Accueil CCFr  >   FONDS Fanny Dénoix des Vergnes
Ajouter aux favoris Imprimer cette page (nouvelle fenêtre)

Fanny Dénoix des Vergnes

Ajouter au panier Obtenir extraction pdf
Mise à jour : 06/09/2021 15:21:58
Fanny Dénoix des Vergnes

Période des documents

1832 - 1878 

Volume total du fonds

9 liasses d'archives unité(s)

Type(s) de fonds

Fonds ancien
Fonds particulier

Permalien

https://ccfr.bnf.fr/portailccfr/ark:/06871/0035638

Description du contenu

La bibliothèque de Beauvais conserve la correspondance passive de Fanny Dénoix classée par ordre chronologique. Parmi ses principaux correspondants, on retrouve des hommes ou femmes de lettres, des politiques et des académiciens. Les plus récurrents sont Natalis Delamortière (1769-1842), homme politique ; Charles-Marie de Feletz (1767-1850), académicien et journaliste ;le marquis de Mornay (1798-1852), député de l’Oise et Saint-Albin Berville (1788-1868), homme de lettres et magistrat. Elle a aussi échangé avec Victor Hugo, Eugène Sue et Lamartine.

Etat du fonds

Bon état global

Langue(s)

français

Lieu(x) géographique(s)

Oise , Picardie. 

Type(s) de documents

Archives . 

Accès et catalogues

Conditions d'accès

Consultation sur place uniquement

Possibilités de prêt

Non

Possibilités de prêt inter-bibliothèques

Non

Possibilités de reproduction

Reproduction sur demande

Historique et constitution

Historique

Fanny Dénoix des Vergnes, de son vrai nom Marie-Françoise Descampeaux, est née le 5 mai 1798 ( 16 floréal an VI) à Luchy dans l’Oise. Son père était le précepteur d’un des fils de Louis XV.
Mariée en premières noces à M. Lavergnat, chirurgien militaire, elle épouse en secondes noces M. Dénoix des Vergnes.
A partir de 1832, elle publie des recueils de poésie sous le nom de Fanny dénoix ou Fanny Dénoix des Vergnes et connait un relatif succès si bien qu’elle est surnommée « la muse de l’Oise ».
Elle a aussi traduit le Mystère de Paris d’Eugène Sue en 1843.
Elle est membre correspondante de plusieurs sociétés savantes comme celle de la Somme ou celle d’Evreux. Elle est aussi très investie dans la vie locale à Beauvais et est notamment nommée inspectrice des écoles primaires pour fille, signe du mérite intellectuel qu’on lui attribuait.
Elle meurt à Beauvais le 17 janvier 1879.

Etat du traitement

Inventorié

Etat d'accroissement

Fonds clos

Informations complémentaires

Nom du responsable du fonds

Coralie Bournonville

Retour en haut de page