Accueil CCFr  >   EADC Lettre autographe signée "Votre Yvette" : à un ami, Paris, 23 bis Bd Berthier [1907]
Ajouter aux favoris Imprimer cette page (nouvelle fenêtre)

Lettre autographe signée "Votre Yvette" : à un ami, Paris, 23 bis Bd Berthier [1907]

Ajouter au panier ExporterFichier PDF de l'instance

Présentation globale de la collection

Etablissement de conservation
Bibliothèque Marguerite Durand. Paris Voir tous les inventaires
Tous les inventaires
Intitulé de l'instrument de recherche Bibliothèque Marguerite Durand. Lettres autographes et manuscrits, 1 : A à H
Cote A à H
Titre Lettres autographes et manuscrits, 1 : A à H
Conditions d'accès L'accès aux collections patrimoniales est soumis à une autorisation préalable.
Conditions d'utilisation Toute publication de documents inédits doit être notifiée à l'établissement.
Citer sous la forme Bibliothèque Marguerite Durand. Lettres autographes et manuscrits, 1 : A à H

Informations sur l'instrument de recherche

Auteur(s) Bibliothèque Marguerite Durand
Éditeur Bibliothèque nationale de France
Date de la version électronique 2019
Langue(s) de l'instrument de recherche Catalogue rédigé en français
Description des révisions
  • 2019
    • De nombreuses biographies ont été ajoutées en 2019 pour les personnalités les moins connues, librement inspirées du "Dictionnaire des féministes" dirigé par Christine Bard, des biographies en annexe à la thèse de Christine Bard "Les féminismes en France : vers l'intégration des femmes dans la Cité, 1914-1940", de notices de libraires et de catalogues de ventes ainsi que de notices des bases Data Bnf et Wikipédia
Notes
Présentation du contenu
Titre Guilbert, Yvette
Biographie ou histoire Yvette Guilbert fut, à la fin du XIXe siècle, la reine du café-concert. Ses textes drôles, truculents et engagés étaient, à l'époque, tout à fait d'avant-garde.
Catalogue général des manuscrits
Description du contenu
Cote :  091 GUI Importance matérielle :  1 lettre (4 pages) Dimensions  25,5 cm Présentation du contenu : Lettre sur le théâtre et sur ses débuts au Théâtre du Parc à Bruxelles, en 1907, dans "L'Eau trouble", drame de Jean de Hinx [Mme de Gardilanne] et Edmond Guiraud.«Votre dégoût du théâtre "et ses environs" ne me surprend aucunement, on vit dans une drôle d'époque, mais qui peut-être ressemble à celles passées, car nos amis (les seuls vrais) les livres nous apprennent que de tous temps les Français se sont plaints les uns des autres ce qui semblerait être la preuve que jamais la France n'a été vraiment supérieure ni dans ses individus, ni dans sa moralité... Il semblerait que notre fameuse courtoisie, notre grâce, notre goût, notre élégance, soient des accessoires de courtisanes indispensables pour mieux duper... Croyez-vous que je ne m'exile pas avec joie ?»... Elle n'est pas étonnée «qu'Antoine ait crevé votre pièce»: cette trahison si parisienne est courante, et la probité, l'intégrité ont déserté le milieu théâtral parisien: «à part une artiste, une Sarah [Bernhardt], qui sait et veut le bien et le beau, que penser du reste, depuis les directeurs jusqu'aux auteurs, tous maniganciers» Où sont passés l'enthousiasme et la foi ?... «Nous nous américanisons salement. Une poignée de penseurs écrit pour une poignée d'artistes et une foule ignare se précipite là où le phénomène obscène ou autre est annoncé à la porte. -Non, non, c'est à vomir, de voir le rut de toute cette clique en mal de gestes équivoques». Il semble que le gouvernement attendait d'Antoine un «boum sensationnel»: peut être est-ce «la raison vraie de l'étranglement de votre pièce»: Antoine voulait faire de l'argent avec Jules César de Shakespeare et «aucune amitié, aucun respect du talent, n'a su ni pu tenir devant cela». Elle lui reproche de croire trop aux braves gens, qui sont si rares: «Moi, je suis pessimiste»... Elle part bientôt à Bruxelles «répéter "L'Eau trouble" ! Nom d'une pipe il me faut d'ici une année être une belle collaboratrice de tous ceux que j'admire et qui m'apportent la consolation pour 3f50 sous forme de petits bouquins. Je dois débuter du 15 au 20 janvier. Quelle peur j'aurai...». Modalités d’acquisition : Vente publique Ader du 19 novembre 2014, collection Claude de Flers consacrée au lettres de femmes. La bibliothèque possède le catalogue de la vente "Femmes, lettres et manuscrits" à la cote 4° 3619
Cote 091 GUI
Titre Lettre autographe signée "Votre Yvette" : à un ami, Paris, 23 bis Bd Berthier [1907]
Date [1907]
Importance matérielle 1 lettre (4 pages)
Dimensions 25,5 cm
Présentation du contenu Lettre sur le théâtre et sur ses débuts au Théâtre du Parc à Bruxelles, en 1907, dans "L'Eau trouble", drame de Jean de Hinx [Mme de Gardilanne] et Edmond Guiraud.«Votre dégoût du théâtre "et ses environs" ne me surprend aucunement, on vit dans une drôle d'époque, mais qui peut-être ressemble à celles passées, car nos amis (les seuls vrais) les livres nous apprennent que de tous temps les Français se sont plaints les uns des autres ce qui semblerait être la preuve que jamais la France n'a été vraiment supérieure ni dans ses individus, ni dans sa moralité... Il semblerait que notre fameuse courtoisie, notre grâce, notre goût, notre élégance, soient des accessoires de courtisanes indispensables pour mieux duper... Croyez-vous que je ne m'exile pas avec joie ?»... Elle n'est pas étonnée «qu'Antoine ait crevé votre pièce»: cette trahison si parisienne est courante, et la probité, l'intégrité ont déserté le milieu théâtral parisien: «à part une artiste, une Sarah [Bernhardt], qui sait et veut le bien et le beau, que penser du reste, depuis les directeurs jusqu'aux auteurs, tous maniganciers» Où sont passés l'enthousiasme et la foi ?... «Nous nous américanisons salement. Une poignée de penseurs écrit pour une poignée d'artistes et une foule ignare se précipite là où le phénomène obscène ou autre est annoncé à la porte. -Non, non, c'est à vomir, de voir le rut de toute cette clique en mal de gestes équivoques». Il semble que le gouvernement attendait d'Antoine un «boum sensationnel»: peut être est-ce «la raison vraie de l'étranglement de votre pièce»: Antoine voulait faire de l'argent avec Jules César de Shakespeare et «aucune amitié, aucun respect du talent, n'a su ni pu tenir devant cela». Elle lui reproche de croire trop aux braves gens, qui sont si rares: «Moi, je suis pessimiste»... Elle part bientôt à Bruxelles «répéter "L'Eau trouble" ! Nom d'une pipe il me faut d'ici une année être une belle collaboratrice de tous ceux que j'admire et qui m'apportent la consolation pour 3f50 sous forme de petits bouquins. Je dois débuter du 15 au 20 janvier. Quelle peur j'aurai...».
Modalités d’acquisition Vente publique Ader du 19 novembre 2014, collection Claude de Flers consacrée au lettres de femmes. La bibliothèque possède le catalogue de la vente "Femmes, lettres et manuscrits" à la cote 4° 3619
Index

 - théâtre français

Retour en haut de page