Accueil CCFr  >   EADC [Beda. In Luca expositio]
Ajouter aux favoris Imprimer cette page (nouvelle fenêtre)

[Beda. In Luca expositio]

Ajouter au panier ExporterFichier PDF de l'instance

Présentation globale de la collection

Etablissement de conservation
Médiathèque Verlaine. Metz, Moselle Voir tous les inventaires
Tous les inventaires
Intitulé de l'instrument de recherche Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France. Départements. Série in-quarto — Tome V. Metz
Cote 1-1029
Titre Manuscrits de la bibliothèque municipale de Metz
Conditions d'accès L'accès aux collections patrimoniales est soumis à une autorisation préalable.
Conditions d'utilisation Toute publication de documents inédits doit être notifiée à l'établissement.
Citer sous la forme Bibliothèque municipale de Metz, Ms. X, fol. Y.


Informations sur l'instrument de recherche

Auteur(s) Jules Quicherat
Commanditaire Ministère chargé de la Culture et Ministère chargé de l'Enseignement supérieur
Éditeur Bibliothèque nationale de France
Date de l'édition imprimée 1879
Date de la version électronique 17 février 2008
Création Créé par conversion rétrospective de l'édition imprimée : [Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France. Série in-quarto]. Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques des départements. Publié sous les auspices du Ministre de l'Instruction publique ù Tome V.Metz. Verdun. Charleville. Paris, Imprimerie nationale, 1879.
Numérisation et rendu en mode texte réalisés par la société AIS (Paris, France). Encodage effectué selon la DTD EAD-2002 par la société ArchProteus (Vancouver, Canada) le 17 février 2008
Langue(s) de l'instrument de recherche Catalogue rédigé en français
Notes
Présentation du contenu
Titre PREMIÈRE PARTIE
Catalogue général des manuscrits
Description du contenu
N° :  39 Support :  Vélin Dimensions  Petit in-folio carré Autres caractéristiques matérielles :  Longues lignes Note : Manuscrit détruit par le feu le 31 août 1944. Présentation du contenu : 

Incipit Expositio Bedae in Luca.

