Accueil CCFr  >   FONDS Emile Gadeceau
Ajouter aux favoris Imprimer cette page (nouvelle fenêtre)

Emile Gadeceau
ou Personnalité scientifique

Ajouter au panier Obtenir extraction pdf
Mise à jour : 09/12/2020 09:45:12
Emile Gadeceau ou Personnalité scientifique

Période des documents

1830 - 1928 

Volume total du fonds

9 boîtes d'archives 

Type(s) de fonds

Fonds particulier

Permalien

https://ccfr.bnf.fr/portailccfr/ark:/06871/0035043

Description du contenu

Le fonds Emile Gadeceau contient les huit tomes de son journal botanique, rédigés lors de ses expéditions botaniques, entre 1874 et 1910, et les journaux de ses autres expéditions en France et en Belgique. Le fonds contient aussi de la correspondance (classée par ordre alphabétique), pour la plupart entretenue avec des naturalistes et scientifiques contemporains (dont Louis Bureau, l'entomologiste Pierre Lesne, ou encore James Lloyd). Certaines pièces de correspondances - et notamment celle envoyée aux correspondants de Belle-Ile - datent de la la Première Guerre mondiale et comportent des éléments sur le contexte historique, social et politique de l'époque. Le fonds comprend aussi un important ensemble de travaux de recherche portant essentiellement sur les thèmes suivants : botanique, phytogéographie, tourbières, paléontologie, paléobotanique, Belle-Ile-en-mer, la Grande Brière et le lac de Grand-Lieu. Il s'agit tant d'exemplaires et de travaux préparatoires aux publications d'Emile Gadeceau, que de ses recherches bibliographiques (articles et monographies d'autres naturalistes envoyés à Emile Gadeceau et notes). En outre, le fonds contient un dossier d'étude pour la création d'une école coloniale à Nantes (cartes, notes, rapport). Le fonds contient aussi des cartes, des plans, des photographies et quelques aquarelles. Enfin, le fonds est constitué des copies des journaux d'excursions botaniques de James Lloyd, de sa correspondance avec l'abbé Delalande et le frère Elphège rassemblée par Emile Gadeceau, ainsi que des copies de documents relatifs à "l'affaire Lloyd" de 1841.

Langue(s)

français ,  anglais ,  allemand

Thèmes principaux

Sciences.

Tourbières.
Paléontologie.
Géologie.
Botanique.
Sciences naturelles.

Lieu(x) géographique(s)

Belle-Île-en-mer. 

Type(s) de documents

Archives .  Cartes et plans . 

Accès et catalogues

Conditions d'accès

Consultation sur rendez-vous

Possibilités de prêt

Non

Possibilités de reproduction

Photos numériques autorisées

Catalogue(s) en ligne

Inventaire du fonds Emile Gadeceau décrit et publié dans le Catalogue général des manuscrits du CCFr 

Historique et constitution

Historique

Fils d'épiciers, Emile Gadeceau naît à Nantes, le 7 février 1845. Il débute sa vie professionnelle en reprenant le commerce familial situé quai de la Fosse. Attiré par les sciences naturelles, Emile Gadeceau embrasse ensuite une carrière de botaniste et de biohistorien.

Elève du botaniste anglais James Lloyd, il continue sa collection de tulipes flamandes et narcisses anglais, et rassemble, en plus d'une partie de sa correspondance avec l'abbé Jean-Marie Delalande et le frère Elphège, un dossier documentaire sur "l'affaire Lloyd" qui opposa James Lloyd à Jean-Marie Ecorchard en 1841, le naturaliste anglais reprochant à ce dernier son ignorance en matière de botanique alors même que celui-ci était devenu directeur du Jardin des Plantes en 1839. Lors de cette affaire, qui passa devant le Tribunal de police correctionnelle de Nantes, James Lloyd fut représenté par l'avocat Pierre Waldeck-Rousseau.

Emile Gadeceau tient à jour un journal de botanique au gré de ses pérégrinations et herborisations, et se spécialise dans l'étude des tourbières, en particulier celle de Ster-Vras à Belle-Ile-en-mer. A ce titre, il entretient une longue correspondance avec le couple de paléobotanistes anglais Clement et Eleanor Reid, et se rend à Belle-Ile à plusieurs reprises. Aussi, il effectue d'autres excursions en France et en Belgique pour le Muséum d'histoire naturelle de Nantes. Il se rend également dans les écoles coloniales de Wageningen (Pays-Bas), de Gembloux (Belgique), de Kew et d'Hollesley (Angleterre) en vue de la création d'une école coloniale à Nantes.

Emile Gadeceau est l'auteur d'un certain nombre de travaux, notamment sur la flore de Belle-Ile (Essai de géographie botanique sur Belle-Ile , paru en 1906), sur la phytogéographie du lac de Grand-Lieu (Le lac de Grand-Lieu : monographie phytogéographique, parue en 1909), ou encore sur les menthes de Loire-Inférieure. En 1909, il publie Les végétaux et leur rôle dans la vie quotidienne. Il publie également de nombreux articles dans des revues spécialisées, dont les bulletins de la Société botanique de France ; il est correspondant de plusieurs journaux scientifiques et contribue au Monde des plantes. Certains de ses écrits lui valent même des lettres de remerciement de la part du secrétariat des commandements du roi de Belgique et du Service de son altesse royale la duchesse de Vendôme en 1920 et 1923.

Reconnu pour son expertise, il participe à la restauration de l'herbier de l'abbé Delalande (pour le Muséum d'histoire naturelle de Nantes) et de l'herbier Revelière. Correspondant de la poétesse belliloise Eva Jouan, il reçoit quelques éléments de son herbier phycologique. A la fin de sa vie, il est attaché à l'Herbier de France, au Muséum d'histoire naturelle de Paris.

Acquisition

Legs

Etat du traitement

Classé

Etat d'accroissement

Fonds clos

Informations complémentaires

Nom du responsable du fonds

Anne Bergère

Référence(s) bibliographique(s)

DHOMBRES Jean (dir.), Un Musée dans sa ville. Sciences, industries et société dans la région nantaise. XVIIIème-XXème siècles, Nantes, Ouest Éditions, 1990, 495 p.
PERREIN Christian, Emile Gadeceau, Nantes 1845 - Neuilly-sur-Seine 1928 : phytoecologue et bohistorien, thèse de doctorat en Histoire réalisée à l'EHESS sous la direction de Jean Dhombres, Lille : Atelier national de reproduction des thèses, 1996.

Retour en haut de page