Accueil CCFr  >   FONDS Paul Bourget
Ajouter aux favoris Imprimer cette page (nouvelle fenêtre)

Paul Bourget

Ajouter au panier Obtenir extraction pdf
Mise à jour : 19/04/2021 10:29:56
Paul Bourget

Période des documents

1882 - 1935 

Volume total du fonds

45 notice(s)

Type(s) de fonds

Fonds spécialisé

Permalien

https://ccfr.bnf.fr/portailccfr/ark:/06871/0031231

Description du contenu

Editions imprimées annotées ou dédicacées, manuscrits littéraires, correspondances, cartes-postales.

Etat du fonds

Bon état

Langue(s)

français

Thèmes principaux

Manuscrits littéraires - Correspondance -Romans psychologiques - Essais -Nouvelles.

Type(s) de documents

Tous textes imprimés .  Textes manuscrits .  Archives . 

Volumétrie par type de document

Textes manuscrits :  6 notice(s)
Tous textes imprimés :  38 notice(s)

Volumétrie par langue

français :  45 notice(s)

Accès et catalogues

Conditions d'accès

Consultation en salle de lecture sur demande

Possibilités de prêt

Non

Possibilités de prêt inter-bibliothèques

Non

Possibilités de reproduction

Reproduction partielle sur demande et selon le règlement intérieur de l'établissement.

Catalogue(s) et inventaire(s)

Les imprimés sont catalogués sur le catalogue en ligne des Bibliothèques d'Amiens Métropole et les archives et manuscrits sont inventoriés dans le catalogue général des manuscrits

Historique et constitution

Historique

Paul Bourget, né le 2 septembre 1852 à Amiens dans une famille catholique et mort le 25 décembre 1935 à Paris est un écrivain, essayiste et chroniqueur.

Bien que né à Amiens, il a passé une grande partie de son enfance à Clermont-Ferrand où son père avait une chaire de mathématique et cet ancrage en Auvergne se ressent dans certains de ses romans. Il fait ensuite ses études à Paris où il fait des rencontres marquantes et où son intérêt pour la littérature s’affine.

On peut distinguer dans sa création littéraire deux phases principales. Durant sa première phase, au début des années 1880, il s’intéresse au roman d’analyse expérimental en réaction au naturalisme en littérature. Il séduit particulièrement le public mondain et fréquente des Salons de la bourgeoisie de la Troisième République. On peut citer parmi ses œuvres influencées par ce courant : Cruelle énigme en 1885, Un crime d’Amour en 1886 et Mensonges en 1887.

S’il s’était détourné du catholicisme dès 1867, il semble progressivement y revenir à la fin des années 1880 et au début des années 1890 et cela marque une autre phase dans sa création littéraire. Il écrit désormais des romans à thèses où il ne se contente plus d’analyses de mœurs mais en dévoile les origines et les causes. En ce sens, ses romans sont de plus en plus psychologiques. L’exemple le plus concret de ce type dans sa bibliographie est sans doute Le Disciple en 1889.

En plus de ces romans, il a écrit quelques poèmes, des essais ainsi que quelques pièces de théâtre.
Suite au succès de Cruelle énigme et des ouvrages suivants et grâce à ses bonnes relations dans le milieu littéraire, il est admis à l’Académie Française le 31 mai 1894.

Le romancier est aussi un grand voyageur, un cosmopolite comme le suggère le titre d’un de ses romans Cosmopolis. Il voyage à travers l’Europe : en Italie qui l’a particulièrement marqué et où il a séjourné un long moment mais aussi en Angleterre, en Irlande, en Grèce, en Ecosse, en Allemagne, en Suisse… Puis, il s’aventure un peu plus loin, au Maroc et en Terre-Sainte avant de partir en Amérique, un autre voyage qui l’a beaucoup marqué et dont il tirera le roman Outre-Mer en 1895.

En plus de ses fonctions d’écrivains, il exerce en tant qu’Académicien et membre du collège des conservateurs, le rôle de conservateur du château de Chantilly de 1922 à sa mort.
Pour s’évader quelques temps de la vie parisienne, il passe ses hivers au Plantier de Costebelle, propriété qu’il a acquis en 1896 près de Hyères où il retrouve tranquillité et concentration pour ses activités littéraires dans un bel écrin de verdure. Mais c’est finalement dans son appartement parisien du 7e arrondissement qu’il donne son dernier souffle des suites d’une longue maladie.

Il n’existe pas un seul fonds Paul Bourget mais une multitude de fonds conservés dans plusieurs institutions qui témoignent de ses activités ou des lieux marquants de sa vie. Ainsi, la Bibliothèque nationale de France conserve les manuscrits de Disciple et de Cosmopolis ainsi que des notes de voyages et de la correspondance. L’Institut Catholique de Paris conserve les journaux intimes de Paul Bourget et de son épouse Minnie, l’Institut de France possède de nombreuses correspondances. Enfin, la médiathèque de Hyères, où sa production littéraire a été intense, conserve de nombreux manuscrits de sa période hyéroise ainsi que de nombreuses éditions annotées ou dédicacées.

Le fonds Paul Bourget des Bibliothèques d’Amiens Métropole n’est finalement qu’un fonds parmi tant d’autres mais on peut noter quelques pièces assez remarquables comme le manuscrit autographe d’Outre-Mer ou encore des projets d’adaptation de certains de ses romans au cinéma ainsi qu’une nombreuse correspondance. S’ajoute à cela de nombreuses éditions imprimées de ses œuvres, très souvent annotées ou dédicacées.

Mode de constitution

Achats, dons

Acquisition

Achat(s) ,  Don(s)

Etat du traitement

Catalogué

Etat d'accroissement

Fonds ouvert

Fonds liés

dans le Répertoire
hors Répertoire
Retour en haut de page