Accueil CCFr  >   FONDS Victor Tuby
Ajouter aux favoris Imprimer cette page (nouvelle fenêtre)

Victor Tuby

Ajouter au panier Obtenir extraction pdf
Mise à jour : 23/11/2015 17:37:18
Victor Tuby

Période des documents

1871 - 1947 

Volume total du fonds

0,2 mètre(s) linéaire(s)

Type(s) de fonds

Fonds local

Permalien

https://ccfr.bnf.fr/portailccfr/ark:/06871/0033203

Description du contenu

Le fonds comprend des documents sur la littérature et le folklore provençaux.
Il est principalement constitué de photocopies et d'articles de presse.

Langue(s)

Occitan (après 1500) ,  Français

Thèmes principaux

390 Coutumes.
840 Littératures des langues romanes (Littérature française, ...).

Lieu(x) géographique(s)

Cannes. 

Type(s) de documents

Textes manuscrits .  Recueils . 

Accès et catalogues

Conditions d'accès

Fonds librement communicable

Possibilités de reproduction

La reproduction des documents appartenant ou conservés aux Archives communales de Cannes donne lieu à la perception d’un droit de reproduction.

Catalogue(s) en ligne

Historique et constitution

Historique

Victor Tuby (1888-1945) naît le 8 juin 1888 au Château de la Fouery, à Cannes La Bocca. Bachelier, il part à Paris, suit des cours à l’École des Beaux-arts, étudie le droit et passe sa licence en droit. Il revient grièvement blessé de la guerre de 1914-1918, avec le grade de capitaine et la Légion d’honneur. Sculpteur, il crée des monuments aux morts (Saint-Raphaël, Sainte-Maxime, le Cannet, d’Allos, La Bocca et le monument du Souvenir français au cimetière du Grand Jas à Cannes), le monument du général Allard et celui du centenaire de Frédéric Mistral inauguré le 6 avril 1930 à Saint-Tropez.

Il fonde en 1919 l’Académie Provençale de Cannes « destinée à retrouver les us et coutumes, restituer les vieilles danses et les anciennes fêtes ». En 1930, Il fonde au Moulin Forville une école félibréenne l'Estello de Lerin et édite un journal Lou Rampéu. Poète, musicien, sculpteur, peintre, humaniste, il consacra sa vie à la cause provençale et figure parmi les principaux artisans de la « renaissance mistralienne ». On lui doit l’édition du centenaire du dictionnaire Lou tresor dóu Felibrige qui paraît en 1932 chez Delagrave.

Acquisition

Don(s)

Etat du traitement

Inventorié

Etat d'accroissement

Fonds clos

Fonds liés

hors Répertoire
Retour en haut de page