Accueil CCFr  >   FONDS Janine Solane
Ajouter aux favoris Imprimer cette page (nouvelle fenêtre)

Janine Solane

Ajouter au panier Obtenir extraction pdf
Mise à jour : 07/09/2015 15:41:52
Janine Solane

Période des documents

1927 - 1965 

Volume total du fonds

1,5 mètre(s) linéaire(s)

Type(s) de fonds

Fonds particulier

Permalien

https://ccfr.bnf.fr/portailccfr/ark:/06871/0032162

Description du contenu

Archives et documents relatifs à la danseuse et pédagogue Janine Solane, fondatrice en 1928 de la « Maîtrise de danse Janine Solane », et particulièrement à sa carrière d’interprète et de chorégraphe entre 1927 et 1965 : contrats et correspondance professionnelle, programmes, articles de presse et photographies.

Personnes ou organismes :
Dominique Solane, danseuse ; Maîtrise de danse-Janine Solane (1932-) ; Archives internationales de la danse (A.I.D.) (1932-1950)

Oeuvres chorégraphiques :
La Belle au bois dormant ; La Fugue en sol mineur ; La Grande Passacaille ; Histoire de France ; Orphée ; La Pastorale ; La Symphonie des jouets ; La Symphonie pastorale

Autres données de volumétrie

Manuscrits, documents administratifs, programmes, coupurse de presse, photographies.

Thèmes principaux

790 Loisirs et arts du spectacle.

Spectacle.

Danse.

Type(s) de documents

Recueils .  Archives . 

Historique et constitution

Ancien(s) possesseur(s)

Née en 1912, Janine Solane, après avoir étudié la danse classique, la danse expressionniste et le style d’Isadora Duncan, élabore son langage chorégraphique personnel qu’elle appelle « danse classique naturelle », en rapport étroit avec la musique. En 1932, elle ouvre à Paris, au sein du Montparnasse artistique, une école baptisée « Maîtrise de danse Janine Solane », qui sera dirigée après elle par sa fille Dominique, et qui accueille toujours de nombreuses élèves. Grande soliste, éprise de personnages forts comme Jeanne d’Arc, Janine Solane (« sculpture en marche », selon l’expression de Dominique Dupuy) est aussi une excellente meneuse de troupe. En 1938, lors de l’inauguration du Palais de Chaillot, puis après la Seconde Guerre mondiale, elle donne régulièrement des galas et présente des spectacles qui rassemblent jusqu’à 150 jeunes femmes. Elle crée de grandes fresques chorégraphiques sur des œuvres musicales classiques comme la « Symphonie pastorale » de Beethoven ou la « Grande Passacaille » de Bach. Janine Solane est aussi l’auteure du livre « Pour une danse plus humaine » (1950) et du disque : « La Belle au bois dormant, drame-féerie d’après le conte de Perrault » (sur une musique de Vivaldi et avec la voix de Gérard Philipe ; 1962). Elle décède en avril 2006.

Etat du traitement

Classé

Etat d'accroissement

Fonds clos

Retour en haut de page