Accueil CCFr  >   FONDS France depuis 1945. Fonds Jean-Jacques de Felice
Ajouter aux favoris Imprimer cette page (nouvelle fenêtre)

France depuis 1945. Fonds Jean-Jacques de Felice

Ajouter au panier Obtenir extraction pdf
Mise à jour : 28/07/2021 13:50:15
France depuis 1945. Fonds Jean-Jacques de Felice

Type(s) de fonds

Fonds CollEx

Permalien

https://ccfr.bnf.fr/portailccfr/ark:/06871/0035584

Description du contenu

Avocat français, ancien vice-président de la Ligue des Droits de l'Homme de 1983 à 1996.Jean-Jacques de Félice s'est fait connaître durant la guerre d'Algérie, où il défendit les militants du FLN. Il plaida pour les paysans du Larzac en lutte contre l’extension du camp militaire, les indépendantistes Kanaks et Tahitiens, les mal logés aux côtés de l'abbé Pierre, les objecteurs de conscience, les étrangers en péril, les activistes italiens des Brigades rouges comme Marina Petrella et Cesare Battisti.

Les archives de Jean-Jacques de Félice portent essentiellement sur des affaires ayant un caractère politique et comportent des documents qui mettent en relief son engagement militant. Lui-même a décidé de ne pas déposer ses documents portant sur les affaires de droit privé notamment celles liées à sa première spécialisation : la délinquance juvénile.

Les six grandes catégories thématiques, qui correspondent au cadre de classement de l’inventaire du fonds, illustrent la richesse de ces archives :

- La guerre d’Algérie : les dossiers nominatifs qui composent cet ensemble, relatent des parcours de vie et la répression policière d’immigrés algériens. En outre, ces dossiers abordent le thème de l’internement en métropole, utilisé pour démanteler les réseaux logistiques clandestins du FLN.

- Le problème des droits de l’homme dans l’Algérie indépendante : Après l’indépendance proclamée le 5 juillet 1962, Jean-Jacques de Félice est en effet sollicité en tant que défenseur d’opposants au régime algérien, dont certains membres ont été ses anciens clients et victimes de l’injustice de l’Etat colonial français.

- La question des violences politiques : Dans les années 1970-1980, de nombreux pays européens dont l’Italie, la République Fédérale d’Allemagne et la France adoptent des mesures pour faire face à la violence politique des activistes armés, de mouvements autonomistes ou indépendantistes. Ces mesures réduisent notamment les droits de la défense en s’attaquant aux avocats, et provoquent l’exil de nombreux militants. Dans les cas figurant dans les archives de Félice, les répressions successives de l’État jouent un rôle décisif dans le processus de radicalisation qu’empruntent certains groupes, les faisant entrer dans un cycle provocation-répression-violence.

- Pacifisme et antimilitarisme : Cet ensemble regroupe des dossiers nominatifs qui mettent en relief les trois catégories juridiques du code de justice militaire définissant les désobéissances militaires : l’insoumission, le refus d’obéissance et la désertion, tant en France qu’aux Etats-Unis. Outre le suivi de la procédure, ces dossiers rendent souvent compte de la mobilisation suscitée par ces affaires.

- La Nouvelle-Calédonie et la question kanak : Jean-Jacques de Félice assura la défense de Nidoïsh Naisseline, grand chef du district de Guahma à Maré, fondateur des Foulards rouges, puis du Libération kanak socialiste. Il avait été incarcéré pour avoir distribué en 1968 un tract en langue vernaculaire, en protestation à une interdiction faite aux Kanaks de fréquenter des lieux publics.

- De nouvelles modalités de luttes institutionnelles : cette catégorie correspond aux nouvelles formes de militantisme, notamment des avocats. Leurs nouvelles pratiques professionnelles au lendemain de mai 68 se manifestent à travers leurs engagements respectifs au sein du Groupe d’action judiciaire (qui deviendra plus tard le Mouvement d’action judiciaire), du Groupe d’information sur les prisons (GIP), pour contester la chaîne de répression de l’institution judiciaire dans son ensemble, de la revendication à un droit au logement qui débouchera quelques années plus tard sur l’adoption du Droit au logement opposable (DALO), loi qui inaugure une nouvelle ère juridique, mais aussi sociétale.

Langue(s)

français

Thèmes principaux

909.084 Histoire contemporaine [XXe siècle].
909.049 3 Études maghrébines.
341 Droit international.

Histoire.

Défense des droits de l'homme.
Violence politique.
Répression politique.
Pacifisme.
Antimilitarisme.
Kanak (peuple de Nouvelle-Calédonie).
Mouvements autonomistes.
Maoïsme.
Violence politique.
Terrorisme.
Franquisme.
Mouvements anti-apartheid.
Apartheid.
Hospitalisation psychiatrique sans consentement.
Délits militaires.
Désertion.

Personne(s) liée(s)

Croissant, Klaus (1931-2002).
Bahro, Rudolf (1935-1997).
Debray, Régis (1940-....).

Personne(s) morale(s) liée(s)

Rote Armee Fraktion (Allemagne).
Brigate rosse (Italie).
Gauche prolétarienne (France).
Nouvelle résistance populaire (France).
Black Liberation Army.

Lieu(x) géographique(s)

Algérie -- 1954-1962 (Guerre d'Algérie).  Nouvelle-Calédonie.  Allemagne.  Espagne -- 1939-1975 (F. Franco).  Grèce -- 1967-1974 (Dictature).  Afrique du Sud.  Cameroun.  URSS.  Bolivie.  USA. 

Type(s) de documents

Archives . 

Accès et catalogues

Historique et constitution

Etat du traitement

Catalogué : Cote ARCH/0147

Etat d'accroissement

Fonds clos

Informations complémentaires


Retour en haut de page