Accueil CCFr  >   EADC Tractatus vetustissimus musicæ
Ajouter aux favoris Imprimer cette page (nouvelle fenêtre)

Tractatus vetustissimus musicæ

Ajouter au panier ExporterFichier PDF de l'instance

Présentation globale de la collection

Etablissement de conservation
Médiathèque Verlaine. Metz, Moselle Voir tous les inventaires
Tous les inventaires
Intitulé de l'instrument de recherche Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France. Départements. Série in-quarto — Tome V. Metz
Cote 1-1029
Titre Manuscrits de la bibliothèque municipale de Metz
Conditions d'accès L'accès aux collections patrimoniales est soumis à une autorisation préalable.
Conditions d'utilisation Toute publication de documents inédits doit être notifiée à l'établissement.
Citer sous la forme Bibliothèque municipale de Metz, Ms. X, fol. Y.


Informations sur l'instrument de recherche

Auteur(s) Jules Quicherat
Commanditaire Ministère chargé de la Culture et Ministère chargé de l'Enseignement supérieur
Éditeur Bibliothèque nationale de France
Date de l'édition imprimée 1879
Date de la version électronique 17 février 2008
Création Créé par conversion rétrospective de l'édition imprimée : [Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France. Série in-quarto]. Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques des départements. Publié sous les auspices du Ministre de l'Instruction publique ù Tome V.Metz. Verdun. Charleville. Paris, Imprimerie nationale, 1879.
Numérisation et rendu en mode texte réalisés par la société AIS (Paris, France). Encodage effectué selon la DTD EAD-2002 par la société ArchProteus (Vancouver, Canada) le 17 février 2008
Langue(s) de l'instrument de recherche Catalogue rédigé en français
Notes
Présentation du contenu
Titre PREMIÈRE PARTIE
Description du contenu
494
Titre (Recueil)
Date Fin du XIe siècle
Langue latin
Support Vélin
Importance matérielle Composé de 21 feuillets
Importance matérielle 22 petits feuillets
Dimensions Petit in-octavo
Autres caractéristiques matérielles Longues lignes
Présentation du contenu

Voici la copie du reste de la préface, et celle de la conclusion de l'auteur :

« Ut decens et conveniens sit concinentia, sicut a majoribus tradite sunt, et ut ipsa armonicæ disciplinæ nos instruit experientia, distinctis ordinibus inserere curavimus. Oportet igitur scire peritum cantorem quod non omuis tonorum consonantia in quibusdam antiphonis facile cognoscitur ; sunt nanque quædam antiphonæ quas nothas et non legitimas appellamus, quæ ab uno tono incipiunt, alterius in medio, et in tertio finiuntur : sed ut evidenter ratio clarescat, nonnullas exempli gratia hoc in loco inseruimus : Ante me non est. Ex Egipto vocavi. Ad te Domine levavi. Hæ prædictæ a septimo tono incipiunt et quædam in primo, aliæ in quarto finiuntur tono ; similiter antiphonæ : Ne reminiscaris, Tulit ergo, a tertio tono incipiunt, sed quarto finiuntur. Item Quare detraxistis, et multa quidem a tertio incipiunt, sed sexto finiuntur, etc. etc. »

Finit : « Hæc autem ex multis pauca perstrinximus, ne musicis ac peritis cantoribus de nostra imperitia risum preberemus ; nequaquam autem hæc legenda cuiquam stulto proponimus vel ad talia discenda ejus animum provocamus : frustra enim lyra asino canitur, sed quem scimus egregium perfectumque cantorem esse, cum hujus excellenti prudentia et cum aliis peritis cantoribus nostra sit sermocinatio et disputationis ratio, hujus epistolæ verba nobis tantum et perpaucis aliis musicis, si quando ea legitis, conloquantur ; ceteros vero ita submovemus ut qui capere intellectu nequiverint, ad ea etiam legenda videantur indigni. Ceterum ne aliquid intactum quod ad susceptum negotium pertinet preterisse videamur, illud in calce ponimus quod supra in loco suo, si memoriæ non defuisset, oportuerat commemorare.

Queritur autem [a non]nullis quid significent illa verba per quæ tonorum sonoritatem in naturali musica discernimus, id est, none noeane, et noeas et noeoane, et his similia, et utrum interpretari eorum sensus possit ? Ad quod respondendum quod omnino nullam recipiunt interpretationem ; neque enim quicquam significant, sed ad hoc tantum a Grecis sunt reperta, ut per eorum diversos ac dissimiles sonos tonorum admiranda varietas aure simul et mente posset comprehendi ; sed jam prolixus sermo finem prestolatur. »

Les expressions « sion reno », « Vade jam » et « O mors ero » apparaissent en suscrit au-dessus de la phrase « Ante me non est. Ex Egipto vocavi. Ad te Domine levavi. »

Mention de provenance

Marqué : « Liber Sancti Arnulphi. »

Document(s) de substitutionCe manuscrit a été numérisé intégralement par l’IRHT. Il est consultable dans la Bibliothèque virtuelle des manuscrits médiévaux .Numérisation(s)
Manuscrit numérisé – BVMM

Catalogue général des manuscrits
Division :  6o Présentation du contenu : Incipit : « Quoniam pauci sunt qui majorum et difficiliorum memoriam operum pleniter absque libris possunt retinere, quarundam exceptiones artium manualibus habentur idcirco libellis, ne totius expertes jocunditatis minus imperiti sint vel saltim rebus necessariis. Quapropter scripturus aliquid de musicæ artis institutione, pauca de tonorum divisionibus vel differentiis quæ frequenter fieri solent, ut decens et conveniens sit concinentia, sicut a majoribus tradite sunt. »
Division 6o
Titre Tractatus vetustissimus musicæ
Présentation du contenu Incipit : « Quoniam pauci sunt qui majorum et difficiliorum memoriam operum pleniter absque libris possunt retinere, quarundam exceptiones artium manualibus habentur idcirco libellis, ne totius expertes jocunditatis minus imperiti sint vel saltim rebus necessariis. Quapropter scripturus aliquid de musicæ artis institutione, pauca de tonorum divisionibus vel differentiis quæ frequenter fieri solent, ut decens et conveniens sit concinentia, sicut a majoribus tradite sunt. »
Index

 - Musicæ tractatus vetustissimus Musicæ tractatus vetustissimus

Retour en haut de page