Accueil CCFr  >   FONDS Jean Anglade
Ajouter aux favoris Imprimer cette page (nouvelle fenêtre)

Jean Anglade

Ajouter au panier Obtenir extraction pdf
Mise à jour : 24/01/2021 20:32:27
Jean Anglade

Période des documents

1980 - 2015 

Volume total du fonds

4 mètre(s) linéaire(s)

Type(s) de fonds

Fonds local
Fonds régional
Fonds spécialisé

Permalien

https://ccfr.bnf.fr/portailccfr/ark:/06871/0035166

Exposition(s)

Fonds numérisé

Description du contenu

Le fonds est exclusivement constitué des nombreux manuscrits de Jean Anglade avec, parfois, des notes documentaires et préparatoires ainsi que le tapuscrit envoyé à l'éditeur qui annotait des corrections.
Convaincu par les conservateurs de la Bibliothèque du Patrimoine de Clermont-Ferrand de l'intérêt de conserver ses manuscrits pour l'étude de ses oeuvres, Jean Anglade, qui avait l'habitude de les jeter auparavant se mit, dès 1980, à les déposer régulièrement, une fois ses ouvrages parus. L'ensemble de ces documents est porté au registre d'inventaire.

A la date du 4 février 2010, cinquante-quatre manuscrits ont été donnés par Jean Anglade à la Bibliothèque du Patrimoine.

Thèmes principaux

Littérature.

Personne(s) liée(s)

Henri Pourrat.

Type(s) de documents

Textes manuscrits .  Archives . 

Accès et catalogues

Conditions d'accès

Consultation sur place

Possibilités de prêt

non

Possibilités de reproduction

non

Catalogue(s) en ligne

Catalogue en ligne Clermont Auvergne Métropole 

Historique et constitution

Historique

Né le 18 mars 1915 au hameau des Bonnets, commune d'Escoutoux près de Thiers dans le Puy-de-Dôme, Jean Anglade est le fils de Jean, un ouvrier maçon et de Célestine Chaleron, une servante dans un château. Il ne connut jamais son père qui fut tué à la guerre, à Cléry, sur le front de la Somme. Sa mère se remaria en 1920 avec un charretier qui fit du jeune Jean son apprenti, jusqu’à ses 18 ans.
Pendant ses congés, alors qu’il est encore élève, Jean Anglade livre du charbon à l’aide d’un âne qu’on lui a confié.
Il se maria le 17 juin 1935 avec Marie Ombret, une institutrice.
Se destinant d’abord à être menuisier, il entra à l'école normale d'instituteurs de Clermont-Ferrand sous l’influence d’un de ses professeurs de cours complémentaire. Il obtint son premier poste à Thiers puis à Saint-Gervais. Sa condition financière très modeste – et dont il est fier car gage de sa simplicité - l’empêcha de poursuivre des études mais il continua d’apprendre en autodidacte pour devenir professeur de lettres.
Pendant quatre ans, il fit son service militaire dans un corps de météorologie puis il fut mobilisé en 1939 jusqu’à l’armistice. Une fois rentré auprès de sa femme et sa fille, née en 1943, il décrocha en 1947 une agrégation d’italien qui l’envoya d’abord à Tunis puis à Gap et enfin à Clermont-Ferrand où il continua d’exercer son métier d’enseignant et commença celui d’écrivain.
Il a trente-sept ans lorsque paraît en 1952 son premier roman Le Chien du Seigneur qui aborde l’histoire d’un prêtre ouvrier officiant dans une usine de caoutchouc. C’est un sujet très sulfureux pour l’époque mais le pari est brillamment relevé. Le vingt-et-unième ouvrage est son premier « roman auvergnat », publié en 1969 : il s’agit d’Une Pomme oubliée - qui fut adapté au cinéma par Jean-Paul Carrière et Jean Cosmos - puis suivi d’une pléthore d’autres oeuvres consacrées à son pays natal, ce qui lui vaut le surnom du « Pagnol auvergnat ».

Digne héritier de « l’honnête homme » vanté par les Lumières, Jean Anglade a une longue et prolifique carrière littéraire puisque depuis 1952 à ce jour, il a publié pas moins de quatre-vingts ouvrages.
Il obtient le Prix du Roman populiste en 1957 pour L'Immeuble Taub, le Prix des libraires en 1962 pour La Foi et la Montagne et le Prix du Syndicat des Journalistes en 1967.
En 1969, Une Pomme oubliée obtint le Prix Olivier de Serres et en 1970, Le Point de suspension obtint le Prix de l’Humour noir, le prix de l'Académie française en 1971 pour La Vie quotidienne dans le Massif Central au XIXe siècle et le prix Arverne en 2007 pour Le Temps et la Paille.
Jean Anglade fête ses cent ans le 18 mars 20159. Son ami Jean-Paul Pourade fonde le Cercle Jean Anglade.
Il meurt le 22 novembre 2017 à l'âge de 102 ans, à Clermont-Ferrand.

Mode de constitution

Don

Ancien(s) possesseur(s)

Jean Anglade

Donateur(s)

Jean Anglade

Etat du traitement

Catalogué
Inventorié
Classé

Etat d'accroissement

Fonds clos

Retour en haut de page