Accueil CCFr  >   EADC Correspondance avec Sully-André Peyre et Amy Sylvel
Ajouter aux favoris Imprimer cette page (nouvelle fenêtre)

Correspondance avec Sully-André Peyre et Amy Sylvel

Ajouter au panier ExporterFichier PDF de l'instance

Présentation globale de la collection

Etablissement de conservation
Bibliothèque Carré d'Art. Nîmes, (Gard) Voir tous les inventaires
Tous les inventaires
Intitulé de l'instrument de recherche Catalogue des manuscrits de la bibliothèque Carré d'art de Nîmes
Sous-titre Inventaire du fonds Sully-André Peyre
Cote Ms_828
Titre Fonds Sully-André Peyre
Origine -
Date 1914-1972
Langue FrançaisProvençalAnglaisEcossais
Support papier
Importance matérielle 126 boîtes
Biographie ou histoire Sully-André Peyre, est né au Cailar en 1890 et mort à Aigues-Vives dans le Gard. Poète et homme de lettre provençal, il a écrit en français, en provençal, en occitan et en anglais. Il a animé pendant près de 40 ans la revue littéraire Marsyas dont il fut aussi le principal contributeur.
Présentation du contenu Le fonds est composé d'une abondante correspondance avec de nombreux auteurs et collaborateurs de la revue Marysas, de poèmes et de textes dont certains semblent inédits.
Modalités d'acquisition -
Conditions d'accès L'accès aux collections patrimoniales est soumis à une autorisation préalable.
Conditions d'utilisation Toute publication de documents inédits doit être notifiée à l'établissement.
Citer sous la forme Bibliothèque Carré d'art de Nîmes, fonds Sully-André Peyre.

Informations sur l'instrument de recherche

Auteur(s) Bibliothèque Carré d'art de Nîmes
Éditeur Bibliothèque nationale de France
Date de la version électronique 2019
Langue(s) de l'instrument de recherche Catalogue rédigé en français
Présentation du contenu
Cote Ms_828_93
Titre Œuvres et correspondance avec Peyre et Sylvel
Langue français, provençal
Index

 - Pierre Millet [Auteur]

Catalogue général des manuscrits
Description du contenu
Division :  Ms_828_93_1 Importance matérielle :  1012 lettres Importance matérielle :  29 pièces diverses Importance matérielle :  1259 f. Dimensions  dim. diverses Autres caractéristiques matérielles :  manuscrit tapuscrit Présentation du contenu : 

Autres correspondants: M. Le directeur des Éditions Victor Attinger (1948) ; Jean-François Millet (1952) ; Pierre Lewden, rédacteur au Parisien Libéré (1952) ; Docteur Gaillard (24 novembre 1953) ; Fernand Moutet (juin 1954), Ebé Millet (son épouse, sans doute) ; Georges Martin (1954) ; Paul Marquion, du Tiatre populari en lengo prouvençalo (1955) ; le bibliothécaire de la Bibliothèque Centrale de Bruxelles(échanges avec Sully-André Peyre en août 1956 à propos d'acquisitions de livres des éditions Marsyas) ; Bancal (septembre 1956) ; Marcel Millet (1956-1957) ; le 23 décembre (1964 ?) une lettre envoyée de Nîmes signée L'Emery et en janvier 1965, une lettre datée "vendredi soir" n'est pas de Pierre Millet.

La lettre du 18 avril 1948 est incomplète (il manque la fin). Celles des 3 et 20 septembre 1954 ont été déchirées, des morceaux manquent. La lettre du 13 janvier 1971 est coupée en deux. Les quatre dernières lettres, adressées à Amy Sylvel ne sont pas datées.

La lettre du 13 janvier 1954 est en double (un des exemplaires est sur la même feuille que la lettre du 14 janvier). Celles du 28 décembre 1955, du 14 décembre 1956, du 19 janvier et du 20 février 1957, du 4 mars 1958, du 25 janvier et du 21 juin 1960, du 11 janvier 1961 sont aussi en double. L'hommage rendu à Mistral, qui accompagne la lettre du 19 mars 1958 est en double.

La copie de la lettre du 29 octobre 1952, écrite par Pierre Lewden est en trois exemplaires.

La lettre du 7 mai 1958 est en 4 exemplaires.

La lettre du 18 novembre 1954 de Pierre Millet à Sully-André Peyre est accompagnée d'un morceau d'enveloppe de 9 x 2,5 cm. Les lettre du 1er août 1955 et du 28 août 1956 sont accompagnées de leur enveloppe. Les lettres du 15 mai 1957 et du 6 février 1958 comportent chacune un morceau d'enveloppe, collé.

