Accueil CCFr  >   FONDS Pichot de le Graverie
Ajouter aux favoris Imprimer cette page (nouvelle fenêtre)

Pichot de le Graverie

Ajouter au panier Obtenir extraction pdf
Mise à jour : 30/07/2020 19:39:57
Pichot de le Graverie

Période des documents

1755 - 1900 

Volume total du fonds

Grand nombre de volume(s)

Type(s) de fonds

Fonds particulier

Permalien

https://ccfr.bnf.fr/portailccfr/ark:/06871/0034971

Description du contenu

Le fonds est composé d’un volume traitant de droit, de volumes sur l'histoire du Maine, de plaidoyers et de harangues ainsi que des arrêts rendus en son temps à Laval où il siégea en tant que procureur fiscal. Il fit aussi transcrire les ordonnances et déclaration du roi, les arrêt et sentences arbitrales et consultation des plus célèbres avocats de son temps. Le fonds contient enfin la généalogie de sa famille ainsi que la bibliothèque de René Pichot de la Graverie qui traite surtout de droit de d’histoire.

Accès et catalogues

Conditions d'accès

Consultation sur place uniquement

Possibilités de prêt

Non

Possibilités de reproduction

Soumise à autorisation

Fonds numérisé en ligne

Cliquer ici pour accéder au fonds numérisé
Fonds numérisé sur le site des fonds patrimoniaux de la ville de Laval.

Historique et constitution

Ancien(s) possesseur(s)

Pichot de la Graverie (René),(septembre 1690, janvier 1768). À l'âge de dix-huit ans, il commença à s'appliquer avec ardeur à l'étude de la jurisprudence et de la pratique, puis alla suivre les cours de droit à Angers tout en travaillant successivement dans les études de MM. Gougeon et Janneau Inscrit au siège de Laval, il rechercha les Commentaires manuscrits sur la Coutume du Maine, il écrivit un gros volume de questions de droit et de coutume, de plaidoyers et de harangues, en composa plusieurs autres des sentences du siège de Laval et des arrêts rendus de son temps, et fit transcrire depuis les ordonnances et déclarations du roi, les arrêts, sentences arbitrales et consultations des plus célèbres avocats. Il composa enfin les généalogies de sa famille et se forma une bibliothèque choisie sur le droit et l'histoire. La duchesse de la Trémoïlle, en 1745, nomma M. Pichot juge civil du comté et sénéchal de toutes ses châtellenies. En cette qualité, il fit faire l'inventaire de tous les titres anciens, fit relier « plusieurs volumes des À la suite d'une liquidation de banqueroute (1745), on l'accusa d'avoir falsifié les dépositions des témoins. Après la condamnation de ses détracteurs qui fut affichée à Laval (1752), M. Pichot rédigea deux mémoires sur la question.

Etat du traitement

Non traité

Etat d'accroissement

Fonds clos

Retour en haut de page