Accueil CCFr  >   EADC Supplément des lettres, mémoires et vers de Roger de Rabutin, comte de Bussy, avec diverses pièces curieuses touchant la vie de l'auteur, et le mariage de De Louise de Rabutin, sa fille, avec Henry François de la Rivière
Ajouter aux favoris Imprimer cette page (nouvelle fenêtre)

Supplément des lettres, mémoires et vers de Roger de Rabutin, comte de Bussy, avec diverses pièces curieuses touchant la vie de l'auteur, et le mariage de De Louise de Rabutin, sa fille, avec Henry François de la Rivière

Ajouter au panier ExporterFichier PDF de l'instance

Présentation globale de la collection

Etablissement de conservation
Médiathèque Jacques-Chirac. Troyes Voir tous les inventaires
Tous les inventaires
Intitulé de l'instrument de recherche Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France. Départements. Série in-quarto — Tome II. Troyes. Fonds général (2)
Cote 1273-2427, 1-3, 1-4
Titre Manuscrits de la médiathèque de l'agglomération troyenne
Conditions d'accès L'accès aux collections patrimoniales est soumis à une autorisation préalable.
Conditions d'utilisation Toute publication de documents inédits doit être notifiée à l'établissement.
Citer sous la forme Médiathèque de l'agglomération troyenne, Ms. X, fol. Y.


Informations sur l'instrument de recherche

Auteur(s) Harmand
Commanditaire Ministère chargé de la Culture et Ministère chargé de l'Enseignement supérieur
Éditeur Bibliothèque nationale de France
Date de l'édition imprimée 1855
Date de la version électronique 9 mars 2008
Création Créé par conversion rétrospective de l'édition imprimée : [Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques de France. Série in-quarto]. Catalogue général des manuscrits des bibliothèques publiques des départements. Publié sous les auspices du Ministre de l'Instruction publique — Tome Second. [Troyes]. Paris, Imprimerie impériale, 1855.
Numérisation et rendu en mode texte réalisés par la société AIS (Paris, France). Encodage effectué selon la DTD EAD-2002 par la société ArchProteus (Vancouver, Canada) le 9 mars 2008
Langue(s) de l'instrument de recherche Catalogue rédigé en français
Notes
Présentation du contenu
Titre Bibliothèque de la Ville
Catalogue général des manuscrits
Description du contenu
N° :  1978 Support :  Papier Importance matérielle :  170 feuillets Dimensions  In-quarto Présentation du contenu : 

Ce supplément, contenant ce qui a été supprimé dans les éditions qui ont été faites des ouvrages du comte de Bussy-Rabutin, a été tiré sur les manuscrits originaux de l'auteur par M. Soyrot, son ami, qui demeure à Chastillon-sur-Seine ; et la présente copie a été faite sur celle de M. Soyrot. A l'égard des pièces qui sont à la suite, elles ont été ramassées de différents endroits. (Note de la main de Bouhier.)

Portrait du comte de Bussy-Rabutin, par le marquis de la Rivière, son gendre, copié sur l'original

« Roger de Rabutin, comte de Bussy, lieutenant-général des armées du Roy, mestre de camp général de la cavalerie légère, et de l'Académie françoise, naquit au château d'Epiry, dans l'Autunois, le 3 avril 1618.

Il étoit sorti d'une maison que la fortune avoit un peu négligée, mais qui se soutenoit par une noblesse très ancienne, toujours préservée des mésalliances, et dont les siècles avoient couvert l'origine. Il aimoit ses pensées, parce qu'elles étoient de lui. Il avoit un dégoût superbe pour les ouvrages d'autrui. Les siens fumoient d'amour propre et d'une ostentation trop marquée. Il s'aima tant, que dans l'amour qu'il avoit pour lui-même il se mit à couvert de l'importunité des rivaux. Il se croyoit comptable à la postérité de tout ce qu'il écrivoit. Il écrivoit sans cesse, et toujours avec peine. Mais les lecteurs n'y perdoient rien. Ce qu'il écrivoit ne coûtoit qu'à lui. Son style, noble, pur, aisé, à la portée de tout le monde, formoit une éloquence de gentilhomme, très difficile à imiter, et qui tenoit plus du privilége de la nature que de l'étude et du travail.