Coupures du journal "l'Accent", dans lequel Pierre Millet écrit : un poème parmi d'autres auteurs (dimanche 21 décembre 1948 ; ce journal est exceptionnellement entier) ; un article sur la publication de "La Branche des oiseaux" (9 janvier 1949) ; deux articles sur Emmanuel Lochac (30 janvier 1949) ; "La Dame à la licorne, le Prince Djem et le Majoral Paul-Louis Grenier" (13 février 1949) ; un article sur Amy Sylvel (3 avril 1949) ; un autre sur Parthelies (27 mai au 4 juin 1950) ; un poème "À la mémoire de Jean-Christophe" (2 décembre 1950) ; un article sur Émile Bonnel (1er juillet 1951) ; un autre sur Max-Philippe Delavouët (août-septembre 1953). Dans Le Valentinois du 25 juillet 1959, il signe un article sur le Centenaire de Mireille. En mars 1961, Pierre Millet rend hommage à Maurice Maindron dans un poème publié dans un journal ; en décembre 1962, il écrit deux articles pour le Valentinois, rendant hommage à Sully-André Peyre.

Les coupures de presse des autres journaux : "Orange, les élèves du cours de provençal offrent un souvenir à M. Pierre Millet" (intercallé entre deux lettres de 1950, sans indication de titre ni de date) ; à propos de la conférence de Pierre Millet sur Mistral, 3 articles (dans Le Dauphiné Libéré et le Provençal du 1er févier 1952 et dans le Le Valentinnois du 9 février 1952) ; à propos de la pièce de théâtre "Lou Bastardèu", 2 articles (Le Dauphiné Libéré et le Méridional du 28 avril 1952) ; sur le thème des Fêtes du Centenaire du "Roumavagi dei Troubaire" et Pierre Millet, 2 articles (Le Méridional et Le Provençal, du 6 juin 1953) ; "La jeune poésie prvençale" (Le Valentinnois, 13 juin 1953) ; "Le Rôle du théâtre populaire provençal" (titre de journal illisible, 29 juin 1953) ; à propos de la pièce de théâtre "Amours de Chatte", dans laquelle Pierre Millet est interprête, plusieurs articles (Le Dauphiné Libéré du 2 novembre 1953 puis celui du 15 novembre 1954) ; "Chronique du Bastardèu" (La Voix vauclusienne, 20 mars 1954) ; à propos du Prix Frédéric Mistral de 1955, deux articles (Le Provençal du 27 mars et Le Valentinois du 2 avril 1955) ; à propos d'une conférence de Pierre Millet sur la langue provençale, 1 article dans Le Valentinois (15 mai 1955) ; "À propos de Bastardèu", un article du 7 juin 1956.

La carte de visite du 28 aôut 1961 est accompagnée d'une coupure de presse grecque qui concerne, entre autre Marsyas.

Pierre Millet écrit aussi beaucoup à Amy Sylvel ; sur certaines périodes il lui écrit même plus qu'à Sully-André Peyre. À partir de 1955, une même lettre peut comporter une partie adressée à Sully-André Peyre en provençal, une autre pour "Amy Fée" en français. C'est Sully-André Peyre qui répond, souvent en leur nom à tous les deux. De nombreuses lettres entre en 1971 et 1972 sont adressées à AmyFée ; aucune copie de réponse en ravanche, Amy Sylvel a parfois utilisé le verso pour brouillon ou espace de prise de notes.

Certaines lettres ne sont pas complètement datées.

Division Ms_828_93_1
Titre Correspondance avec Sully-André Peyre et Amy Sylvel
Date 3 juin 1947 au 16 septembre 1972
Importance matérielle 1012 lettres
Importance matérielle 29 pièces diverses
Importance matérielle 1259 f.
Dimensions dim. diverses
Autres caractéristiques matérielles manuscrit tapuscrit
Présentation du contenu

Autres correspondants: M. Le directeur des Éditions Victor Attinger (1948) ; Jean-François Millet (1952) ; Pierre Lewden, rédacteur au Parisien Libéré (1952) ; Docteur Gaillard (24 novembre 1953) ; Fernand Moutet (juin 1954), Ebé Millet (son épouse, sans doute) ; Georges Martin (1954) ; Paul Marquion, du Tiatre populari en lengo prouvençalo (1955) ; le bibliothécaire de la Bibliothèque Centrale de Bruxelles(échanges avec Sully-André Peyre en août 1956 à propos d'acquisitions de livres des éditions Marsyas) ; Bancal (septembre 1956) ; Marcel Millet (1956-1957) ; le 23 décembre (1964 ?) une lettre envoyée de Nîmes signée L'Emery et en janvier 1965, une lettre datée "vendredi soir" n'est pas de Pierre Millet.

