Accueil CCFr  >   FONDS Fonds de l' Ancienne Ecole de Médecine de Limoges
Ajouter aux favoris Imprimer cette page (nouvelle fenêtre)

Fonds de l' Ancienne Ecole de Médecine de Limoges

Ajouter au panier Obtenir extraction pdf
Mise à jour : 10/07/2019 14:46:07
Fonds de l' Ancienne Ecole de Médecine de Limoges

Période des documents

1630 - 1967 

Volume total du fonds

4 473 volume(s)

Type(s) de fonds

Fonds spécialisé
Fonds ancien

Permalien

https://ccfr.bnf.fr/portailccfr/ark:/06871/0034670

Description du contenu

Le fonds présente une multitude de spécialités (chirurgie, botanique, gynécologie, thérapeutique, pathologies, physiologie, psychiatrie, radiologie, médecine légale et droit médical, médecine de l'urgence, anatomie, chimie, traités médicaux et santé publique, toxicologie, empoisonnement, asphyxie, biologie animale, bactériologie, embryologie, pédiatrie, orthopédie, matériel médical et procédés, sexualité, universités de médecine, histologie, pharmacologie, dictionnaires de médecine, hématologie, microbiologie, dermatologie, gérontologie, histoire médicale, thèses de médecine, urologie, eaux thermales, otorhinolaryngologie, problèmes capillaires, technique médicale, hygiène, physique...)

Aux disciplines qui existent depuis l'Ancien Régime et qui sont parvenues jusqu'à nos jours : thérapeutique, pathologie, physiologie, chirurgie, pharmacologie, anatomie sont venues se greffer progressivement d'autres enseignements au fur et à mesure de leur apparition.

L'introduction de certaines matières peut être datée : la chimie et la physique font leur apparition à Limoges en 1841 et se trouvent confortées en 1893 avec la création du Certificat d'études physiques, chimiques et naturelles dit PCN, qui introduisait l'enseignement des sciences dans le cursus médical pour ne plus disparaître. La clinique est également officialisée en 1841 ; la toxicologie, en 1877 ; la médecine légale, en 1951, etc...

Ainsi ce fonds témoigne pleinement non seulement de l'enseignement médical à Limoges mais aussi plus largement de l'évolution de la médecine.

Langue(s)

Français ,  Latin ,  Anglais ,  Espagnol

Thèmes principaux

Médecine.

Type(s) de documents

Monographies .  Périodiques .  Thèses . 

Volumétrie par période

1601- 1700  76 volume(s)

Accès et catalogues

Conditions d'accès

Consultation sur place

Possibilités de prêt inter-bibliothèques

Non

Possibilités de reproduction

Possibilités de reproduction : numérisation à la demande (partenariat avec la Bibliothèque francophone multimedia)

Historique et constitution

Historique

Nous pouvons raisonnablement penser que le fonds actuel de l'Ancienne école de Médecine est l'héritier des institutions qui ont oeuvré à l'enseignement des arts médicaux à Limoges.
Dès 1626, les apothicaires se sont organisés en maîtrise pour gérer l'accès à la profession, sa pratique et sa déontonlogie. En 1676 voit le jour une maîtrise pour les chirurgiens. Turgot fonde une école vétérinaire en 1766 qui disparaît en 1768.
Seul, l'enseignement de la médecine proprement dit a perduré jusqu'à nous depuis le XVIIe siècle.
En 1646, les médecins de Limoges qui avaient obtenus leur diplôme à grand frais dans les universités de renom, essentiellement Montpellier et Paris, se regroupent en corporation afin, nous disent les statuts, de« protéger la santé publique, l'honneur et la dignité de l'art » ainsi qu'à défendre leurs intérêts et avantages contre tous « les empiriques, les charlatans et les gens sans titre ou avec des titres insuffisants »
Au même moment, Martial de Maledent de Savignac, « prêtre intègre et d'une grande charité » administre l'hôpital Saint-Gérald et propose aux consuls de le transformer en Hôpital Général en 1657. Un deuxième bâtiment est terminé en 1659. La fondation et l'organisation sont approuvées par lettres patentes en décembre 1660. Cet hôpital fonctionnera jusqu'en 1765 lorsque Turgot construit le dépôt de mendicité ou Maison de Force, à l'emplacement de l'actuel Musée Adrien Dubouché pour y enfermer les mendiants, les fous , les épileptiques, aveugles, muets...

