Accueil CCFr  >   FONDS Fonds ancien
Ajouter aux favoris Imprimer cette page (nouvelle fenêtre)

Fonds ancien

Ajouter au panier Obtenir extraction pdf
Mise à jour : 27/10/2017 14:38:02
Fonds ancien

Période des documents

1460 - 1920 

Type(s) de fonds

Fonds ancien

Permalien

https://ccfr.bnf.fr/portailccfr/ark:/06871/0034530

Exposition(s)

Fonds numérisé
Les trésors de la bibliothèque

Description du contenu

Le fonds ancien fut constitué entre 1789 et 1920. Il était à l’origine réparti en 5 classes, conformément à la classification des libraires de Paris :

Théologie (cotes commençant par A, Aa, Ab, etc) ;
Jurisprudence (Cote commençant par B, Ba, etc) ;
Sciences et Arts (cotes C, etc) ;
Belles-lettres (cotes D, etc) ;
Histoire (cotes E, etc).

Les ouvrages des sections "Théologie" et "Sciences et Arts" ont brûlés dans l’incendie d’août 1944.

A partir de 1860, le classement thématique s’est avéré insuffisant et la Bibliothèque est passée à un classement basé sur la taille des livres (cotes S à Y).

Il contient à la fois une documentation spécialisée (notamment en droit et sciences politiques), des ouvrages de bibliophilies (manuscrits et incunables, belles reliures du 17eme et 18eme siècle) et une dimension généralise (Belles-Lettres, Histoire, Sciences et Arts). En, droit et sciences politiques, on notera la présence de nombreux recueils constitués de façon cohérente (Droits de l’Homme, Finance, Force armée). Ils peuvent contenir de la doctrine, des traités, de la jurisprudence mais également des discours et des pamphlets. Certains recueils sont consacrés aux colonies et d’autres à l’histoire politique de pays étrangers.

Document(s) remarquable(s)

Jean de Gênes, Incipit summa que vocatur catholicon. Mayence, [Gutenberg], 1460
Bonet (Honoré). L’arbre des batailles. - Paris : Antoine Vérard, 1493
De Felice, Code de l'humanité, ou la Législation universelle, naturelle, civile et politique. Yverdon : impr. de M. de Félice, 1778
Constitutions des treize États-Unis de l'Amérique. A Philadelphie et se trouve à Paris, chez Ph.-D. Pierres Pissot, pere & fils, 1783
Bréviaire des députés aux Etats-généraux [Paris : Volland, 1789]
Code municipal, ou bréviaire des officiers municipaux. Paris : Petit, 1791. Reliure tricolore
Gli ornati delle pareti edi pavimenti delle stanze dell'antica Pompei, incisi in Rame. Naples : Stamperia regale, 1796
Martens, Recueil des principaux traités d'alliance, de paix, de trève, de commerce. Göttingen : Dieterich, 1791-1848

Langue(s)

français ,  latin ,  anglais ,  allemand ,  italien ,  espagnol (ou castillan) ,  portugais

Thèmes principaux

Administration publique.
Droit.
Science politique.
Histoire.
Littérature.
Sciences.
Arts.

Documents parlementaires.
Discours politiques.
Traités juridiques.
Affiches révolutionnaires (1789, 1848, 1870).

Type(s) de documents

Tous textes imprimés .  Recueils .  Affiches .  Monnaies et médailles .  Incunables . 

Accès et catalogues

Conditions d'accès

Accès réservé. Admission soumise à l'autorisation du directeur de service accordée pour la consultation de documents introuvables dans une autre bibliothèque. La demande, qui doit préciser le cadre ainsi que le sujet de la recherche ou de l'étude sera transmise par courriel à bibliotheque@assemblee-nationale.fr.

Possibilités de prêt

Prêt entre bibliothèque soumis à condition.

Historique et constitution

Historique

Dès 1792, l'Assemblée législative se soucie de disposer d'ouvrages de référence. En 1793, un bibliothécaire est nommé : l'abbé Grégoire. En 1794, le Comité de Salut public décide, sur rapport du Comité d'Instruction publique, de constituer « une collection des meilleurs ouvrages sur les objets relatifs aux travaux des différents comités de la Convention nationale » et, le 4 mars 1796, une bibliothèque est créée par la loi, initialement à l'usage commun des deux Chambres du Corps législatif.

La Bibliothèque du corps législatif dispose des 12 000 volumes du Comité d'Instruction publique et s'accroît rapidement sous la direction du premier archiviste de la République Armand Gaston Camus. Des prélèvements sont réalisés dans les Dépôts littéraires de la Seine et de Versailles où furent réunies, à la Révolution, les bibliothèques des religieux et des émigrés. Camus procède également à des achats à destination du législateur, notamment en proposant les principales gazettes de l’époque. En 1797, la bibliothèque compte 16 000 volumes. A partir de 1796, comme la Bibliothèque nationale, elle bénéficie d'un dépôt légal qui ne sera supprimé qu'en 1828. Ce dépôt légal concerne principalement les imprimeries gouvernementales ou soldées par le gouvernement.

Jusqu'à la monarchie de Juillet, elle n'apparaît pas seulement comme un organe de documentation pour le législateur mais, grâce notamment aux achats de Pierre-Paul Druon qui succède à Camus en 1804, comme un cabinet de pièces rares et précieuses. Pierre-Paul Druon fait ainsi acquérir en 1811 la collection de manuscrits de l’ancien président du parlement de Paris Jules-François De Cotte. En 1832 la collection Portiez consacrée à la période révolutionnaire entre dans les collections. La bibliothèque initie également une politique d’échange de documentation avec les parlements étrangers. En 1833, le Palais de Westminster réalise un important don de documents parlementaires couvrant la période de 1801 à 1832.

Le « Catalogue de la Bibliothèque du Corps législatif », constitué à l'origine en 1808, fut continué jusqu'en 1920. Les ouvrages entrés ultérieurement constituent le fonds intermédiaire.

Le 25 août 1944, un incendie se déclara lors de la libération de Paris détruisant 25 000 volumes du fonds ancien. Les cotes A et C, qui ont brûlé en quasi-totalité, correspondent aux registres «Théologie» et «Sciences et Arts».

Mode de constitution

Confiscations révolutionnairesDons, legsAchatsEchanges internationaux

Ancien(s) possesseur(s)

Jules-François De Cotte ,  Louis François René Portiez de l'Oise

Donateur(s)

Palais de Westminster

Etat du traitement

Catalogué

Etat d'accroissement

Fonds clos

Informations complémentaires

Nom du responsable du fonds

Emmanuel MAURY (chef de division)

Référence(s) bibliographique(s)

Jean Marchand, La Bibliothèque de l'Assemblée nationale : Histoire de ses origines, de sa constitution officielle et de ses développements : Société des bibliophiles de Guyenne, 1979

Sous-Fonds décrits


Retour en haut de page