La lettre du 18 avril 1948 est incomplète (il manque la fin). Celles des 3 et 20 septembre 1954 ont été déchirées, des morceaux manquent. La lettre du 13 janvier 1971 est coupée en deux. Les quatre dernières lettres, adressées à Amy Sylvel ne sont pas datées.

La lettre du 13 janvier 1954 est en double (un des exemplaires est sur la même feuille que la lettre du 14 janvier). Celles du 28 décembre 1955, du 14 décembre 1956, du 19 janvier et du 20 février 1957, du 4 mars 1958, du 25 janvier et du 21 juin 1960, du 11 janvier 1961 sont aussi en double. L'hommage rendu à Mistral, qui accompagne la lettre du 19 mars 1958 est en double.

La copie de la lettre du 29 octobre 1952, écrite par Pierre Lewden est en trois exemplaires.

La lettre du 7 mai 1958 est en 4 exemplaires.

La lettre du 18 novembre 1954 de Pierre Millet à Sully-André Peyre est accompagnée d'un morceau d'enveloppe de 9 x 2,5 cm. Les lettre du 1er août 1955 et du 28 août 1956 sont accompagnées de leur enveloppe. Les lettres du 15 mai 1957 et du 6 février 1958 comportent chacune un morceau d'enveloppe, collé.

Coupures du journal "l'Accent", dans lequel Pierre Millet écrit : un poème parmi d'autres auteurs (dimanche 21 décembre 1948 ; ce journal est exceptionnellement entier) ; un article sur la publication de "La Branche des oiseaux" (9 janvier 1949) ; deux articles sur Emmanuel Lochac (30 janvier 1949) ; "La Dame à la licorne, le Prince Djem et le Majoral Paul-Louis Grenier" (13 février 1949) ; un article sur Amy Sylvel (3 avril 1949) ; un autre sur Parthelies (27 mai au 4 juin 1950) ; un poème "À la mémoire de Jean-Christophe" (2 décembre 1950) ; un article sur Émile Bonnel (1er juillet 1951) ; un autre sur Max-Philippe Delavouët (août-septembre 1953). Dans Le Valentinois du 25 juillet 1959, il signe un article sur le Centenaire de Mireille. En mars 1961, Pierre Millet rend hommage à Maurice Maindron dans un poème publié dans un journal ; en décembre 1962, il écrit deux articles pour le Valentinois, rendant hommage à Sully-André Peyre.

Les coupures de presse des autres journaux : "Orange, les élèves du cours de provençal offrent un souvenir à M. Pierre Millet" (intercallé entre deux lettres de 1950, sans indication de titre ni de date) ; à propos de la conférence de Pierre Millet sur Mistral, 3 articles (dans Le Dauphiné Libéré et le Provençal du 1er févier 1952 et dans le Le Valentinnois du 9 février 1952) ; à propos de la pièce de théâtre "Lou Bastardèu", 2 articles (Le Dauphiné Libéré et le Méridional du 28 avril 1952) ; sur le thème des Fêtes du Centenaire du "Roumavagi dei Troubaire" et Pierre Millet, 2 articles (Le Méridional et Le Provençal, du 6 juin 1953) ; "La jeune poésie prvençale" (Le Valentinnois, 13 juin 1953) ; "Le Rôle du théâtre populaire provençal" (titre de journal illisible, 29 juin 1953) ; à propos de la pièce de théâtre "Amours de Chatte", dans laquelle Pierre Millet est interprête, plusieurs articles (Le Dauphiné Libéré du 2 novembre 1953 puis celui du 15 novembre 1954) ; "Chronique du Bastardèu" (La Voix vauclusienne, 20 mars 1954) ; à propos du Prix Frédéric Mistral de 1955, deux articles (Le Provençal du 27 mars et Le Valentinois du 2 avril 1955) ; à propos d'une conférence de Pierre Millet sur la langue provençale, 1 article dans Le Valentinois (15 mai 1955) ; "À propos de Bastardèu", un article du 7 juin 1956.

La carte de visite du 28 aôut 1961 est accompagnée d'une coupure de presse grecque qui concerne, entre autre Marsyas.

Pierre Millet écrit aussi beaucoup à Amy Sylvel ; sur certaines périodes il lui écrit même plus qu'à Sully-André Peyre. À partir de 1955, une même lettre peut comporter une partie adressée à Sully-André Peyre en provençal, une autre pour "Amy Fée" en français. C'est Sully-André Peyre qui répond, souvent en leur nom à tous les deux. De nombreuses lettres entre en 1971 et 1972 sont adressées à AmyFée ; aucune copie de réponse en ravanche, Amy Sylvel a parfois utilisé le verso pour brouillon ou espace de prise de notes.

Certaines lettres ne sont pas complètement datées.

Retour en haut de page