Le commentaire de Bède est précédé de la lettre de l'évêque Acca : « Reverentissimo in Christo fratri et consacerdoti Beda (sic) presbytero, Acca perpetuam in Domino salutem. Sæpe quidem sanctæ tuæ fraternitati, etc. » Avec la réponse de Bède : « Domino beatissimo et nimium desiderantissimo. Acca episcopo, Beda humilis presbiter, in Domino salutem æterno. Mira vere est et vera mire. » A la fin de l'ouvrage : « Explicit liber Bedæ in Lucam. Deo gratias, amen. Pax legentibus, sanitas audientibus, caritas communicantibus. Beda Dei atleta rogo vivas perennem. » Feuillets de garde : le premier est un fragment d'un traité de dialectique, dont l'écriture est du Xe siècle. On y lit ce commencement de chapitre : « Expl. commentar. lib. I, Incip. II. Videtur autem neque genus neque species simpliciter dici. Queri in expositionum principiis solet cur unumquodque cœteris in disputationis ordine præponatur, etc. » Suit un demi-feuillet de parchemin sur lequel est écrite une courte légende dont voici la plus grande partie : « Fertur relatione majorum quia, cum beato Johanni apostolo avis que perdix vocatur viva et sana a quodam oblata fuisset, cœpit eam leni manu demulcendo tractare. Quod quidam adoiescentium videns, ad coevos suos ridendo dixit : Videte quomodo ille senex cum avicula sicut puer ludit. Beatus vero apostolus per spiritum ista cognoscens, vocavit ad se juvenem, interrogans quid manu teneret. Cui juvenis : Arcum, inquid. Et beatus Johannes : Quod habet officium ? Et juvenis : Sagittamus, inquid, inde bestias sive aves vel alia quæque. Et beatus Johannes : Quomodo inquid, vel quo ordine ? Et juvenis, curvato arcu, tentendit (sic) illum et tensum in manu tenuit. Sed cum beatus Johannes nihil ei subsecutus loquendo fuit, post aliquod spacium juvenis arcum distendit. Cui beatus Johannes : Cur, inquid, arcum distendisti ? Ad quem juvenis : Quia si diutius tensus teneretur, infirmius tela jactaret. Et ad hæc s. apostolus : Sic et humana fragilitas si semper in rigore....... dationis persistat et suæ fragilitati non condescendat, minus necessario valida contemplationis penna sublevatur ; quod pia provisione conditoris et salvatoris nostri agitur, ut, per collatam gratiam, crescamus in profectu virtutum et per infirmitatis nostræ recognitionem, discamus humilitatis custodire virtutem, etc., etc. ......... Quo facto et sermone audientibus magnam instructionis ædificationem, et præsentibus contulit et sequentibus se reliquid. » Sur la dernière feuille : « Postquam fidem Christi rex Hludowicus recepit, et baptismi gratiam, per beatum Remigium, cum omni gente Francorum, consecutus est, plurimas possessiones per diversas provincias eidem sancto Remigio tam ipse quam Franci potentes dederunt, quas ipse per diversas œcclesias tradidit, ne Franci eum rerum temporalium cupidum esse et ob id ad cristianitatem eos vocasse putarent, et fidem Christi ac sanctum sacerdocium vilipenderent. De quibus rebus in orientalibus Franciœ partibus, petentibus traditoribus, portionem quandam episcopio Remensi adjunxit ; et de his quæ in Remensi provincia illi fuerant traditæ, non modicam partem ecclesiæ Sanctæ Mariæ in castro Laudunensi Clavati Remensis parrochiæ, ubi nutritus fuerat, tradidit ; ibique Genebaldum, virum carne nobilem, et tam in scripturis sanctis quam et in sæcularibus litteris eruditum, qui, relicta uxore, nepte scilicet ipsius beati Remigii, vitam religiosam expetierat, episcopum ordinavit et parrochiam ipsius comitatus Laudunensis prefato castro subjecit. » Ce récit, qui occupe deux pages, n'est pas terminé. C'est la légende de saint Genebaud par Hincmar, imprimée dans les Acta sanctorum des Bollandistes (Mens, sept. t. II, p. 538), moins les sept premières lignes, soulignées ci-dessus, ce qui en rendait le commencement difficile à comprendre. Il est assez singulier que ni les manuscrits consultés par Surius, ni ceux dont les Bollandistes disent s'être servis depuis, n'aient présenté le début d'Hincmar tel qu'il est consigné dans le manuscrit de Metz.

Note : Marqué : « Liber Sancti Arnulfi ; si quis abstulerit anathema sit. »
39
Titre [Beda. In Luca expositio]
Date Xe siècle
Langue latin
Support Vélin
Dimensions Petit in-folio carré
Autres caractéristiques matérielles Longues lignes
Note Manuscrit détruit par le feu le 31 août 1944.
Présentation du contenu

Incipit Expositio Bedae in Luca.