Sa conversation étoit ennuyeuse. Il ne parloit jamais que de lui. On trouvoit mieux son compte à le lire qu'à l'écouter. Son caractère de hauteur tourna ses talens vers la satire. Il s'attira une armée d'ennemis.

L'Académie se fit honneur de recevoir un homme qui joignoit à sa qualité et à un rang distingué les vrais mérites académiques. En entrant dans cette célèbre compagnie, il commença sa harangue par ces mots : « Messieurs, si j'étois encore à la tête de la cavalerie..... » Ce début étonna des confrères pacifiques, qui joignent à leur mérite la modestie et la simplicité, et qui ne font la guerre qu'aux vices et à l'ignorance.

Enfin l'usage que M. de Bussy fit de son esprit causa la perte de sa fortune. Il composa l'Histoire amoureuse des Gaules. Il n'y ménagea personne. Il confia son manuscrit à des mains infidèles : il devint public. Les intéressés se plaignirent de l'auteur. Le Roi le fit mettre à la Bastille le 17 avril 1665. Il en sortit le 17 mai 1666, et fut exilé dans son pays.

Après plusieurs années, on lui permit de revenir à la cour. Le Roi le reçut froidement. Il ne se rebuta point. Il lui fit demander la permission d'écrire sa vie. S. M., qui connoissoit son encre et sa plume, lui accorda ce qu'il demandoit. Peu après, Elle parut avoir oublié ses imprudences, pour se souvenir de ses services. Elle lui donna une pension. Il revint encore à la cour. Il y arriva comme un homme tout neuf. Il sentit que la longueur [de l'absence] l'avoit mis hors de mode. Il prit sagement le parti d'aller achever de vivre dans ses terres.

Ce fut dans ce tems là qu'il composa la plupart de ses ouvrages, qu'il se réduisit à la douceur d'une vie paisible, qu'il se désabusa des vanités qui trompent les hommes, qu'il se ravisa par ses malheurs, qu'il s'instruisit par ses propres fautes, et que, par une conduite sage et édifiante, il obtint la grace, que Dieu lui fit, de mourir chrétiennement, le 9 avril 1696.

Le duc d'Yorck, depuis roi d'Angleterre, en ses mémoires, qui sont à la suite de la vie de M. de Turenne, par Ramsay, p. CIX, rapporte et loue une action hardie du comte de Bussy. »

Ce portrait se trouve au commencement du manuscrit, écrit de la main du président Bouhier.

Note : Bouhier, E. 99.
1978
Titre Supplément des lettres, mémoires et vers de Roger de Rabutin, comte de Bussy, avec diverses pièces curieuses touchant la vie de l'auteur, et le mariage de De Louise de Rabutin, sa fille, avec Henry François de la Rivière
Date XVIIIe siècle
Langue français
Support Papier
Importance matérielle 170 feuillets
Dimensions In-quarto
Présentation du contenu

Ce supplément, contenant ce qui a été supprimé dans les éditions qui ont été faites des ouvrages du comte de Bussy-Rabutin, a été tiré sur les manuscrits originaux de l'auteur par M. Soyrot, son ami, qui demeure à Chastillon-sur-Seine ; et la présente copie a été faite sur celle de M. Soyrot. A l'égard des pièces qui sont à la suite, elles ont été ramassées de différents endroits. (Note de la main de Bouhier.)

Portrait du comte de Bussy-Rabutin, par le marquis de la Rivière, son gendre, copié sur l'original

« Roger de Rabutin, comte de Bussy, lieutenant-général des armées du Roy, mestre de camp général de la cavalerie légère, et de l'Académie françoise, naquit au château d'Epiry, dans l'Autunois, le 3 avril 1618.

