De)

Turpino ? (De) Turpino ? (De)

Giron le Courtois (Roman de) Giron le Courtois (Roman de)

Initiales de couleurs, lettres ornées

Titres

Retour en haut de page