Le commentaire de Bède est précédé de la lettre de l'évêque Acca : « Reverentissimo in Christo fratri et consacerdoti Beda (sic) presbytero, Acca perpetuam in Domino salutem. Sæpe quidem sanctæ tuæ fraternitati, etc. » Avec la réponse de Bède : « Domino beatissimo et nimium desiderantissimo. Acca episcopo, Beda humilis presbiter, in Domino salutem æterno. Mira vere est et vera mire. » A la fin de l'ouvrage : « Explicit liber Bedæ in Lucam. Deo gratias, amen. Pax legentibus, sanitas audientibus, caritas communicantibus. Beda Dei atleta rogo vivas perennem. » Feuillets de garde : le premier est un fragment d'un traité de dialectique, dont l'écriture est du Xe siècle. On y lit ce commencement de chapitre : « Expl. commentar. lib. I, Incip. II. Videtur autem neque genus neque species simpliciter dici. Queri in expositionum principiis solet cur unumquodque cœteris in disputationis ordine præponatur, etc. » Suit un demi-feuillet de parchemin sur lequel est écrite une courte légende dont voici la plus grande partie : « Fertur relatione majorum quia, cum beato Johanni apostolo avis que perdix vocatur viva et sana a quodam oblata fuisset, cœpit eam leni manu demulcendo tractare. Quod quidam adoiescentium videns, ad coevos suos ridendo dixit : Videte quomodo ille senex cum avicula sicut puer ludit. Beatus vero apostolus per spiritum ista cognoscens, vocavit ad se juvenem, interrogans quid manu teneret. Cui juvenis : Arcum, inquid. Et beatus Johannes : Quod habet officium ? Et juvenis : Sagittamus, inquid, inde bestias sive aves vel alia quæque. Et beatus Johannes : Quomodo inquid, vel quo ordine ? Et juvenis, curvato arcu, tentendit (sic) illum et tensum in manu tenuit. Sed cum beatus Johannes nihil ei subsecutus loquendo fuit, post aliquod spacium juvenis arcum distendit. Cui beatus Johannes : Cur, inquid, arcum distendisti ? Ad quem juvenis : Quia si diutius tensus teneretur, infirmius tela jactaret. Et ad hæc s. apostolus : Sic et humana fragilitas si semper in rigore....... dationis persistat et suæ fragilitati non condescendat, minus necessario valida contemplationis penna sublevatur ; quod pia provisione conditoris et salvatoris nostri agitur, ut, per collatam gratiam, crescamus in profectu virtutum et per infirmitatis nostræ recognitionem, discamus humilitatis custodire virtutem, etc., etc. ......... Quo facto et sermone audientibus magnam instructionis ædificationem, et præsentibus contulit et sequentibus se reliquid. » Sur la dernière feuille : « Postquam fidem Christi rex Hludowicus recepit, et baptismi gratiam, per beatum Remigium, cum omni gente Francorum, consecutus est, plurimas possessiones per diversas provincias eidem sancto Remigio tam ipse quam Franci potentes dederunt, quas ipse per diversas œcclesias tradidit, ne Franci eum rerum temporalium cupidum esse et ob id ad cristianitatem eos vocasse putarent, et fidem Christi ac sanctum sacerdocium vilipenderent. De quibus rebus in orientalibus Franciœ partibus, petentibus traditoribus, portionem quandam episcopio Remensi adjunxit ; et de his quæ in Remensi provincia illi fuerant traditæ, non modicam partem ecclesiæ Sanctæ Mariæ in castro Laudunensi Clavati Remensis parrochiæ, ubi nutritus fuerat, tradidit ; ibique Genebaldum, virum carne nobilem, et tam in scripturis sanctis quam et in sæcularibus litteris eruditum, qui, relicta uxore, nepte scilicet ipsius beati Remigii, vitam religiosam expetierat, episcopum ordinavit et parrochiam ipsius comitatus Laudunensis prefato castro subjecit. » Ce récit, qui occupe deux pages, n'est pas terminé. C'est la légende de saint Genebaud par Hincmar, imprimée dans les Acta sanctorum des Bollandistes (Mens, sept. t. II, p. 538), moins les sept premières lignes, soulignées ci-dessus, ce qui en rendait le commencement difficile à comprendre. Il est assez singulier que ni les manuscrits consultés par Surius, ni ceux dont les Bollandistes disent s'être servis depuis, n'aient présenté le début d'Hincmar tel qu'il est consigné dans le manuscrit de Metz.

Mention de provenance

Marqué : « Liber Sancti Arnulfi ; si quis abstulerit anathema sit. »

Index

 - Acca, évêque Acca, évêque [Auteur] [Auteur]  -  Ad Bedam epistola Ad Bedam epistola

 - Bède le Vénérable Bède le Vénérable [Auteur] [Auteur]  -  In Luca expositio In Luca expositio

 - Hincmar Hincmar [Auteur] [Auteur]  -  Légende de saint Genebaud Légende de saint Genebaud

 - Dialectique  -  Fragment d'un traité Fragment d'un traité

Retour en haut de page