Accueil CCFr  >   FONDS Livres de fêtes
Ajouter aux favoris Imprimer cette page (nouvelle fenêtre)

Livres de fêtes

Ajouter au panier Obtenir extraction pdf
Mise à jour : 19/05/2015 16:54:35
Livres de fêtes

Période des documents

1498 - 1914 

Volume total du fonds

1 200 volume(s)

Type(s) de fonds

Fonds spécialisé

Permalien

https://ccfr.bnf.fr/portailccfr/ark:/06871/003915

Description du contenu

La collection comprend aujourd’hui quelque 1 200 volumes, du XVe au XIXe siècle. Si elle couvre une période allant de l’incunable à la IIIe République – dessinant en filigrane l’histoire de l’illustration du livre, de la gravure sur bois aux procédés d’impression photomécanique –, elle est composée en majorité de livres à estampes des XVIIe et XVIIIe siècles

C'est une collection unique de livres de fêtes, cérémonies, tournois, funérailles, commençant avec le Sacre de Louis XI à Reims (1498) et finissant avec les fêtes de la Troisième République.

On y compte des livres français mais aussi étrangers : Pompe funèbre de Charles Quint, Obsèques du duc de Cadaval en 1730.

Document(s) remarquable(s)

Le recueil le plus précieux est sans doute celui du Carrousel des Galans Maures de Grenade (cat. 15). Ses gravures au trait rehaussées d’aquarelle ont été exécutées d’après des dessins de Jean Berain, dessinateur de la Chambre du roi .

Langue(s)

Français ,  Italien ,  Allemand ,  Anglais ,  Espagnol

Thèmes principaux

700 Arts (Beaux-arts et Arts décoratifs).

livres de fêtes.

Lieu(x) géographique(s)

Europe. 

Type(s) de documents

Monographies . 

Accès et catalogues

Possibilités de prêt

Consultation sur place

Catalogue(s) et inventaire(s)

Fichier manuscrit microfilmé

Historique et constitution

Historique

Entre 1909 et 1917, Jacques Doucet acquiert en nombre des livres anciens destinés à servir de sources pour l’histoire de l’art, tant au niveau des contenus que de l’iconographie. Parmi ceux-ci, les livres de fête constituent une documentation importante pour l’étude des arts éphémères, des arts du spectacle ainsi que de l’illustration dans le livre ancien.
Doucet les achète chez des libraires ou lors de ventes aux enchères. Son fournisseur principal est Georges Hermal, chez qui il acquiert près des trois quarts de la collection.
Amateur de beaux livres, il court également les ventes de bibliothèques particulières, à la recherche de volumes bibliophiliques particulièrement rares : en 1914, il achète une partie des livres de la collection Foulc, parmi lesquels des livres de fête.
De même, il se porte acquéreur de volumes provenant de la bibliothèque du dramaturge Victorien Sardou.
La collection particulière que réunit alors Jacques Doucet est l’une des plus belles de l’époque, rivalisant presque avec celle de son contemporain Auguste Rondel. C’est à cette période que se constitue le noyau de la collection : après la donation de la Bibliothèque d’art et d’archéologie au rectorat des universités de Paris, les acquisitions de livres de fête connaissent une diminution sensible. Les acquisitions actuelles ont vocation à compléter la collection par des titres absents des collections publiques françaises.

Mode de constitution

Achats

Ancien(s) possesseur(s)

Edmond Foulc, né au XIXe siècle et mort en 1916, négociant, manufacturier et collectionneur d'art français ,  Victorien Sardou, né le 5 septembre 1831 à Paris où il est mort le 8 novembre 1908, auteur dramatique français ,  Jacques Doucet, né à Paris le 19 février 1853 et mort à Paris le 30 octobre 1929, grand couturier, collectionneur et mécène français, personnalité de la vie artistique et littéraire parisienne des années 1880-1920.

Acquisition

Don(s)

Etat d'accroissement

Fonds ouvert

Informations complémentaires

Référence(s) bibliographique(s)

Jules Strauss, Ouvrages anciens d'architecture, de fêtes et d'ornements à la Bibliothèque d'Art et d'Archéologie, dans Bulletin de la Société des Amis de la Bibliothèque d'Art et d'archéologie, 1931, 5.
Marie-Dominique Nobécourt et Jean-Luc Gautier-Gentès, 'La Bibliothèque d'art et d'archéologie', dans Patrimoine des bibliothèques de France, t. I, p 68-77.

Retour en haut de page