Il étoit sorti d'une maison que la fortune avoit un peu négligée, mais qui se soutenoit par une noblesse très ancienne, toujours préservée des mésalliances, et dont les siècles avoient couvert l'origine. Il aimoit ses pensées, parce qu'elles étoient de lui. Il avoit un dégoût superbe pour les ouvrages d'autrui. Les siens fumoient d'amour propre et d'une ostentation trop marquée. Il s'aima tant, que dans l'amour qu'il avoit pour lui-même il se mit à couvert de l'importunité des rivaux. Il se croyoit comptable à la postérité de tout ce qu'il écrivoit. Il écrivoit sans cesse, et toujours avec peine. Mais les lecteurs n'y perdoient rien. Ce qu'il écrivoit ne coûtoit qu'à lui. Son style, noble, pur, aisé, à la portée de tout le monde, formoit une éloquence de gentilhomme, très difficile à imiter, et qui tenoit plus du privilége de la nature que de l'étude et du travail.

Sa conversation étoit ennuyeuse. Il ne parloit jamais que de lui. On trouvoit mieux son compte à le lire qu'à l'écouter. Son caractère de hauteur tourna ses talens vers la satire. Il s'attira une armée d'ennemis.

L'Académie se fit honneur de recevoir un homme qui joignoit à sa qualité et à un rang distingué les vrais mérites académiques. En entrant dans cette célèbre compagnie, il commença sa harangue par ces mots : « Messieurs, si j'étois encore à la tête de la cavalerie..... » Ce début étonna des confrères pacifiques, qui joignent à leur mérite la modestie et la simplicité, et qui ne font la guerre qu'aux vices et à l'ignorance.

Enfin l'usage que M. de Bussy fit de son esprit causa la perte de sa fortune. Il composa l'Histoire amoureuse des Gaules. Il n'y ménagea personne. Il confia son manuscrit à des mains infidèles : il devint public. Les intéressés se plaignirent de l'auteur. Le Roi le fit mettre à la Bastille le 17 avril 1665. Il en sortit le 17 mai 1666, et fut exilé dans son pays.

Après plusieurs années, on lui permit de revenir à la cour. Le Roi le reçut froidement. Il ne se rebuta point. Il lui fit demander la permission d'écrire sa vie. S. M., qui connoissoit son encre et sa plume, lui accorda ce qu'il demandoit. Peu après, Elle parut avoir oublié ses imprudences, pour se souvenir de ses services. Elle lui donna une pension. Il revint encore à la cour. Il y arriva comme un homme tout neuf. Il sentit que la longueur [de l'absence] l'avoit mis hors de mode. Il prit sagement le parti d'aller achever de vivre dans ses terres.

Ce fut dans ce tems là qu'il composa la plupart de ses ouvrages, qu'il se réduisit à la douceur d'une vie paisible, qu'il se désabusa des vanités qui trompent les hommes, qu'il se ravisa par ses malheurs, qu'il s'instruisit par ses propres fautes, et que, par une conduite sage et édifiante, il obtint la grace, que Dieu lui fit, de mourir chrétiennement, le 9 avril 1696.

Le duc d'Yorck, depuis roi d'Angleterre, en ses mémoires, qui sont à la suite de la vie de M. de Turenne, par Ramsay, p. CIX, rapporte et loue une action hardie du comte de Bussy. »

Ce portrait se trouve au commencement du manuscrit, écrit de la main du président Bouhier.

Mention de provenance

Bouhier, E. 99.

Index

 - Bussy-Rabutin (Roger, comte de) Bussy-Rabutin (Roger, comte de) [Auteur] [Auteur]  -  Supplément de ses lettres et mémoires ; son portrait Supplément de ses lettres et mémoires ; son portrait

 - Larivière (Marquis de) Larivière (Marquis de) [Auteur] [Auteur]  -  Portrait de Bussy-Rabutin, son beau-père Portrait de Bussy-Rabutin, son beau-père

Retour en haut de page