Alors que la loi Le Chapelier du 14 juin 1791 abolit les corporations, l'enseignement de la médecine survit de manière totalement pragmatique à l'Hôpital Saint-Alexis. En 1794, on compte 31 inscrits parmi lesquels figurent Guillaume Dupuytren et Thuilier.
En 1812, les matières suivantes sont enseignées : anatomie, médecine, chirurgie, accouchement et pharmacie.
En 1820, les enseignants et les élèves des cours d'instruction médicale sont placés sous l'autorité de la Commision de l'Instruction publique : des écoles secondaires de médecine se subtiuent progressivement aux cours pratiques des hôpitaux afin de préparer aux études dans les Facultés.
En décembre 1822, le Conseil municipal de Limoges soumet au Ministre de l'Intérieur une demande de création d'Ecole secondaire de Médecine.

1841 voit la création de l'Ecole préparatoire de Limoges qui restera en fonction jusqu'en 1951.
La mairie se chargeait d'assurer les frais de fonctionnement du premier établissement d'enseignement supérieur de Limoges. Les matières enseignées sont alors la chimie et pharmacie, l'anatomie et physiologie, la clinique interne et externe, la pathologie interne et externe, les accouchements et les maladies des femmes et des enfants. S'ajoute en 1842 l'histoire naturelle et la matière médicale.
De 1878 à 1883 , les étudiants devant passer leurs examens dans les Facultés, les Ecoles préparatoires sont lésées et perdent des inscriptions au profit des Facultés. C'est la seule péripétie de importante qui affecte l'école de Limoges.
En 1934, son développement est tel que le Docteur Marcland, directeur de l'Ecole, demande une requalification en Ecole de plein exercice.
De 1951 à 1955, l'Ecole de plein exercice de médecine et de pharmacie conduit désormais jusqu'au doctorat de médecine et le diplôme de pharmacie même si les diplômes – c-à-d le document lui-même – restent délivrés par la Faculté de rattachement : Bordeaux
Lorsque l'Etat prend en charge les salaires de tous les personnels et que la Ville garde à sa charge les frais de fonctionnement, l'établissement devient une Ecole nationale de médecine et de pharmacie (1955-1968).

Dès 1965 avait été créée l'Académie de Limoges puis en 1966, les Ecoles municipales avaient été transformées en en Collèges universitaires (Droit et Sciences économiques, littérature, sciences). C'est la décision de la municipalité de Louis Longequeue de prendre en charge les dépenses qui découleraient d'une transformation de l'Ecole en Faculté qui aboutit à la fondation de la Faculté mixte de Médecine et de Pharmacie en 1968.

.

Mode de constitution

Le fonds de l'Ancienne Ecole de médecine a été transféré lors de la création de la Faculté de Médecine et de Pharmacie en 1968.

Etat du traitement

Catalogué : Partiellement
Inventorié : Partiellement

Etat d'accroissement

Fonds clos

Informations complémentaires

Nom du responsable du fonds

Catherine Gandois, Directrice du Service commun de Documentation.

Référence(s) bibliographique(s)

*CELS-PINELLI, Cécile. Dr. Histoire de l'école de médecine et de pharmacie et de la faculté de médecine de Limoges : 1646-1991 Limoges : PULIM, 1991
*CELS-PINELLI, Cécile. Dr. Histoire de l'école et de la faculté de Médecine de Limoges : 1646-1991 sous la dir. de François Bonnaud Limoges : éditeur inconnu, 1991 Thèse d'exercice : Médecine : Limoges : 1991

Retour en haut de page