Accueil CCFr  >   FONDS Fonds ancien
Ajouter aux favoris Imprimer cette page (nouvelle fenêtre)

Fonds ancien

Ajouter au panier Obtenir extraction pdf
Mise à jour : 21/01/2020 15:12:32
Fonds ancien

Période des documents

1101 - 1810 

Volume total du fonds

18 000 volume(s)

Type(s) de fonds

Fonds ancien

Permalien

https://ccfr.bnf.fr/portailccfr/ark:/06871/0032871

Description du contenu

Les manuscrits : 100
Deux classes : 1ère (latins) ; 2ème (français ou latins modernes).
Origine : confiscations révolutionnaires : Abbaye de Gimont ; le collège des Jésuites d’Auch et le couvent des Cordeliers qui avaient hérité en 1764 de la bibliothèque de l’abbé Louis Daignan du Sendat, vicaire général de l’archevêque d’Auch et chanoine de la cathédrale Ste Marie d’Auch.

Le plus ancien est le manuscrit 1 : une bible datée fin 12ème début 13ème provenant de l’Abbaye cistercienne de Gimont (Planselve).

Egalement à remarquer le manuscrit 20 : « Liber ruralium commodorum opus » de Pétri de Crescentiis où l’enlumineur allie l’observation de la vie rustique et le bestiaire fantastique dans l’ordre du calendrier des travaux champêtres : images du labour, des semailles, de la taille des arbres ou de la vigne, et de la moisson.

Deux livres d’heures : le manuscrit 23 « Heures à l’usage de Rome »
et le manuscrit 24 « Heures à l’usage de Paris »– 15ème siècle.

Les manuscrits de Louis Daignan du Sendat comprennent ses mémoires historiques et ses recueils de documents une des sources les plus précieuses pour l’histoire de la Gascogne.

Les incunables : 34
Thématiques : théologie, jurisprudence, sciences et arts, Belles Lettres, et histoire.

Le plus ancien : « Décrétales » de Grégoire IX. Imprimé à Venise : presses de Vindelin de Spire en 1473.
La cité de Dieu – Abbeville : Jean Dupré, 1486
Les fleurs et manières du temps passé. Genève, 1495
Le songe du Vergier. – Paris, 1500

Document(s) remarquable(s)

Bible de l’Abbaye de Planselve (Gimont) fin 12ème - début 13ème siècle – Ms 1
Pierre de Crescens, livre des profits champêtres. France du Sud, 2ème quart ou milieu du 14ème siècle. Ms 20 (Abbaye de Planselve)
Deux livres d’heures : le manuscrit 23 « Heures à l’usage de Rome » et le manuscrit 24 « Heures à l’usage de Paris »– 15ème siècle.

Langue(s)

Français ,  Latin

Type(s) de documents

Textes manuscrits .  Incunables .  Monographies . 

Volumétrie par type de document

Incunables :  34 titre(s)
Textes manuscrits :  100 titre(s)

Accès et catalogues

Conditions d'accès

Consultation sur place

Fonds numérisé en ligne

Cliquer ici pour accéder au fonds numérisé
Plusieurs ouvrages numérisés dont :
La Grande Bible appelée "Bible de Gimont "
ou "Grande Bible de l’Abbaye de Gimont" (MS1)
Le Livre d’heures (Ms 23)
Heures à l’usage de Paris (Ms 24)
Le manuscrit (Ms 95)

Catalogue(s) et inventaire(s)

Fonds ancien : catalogue manuscrit sur fiches datant du 19ème siècle.
Registres d’inventaire.
Informatisation en cours (rn 2014). Inventoriés de 1 à 6123
Manuscrits : catalogue imprimé des manuscrits (Catalogue des manuscrits des bibliothèques de France).
Incunables : Catalogue imprimé des incunables.

Historique et constitution

Historique

L’importance des fonds patrimoniaux de la bibliothèque d’Auch est liée à l’histoire de la ville. Cité prospère, proche de l’Espagne et des Pyrénées, Auch est devenue le siège d’un archidiocèse que n’ont pas dédaigné des familles telles que Clermont Lodève, Colbert, Maupéou ou Polignac. A cette richesse financière, s’ajoute une vie intellectuelle riche qui s’organise autour du Collège.

Un an après Toulouse, Auch possède un Cabinet de lecture créé par Louis Daignan du Sendat. Féru d’histoire et de littérature, l’abbé avait hérité de la bibliothèque de son oncle, qu’il enrichit.
Il lègue sa bibliothèque aux Jésuites, sous réserve qu’elle fût ouverte au public. Il pourvoit à l’entretien des fonds et à la rémunération d’un bibliothécaire.

En 1791, la ville d’Auch, chef-lieu de district fut dotée d’une bibliothèque qualifiée de nationale. Elle se situe dans le Collège des Jésuites à Auch (futur collège Salinis)
Aux fonds très riches des Jésuites, viennent s’ajouter les ouvrages provenant des Capucins, des Cordeliers, de la bibliothèque de Louis Daignan du Sendat, des Jacobins et des Ursulines.

La commune de Gimont envoie les livres confisqués à l’abbaye de Planselve. Ces ouvrages furent installés dans les locaux du collège.

Une école centrale voit le jour à Auch en 1795. Cet établissement s’installe dans ce qui était le collège sous l’Ancien Régime.
Des bâtiments spacieux, la pratique déjà ancienne d’une bibliothèque, des professeurs attachés à la diffusion du savoir, permirent un début d’organisation. Un règlement (an IV) précise les heures d’ouvertures.
Toutefois, les professeurs se plaignent de manques d’ouvrages relatifs à l’enseignement. Par arrêté (19 août 1798), l’administration centrale charge le citoyen Chantreau de visiter les principales villes du département et d’en rapporter les ouvrages susceptibles de compléter la bibliothèque centrale.

2 000 ouvrages sont récupérés. Ils proviennent principalement du Collège de Condom qui était dirigé par les Oratoriens.

Le préfet du Gers Balguerie fit acquérir une partie des ouvrages de la bibliothèque du marquis Anne-Marie d’Aignan d’Orbessan, lors de la vente de ses biens. Ce fonds est enregistré à la bibliothèque d’Auch, à la date du 26 frimaire An XI (1803).

La création d’un lycée à Pau, amène la fermeture de l’Ecole centrale d’Auch. La ville se retrouve alors en charge d’une importante bibliothèque qui dépasse quelque peu ses moyens.

Un bibliothécaire est recruté en 1806, pour s’occuper de l’entretien des collections. Il s’agit de Pierre Sentetz. Il pourvoie au chauffage et à l’éclairage des salles, malgré la précarité de ses émoluments.

Il reste en fonction plus de cinquante ans. C’est lui qui installa la bibliothèque dans l’ancienne chapelle des Carmélites, où elle se trouve encore aujourd’hui.

Ancien(s) possesseur(s)

Congrégation des Jésuites des Jacobins ,  Congrégation des Capucins ,  Congrégation des Cordeliers ,  Congrégation des Ursulines ,  Abbaye bénédictine de Planselve (Gimont) ,  Marquis Anne-Marie d’Aignan d’Orbessan

Acquisition

Confiscation(s) révolutionnaire(s) ,  Achat(s) ,  Don(s) ,  Dépôt

Etat du traitement

Catalogué

Etat d'accroissement

Fonds clos

Informations complémentaires

Nom du responsable du fonds

Anne Burgunder

Retour en haut de page