Accueil CCFr  >   FONDS Manuscrits Jules Ferry (correspondance professionnelle)
Ajouter aux favoris Imprimer cette page (nouvelle fenêtre)

Manuscrits Jules Ferry (correspondance professionnelle)

Ajouter au panier Obtenir extraction pdf
Mise à jour : 08/09/2020 19:24:04
Manuscrits Jules Ferry (correspondance professionnelle)

Période des documents

1832 - 1893 

Volume total du fonds

150 notice(s)

Type(s) de fonds

Fonds particulier

Permalien

https://ccfr.bnf.fr/portailccfr/ark:/06871/0034495

Description du contenu

Ensemble des archives professionnelles de Jules Ferry comprenant ses dossiers coloniaux, d’éducation et parlementaires. Sa correspondance professionnelle fait également partie du fonds.

Langue(s)

Français

Thèmes principaux

Education et enseignement.

Colonialisme. Politique..

Personne(s) liée(s)

Eugénie Mathilde Jules-Ferry, née Risler (1850-1920). Hélène Adèle Abel-Ferry, née Berger (1887-1972). Jules Ferry (1832-1893)..

Famille liée

Ferry. Berger. Risler..

Lieu(x) géographique(s)

France (Paris, Saint-Dié, (Lorraine)). Grèce (Athènes).. 

Type(s) de documents

Monographies . 

Accès et catalogues

Conditions d'accès

Consultation uniquement sur place.

Catalogue(s) en ligne

Historique et constitution

Historique

Collection léguée à l’université de la Sorbonne à Paris 1920 par Mme Eugénie Jules-Ferry. Elle comprend la correspondance professionnelle de Jules Ferry, ainsi que divers éléments du mobilier. En 1955, la collection est mise en dépôt à la bibliothèque municipale de Saint-Dié.

Mode de constitution

Dêpot

Ancien(s) possesseur(s)

Eugénie Jules-Ferry (1850 – 1920) est la femme de Jules Ferry. À son décès en 1920, elle lègue le cabinet de travail parisien ainsi que les archives professionnelles de son défunt mari pour le compte de la Sorbonne. ,  Hélène Abel-Ferry (Paris 1887 – Saint-Dié 1972) est la femme d’Abel Ferry, qu’elle épouse en 1912. Elle publie à partir de 1919, conformément au dernier souhait de son mari, ses observations et rapports de guerre. Pendant l’entre-deux guerre, elle [donna] à la bibliothèque de Saint-Dié une partie des documents et objets familiaux. Lors du second conflit mondial, elle joua un rôle important dans la reconstruction de la ville et apporta son soutien à la population. ,  Jules Ferry (Saint-Dié 1832 – Paris 1893) est avocat et homme politique. Il effectue sa scolarité à Saint-Dié et Strasbourg, et en 1850 commence ses études de droit à Paris. Avocat réputé et passionné par la politique, il se spécialise rapidement dans la défense des républicains. Il collabore à différents journaux tels Le Courrier de Paris, L’Électeur libre. Il s’oppose activement à l’Empire et publie en 1868 une brochure à charge contre le préfet Haussmann qui lui vaudra une importante notoriété. L’année suivante il est élu député. Du 16 novembre 1870 au 18 mars 1871 il est maire de Paris, et à ce titre doit assurer le ravitaillement de la ville assiégée par l’armée allemande. En raison des restrictions qu’il doit imposer à la population, celle-ci le surnomme Ferry-famine. En 1872, il est nommé ambassadeur de France à Athènes par Adolphe Thiers. Il n’occupera pas longtemps cette fonction et reviendra à son poste de député en 1873. En 1876, il est élu député de circonscription de Saint-Dié-des-Vosges, poste qu’il occupera jusqu’aux législatives de 1889. Il est nommé ministre de l’Instruction publique du mois de février 1879 au mois de septembre 1880. Pendant cette période Jules Ferry met en place une réforme de laïcisation de l’enseignement visant à remplacer les religieux en charge de l’instruction par des instituteurs laïcs. Pour cela, il met en place dans chaque département des écoles normales formant des professeurs laïcs (loi du 9 août 1879) et expulse du Conseil supérieur de l’instruction publique les personnes n’ayant pas de liens directs avec l’enseignement (loi du 27 février 1880). Ces mesures favorisent les lois de 1881 et 1882 rendant l’enseignement obligatoire, gratuit et laïc. En plus de ses trois célèbres lois, il étend l’enseignement secondaire aux jeunes filles et crée par décret une école normale féminine à Sèvre ainsi qu’une agrégation féminine. De 1883 à 1885, il est réélu Président du Conseil et soutient la politique coloniale française. Il prend diverses dispositions favorisant l’expansion coloniale. En 1891, il devient sénateur des Vosges et devient président du Sénat le 20 février 1893. Il décède le 17 mars de cette même année. Des funérailles nationales sont organisées en son honneur à Paris et à Saint-Dié, où il est inhumé.

Donateur(s)

Eugénie Jules-Ferry ,  Hélène Adèle Jules-Ferry

Acquisition

Legs ,  Don(s)

Etat du traitement

Classé

Etat d'accroissement

Fonds clos

Informations complémentaires

Nom du responsable du fonds

M. Alexandre Jury.

Retour en haut de page