Accueil CCFr  >   FONDS Maxime Alexandre
Ajouter aux favoris Imprimer cette page (nouvelle fenêtre)

Mise à jour : 29/09/2020 15:26:10
Maxime Alexandre

Période des documents

1899 - 1976 

Volume total du fonds

138 titre(s)

Type(s) de fonds

Fonds particulier

Permalien

https://ccfr.bnf.fr/portailccfr/ark:/06871/0034492

Exposition(s)

Fonds numérisé
Un poète au carrefour de l'Eeurope : Maxime Alexandre (1899-1976). Médiatèque Victor Hugo, 1998.

Description du contenu

Ensemble des poèmes, pièces de théâtre et récits surréalistes de Maxime Alexandre, [ainsi que sa correspondance et ses dessins.

Etat du fonds

Bon état

Langue(s)

Allemand ,  Français

Thèmes principaux

Littérature.

Communisme. Poèsie. Surréalisme. Téâtre..

Personne(s) liée(s)

Maxime Moïse Alexandre (1899-1976), alias: Maximilian Alexander. Berthe Alexandre (née Dietrich) (1918-....). Sylvia Alexandre (1939- )..

Personne(s) morale(s) liée(s)

Albert Ronsin (1928-2007), ancien directeur de la médiathèque Victor Hugo..

Famille liée

Alexandre. Dietrich..

Lieu(x) géographique(s)

France (Paris, Wolfisheim, Strasbourg). Suisse (Lausanne, Montreux, Zurich).. 

Type(s) de documents

Monographies . 

Accès et catalogues

Conditions d'accès

Consultation uniquement sur place.

Catalogue(s) en ligne

Inventaire publié sur le Catalogue Général des Manuscrits du CCFr 

Historique et constitution

Historique

Le musée de Saint-Dié-des-Vosges proposa en 1981 la première grande exposition consacrée à Maxime Alexandre, présentant notamment une centaine de dessins que le poète réalisa à la fin de sa vie.
C'est à la même époque, qu'Albert Ronsin, alors conservateur du Musée et de la Médiathèque, commença à constituer un fonds consacré à cet auteur, entrant dans les collections des deux établissements : manuscrits, éditions originales et dessins.
La constitution de ce fonds lié au surréalisme s'inscrivait dans la complémentarité des collections littéraires déjà conservées à Saint-Dié-des-Vosges : notamment le fonds Claire et Yvan Goll (1977) et Ernest Gengenbach (1980).
En 1996, la Ville de Saint-Dié-des-Vosges acquit, grâce à une aide du Fonds régional d'acquisition des bibliothèques et au soutien de la Fondation Yvan Goll, un ensemble de manuscrits, dessins, correspondances et papiers divers conservés par la veuve du poète.

Mode de constitution

Dons et Achats

Ancien(s) possesseur(s)

Maxime Alexandre (Wolfisheim 1899 – Strasbourg 1976) est un écrivain surréaliste alsacien de confession juive. Il écrira des textes en allemand et en français. À l’âge de 13 ans, il publie sa première pièce de théâtre à Leipzig. Peu après, il écrit des poèmes en allemand dans des journaux strasbourgeois. Lors du premier conflit mondial, il se réfugie avec sa famille en Suisse, où il fait la connaissance du mouvement Dadaïste par l’intermédiaire de Jean Arp. Il rencontrera également André Breton et René Schickelé. C’est lors de son séjour en Suisse que sa conscience artistique s’éveillera. Il y étudiera le français et la sociologie. Il rentre à Strasbourg en 1918 où il commence des études de droit et de Lettres et s’engage politiquement pour les idéaux communistes. Il publiera des articles de langue allemande dans le journal l’Humanité pour l’édition Strasbourgeoise. Il rencontrera pour la première fois Louis Aragon en 1923 à Strasbourg et rejoindra le mouvement surréaliste à Paris jusqu’en 1932, où il prendra parti pour Aragon. C’est à la fin des années 1920 qu’il publie ses premiers textes en français. Au cours des années 1930 bien que connaissant une période d’instabilité, il s’avère être prolifique du point de vue littéraire contrairement aux années qui suivent la fin de la deuxième guerre mondiale. Pendant la guerre, il est fait prisonnier mais parvient à s’enfuir chez Aragon dans le Midi. Ce n’est qu’à partir du début des années 1950 jusqu’à 1972 qu’il retrouvera un niveau de production littéraire comparable à celui d’avant-guerre. Il rédige un journal personnel de 1951 jusqu’ à 1975. C’est également à partir de cette époque qu’il se convertit au catholicisme, avant de revenir des années plus tard au judaïsme. En 1972, il tombe gravement malade, et en 1974, n’étant plus en mesure d’écrire, il commence le dessin jusqu’à son décès en 1976.

Donateur(s)

Berthe Alexandre, née Dietrich, est la femme de Maxime Alexandre. ,  Sylvia Alexandre est la fille de Maxime Alexandre, elle a été bibliothécaire à Strasbourg.

Acquisition

Achat(s) ,  Don(s)

Etat du traitement

Classé

Etat d'accroissement

Fonds ouvert

Informations complémentaires

Nom du responsable du fonds

M. Alexandre Jury

Retour en haut de page